AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end :: Sujets de rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Be my Super Boy ▬ ft. Alexei

avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Nov - 23:57
Il n’y avait rien de pire que d’être une personne active et de devoir passer les prochains mois de son existence dans un fauteuil. Les yeux rivés sur le mur de ma chambre, je fixais les détails de la tapisserie joyeuse alors que dans mon cœur sonnait le glas du désespoir. J’avais passé la semaine précédente à m’accommoder à cette nouvelle façon de vivre, le bas du corps immobile et je pouvais déjà affirmer que cela ne me plaisait pas. Je me sentais trahie, faible… impotente.

Mes prunelles dérivèrent jusqu’aux rollers dans un des coins de ma chambre et je fronçais les sourcils, refrénant une brûlante envie de les immoler. Pourtant, ce que je pouvais les aimer ces patins ! Je me souvenais encore de la sensation de les avoir aux pieds, de me sentir libre en toute circonstance. C’était fini ça, pour l’instant, j’étais accrochée à cette chose immonde qu’on appelait fauteuil roulant. La déception de toute une vie et pourtant, je n’avais que dix-sept.

Mes mains blanches et fines se serrèrent sur le papier qui se trouvait dans ma main, un magasine un peu stupide mais qui, à ses dernières pages, dévoilait l’intégralité de ma future journée. C’était devenu important pour moi de connaître mon avenir au jour le jour, puisque la fois où je l’avais ignoré il m’avait joué un coup de salaud. Ma mère ne cessait d’ailleurs de me répéter que c’était de ma faute, que j’avais été prévenue de ce malheur. Qu’il aurait mieux valu que j’obéisse à l’horoscope et ne sorte pas de chez moi. Incroyable de croire qu’on pouvait changer autant en si peu de temps. Je lus mon nouvel horoscope pour la dernière fois avant de déposer le magasine sur ma table de chevet. Je n’avais pas encore assez de forces dans les bras pour pouvoir déplacer le fauteuil avec aisance, si bien que mes parents avaient décidé, deux jours plus tôt, de me prendre une « aide ». Un genre d’assistant mobile. J’espérais juste qu’il ne s’agisse pas d’une personne trop bête pour comprendre ma situation. Ni d’un garçon de ma classe d’ailleurs, je me sentais déjà bien assez dévalorisée comme ça !

Soupirant, j’entendis la sonnerie de la porte de chez moi retentir et fermais les yeux. L’important, c’était de se calmer, de prendre tout cela avec un peu plus de… légèreté. Je me sentais trop amère dernièrement, comme si tout cela avait rendu ma vie plus sombre. Peut-être qu’un peu de présence humaine ne pouvait pas faire de mal, hein ?

« Romie, tu veux bien desc… » Je levais les yeux au ciel, faisant une grimace dans le vide à ma mère adoptive qui, décidément, n’y arrivait pas plus que moi avec ces changements. Elle ne parvenait toujours pas à parler à la nouvelle Romie, celle qui ne pouvait pas dévaler les escaliers comme bon lui semblait. Je devais attendre que les travaux de la maison aient lieu pour pouvoir passer de la chambre au salon sans encombrement. J’entendis les pas se succéder les uns les autres dans l’escalier menant à la pièce où je me trouvais et je refermais les pans de mon pull en cachemire cerise sur ma poitrine tandis que mes parents, accompagnés d’un inconnu, franchissaient le pas de ma porte. Aussitôt, histoire de la lui faire courte sur ma personne, je coupais la parole à mon père.

« Romie, la p’tite handicapée. Je ne me lève pas pour te saluer, tu devrais en comprendre la raison. » Il paraissait bien plus âgé que moi et à mes yeux de fille assise, il était géant. Vraiment grand.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 14:07
Alexei & Romie
Be my super boy.
Les yeux fermés, la tête renversée en arrière, la bouche entrouverte, je laissais l’eau brûlante ruisseler sur mon visage. Ça devait bien faire dix minutes que j’étais planté là, à attendre que le temps passe, que l’eau soulage mes muscles endoloris. Encore une nuit passée à courir les rues. De toutes les années que j’avais foutues en l’air aux côté des Fallen, jamais je n’y avais ressenti de telles tensions. Les alliances que nous avions formées menaçaient de s’effondrer au moindre faux-pas. Le chef se chiait dessus à l’idée qu’un de leurs gars débarque avec une mitraillette un de ces quatre. S’il l’avait joué réglo avec les armes qu’il leur avait vendues, il ferait sans doute moins de nuits blanches. En ce qui me concernait, j’évitais soigneusement de trop me mêler à tout ça. J’avais eu une chance folle qu’on ne m’identifie pas comme membre d’un gang lorsque la police m’était tombée dessus. Dieu merci, j’étais dans des quartiers plus chics que d’habitude, et je n’avais rien consommé d’illégal depuis quelques jours. Un vrai miracle, en soi. Je comptais bien régler cette affaire le plus honnêtement du monde, de sorte que le commissariat m’oublie et que mon dossier se perde dans leurs papiers à tout jamais. On était au bord de la guérilla urbaine, et c’était vraiment pas le moment de me faire remarquer.

Je m’étais trouvé un job dans un bar qui se voulait chic, mais qui se rapprochait plus de la bonne franquette que de la gastronomie française. La patronne avait craqué sur ma gueule d’ange et elle s’était empressée de me passer un tablier. J’avais commencé dans l’heure, et le salaire, quoi que bas, me permettait aujourd’hui de louer un appart à Fort Greene. Et bien que la nuit dernière ait été riche en émotions, je passais de moins en moins de temps avec le gang.

Le tout premier rendez-vous avec le couple qui m’avait engagé pour prendre soin de leur fille était fixé à 10h30. Soit dix minutes avant que je ne termine de me brosser les dents. J’attrapai mon blouson en cuir, celui que je portais tous les jours depuis bien trois ans, et qui n’avait jamais été lavé, à ma connaissance, avant de claquer la porte. C’était un immeuble miteux, dont l’unique escalier grinçait à chacun de mes pas. Les quelques néons qui fonctionnaient encore disséminaient une lumière jaunâtre qui suffisait à peine à dévaler les marches sans en rater une. Une fois dehors, je grimpai sur ma vieille Harley - un cadeau que je m’étais offert depuis le garage de l’Oncle Mat - et je filai en direction de l’adresse qu’on m’avait donnée.

Ce n’est qu’avec une petite demi-heure de retard que je me présentai à la famille Thompson. J’avais pris soin d’enfiler un tee-shirt propre et mon jean le moins déchiré. Quitte à me coller des heures de Travail Général, autant que mes patrons ne me prennent pas pour le dernier des cons - ce que j’étais sans doute. Je n’aurais pas supporté le moindre regard, la moindre moue teintée de condescendance. J’avais ma fierté.

On m’ouvrit aussitôt que j’eus toqué, et je n’eus droit à aucune remarque quant à mon retard. Tant mieux, ouvrir le bal des reproches avant même de m’avoir salué leur aurait assuré de sacrées représailles. Une poignée de main, un échange poli, et Mrs Thompson pria sa fille de descendre, avant de se reprendre et de m’inviter à monter la voir. En entrant à sa suite dans la chambre, je découvris une jeune fille assise sur un fauteuil roulant. Fine, fragile, avec une peau blanche comme du lait et des cheveux d’un blond tellement pâle qu’on aurait dit qu’elle allait s’effacer. Seul son pull d’un rouge profond semblait la raccrocher à la réalité.

« Romie, la p’tite handicapée, fit-elle d'un ton sans appel. Je ne me lève pas pour te saluer, tu devrais en comprendre la raison. »

J’haussai un sourcil, surpris par tant d’animosité. Au moins le message était clair, cette gosse-là n’allait pas me faciliter la vie.

« Aleksei, dis-je simplement avant de me tourner vers ses parents. Elle est toujours aussi effrayante ? »

Surveillant la petite du coin de l’œil, je poursuivis :

« Qu’est-ce que vous attendez de moi, précisément ? »
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 14:51
L'aide qu'on m'offrait était plutôt... originale. Depuis mon fauteuil, je scrutais le moindre détail de ce garçon qui s'improvisait mon "sauveur" et je grimaçais. Son blouson semblait ne pas avoir connu le savon, son jean était un peu déchiré et il avait une barbe de trois jours. Il n'y avait que son t-shirt qui paraissait avoir survécu à sa personne ! Je ne quittais pas mon regard de pierre, ne souhaitant inspirer aucune pitié à ce mec qui voulait sûrement dépouiller mes parents de leur argent en faisant semblant de me venir en aide. Je n'étais pas crûche à ce point, je pouvais voir quand on se moquait des autres, moi la première. Je choisis donc de lui faire un accueil des plus honnêtes. Il n'était pas question que je joue la petite fille toute gentille maintenant.

Et contre toute attente, il eut des propos presque aussi acerbes que les miens. J'en fus étonnée mais ne laissais rien transparaître sur mon visage de petite poupée fragile. J'avais encore des cartes en manche, je n'attendais que de les jouer. Je laissais mes parents répondre à sa dernière question, néanmoins. Cela me permettrait aussi de prendre la température de leur côté.

"Vous devrez vous occuper d'elle le temps de sa rééducation. L'emmener où elle le souhaite, l'aider dans ses tâches quotidiennes et, à l'occasion, lui apporter soutien dans ses devoirs scolaires."

La tête de mon père laissait clairement sous-entendre qu'il doutait qu'il existât la moindre compétence scolaire en ce garçon, ce qui m'amena à me demander où ils avaient bien pu le dénicher. Bref, je grimaçais à nouveau en entendant tout cela. Ressembler à une assistée ne me plaisait guère mais je n'avais nullement mon mot à dire, en tant que mineure. De plus, il était clair que j'avais un peu besoin d'aide. Croyez-moi que cette évidence me faisait grincer des dents...

"Nous vous surveillerons. Si nous apercevons le moindre signe de tentative d'attouchements ou de contacts autres que ceux nécessaires à son bon fonctionnement, vous retournerez où vous savez avec une jolie plainte en prime. Compris ?"

Je levais les yeux au ciel. J'avais dix-sept ans mince, c'était au moins la majorité sexuelle ! Et puis, c'était extrêmement gênant de les entendre parler de mon corps ou d'une quelconque vie sexuelle... Je soupirais de soulagement lorsque mes parents prirent congé et tournais mon fauteuil vers mon bureau avec difficulté pour prendre un stylo et un calepin.

"Désolée pour mes parents, je crois qu'ils ne mesurent pas l'intensité de leur bêtise." Je griffonais son prénom sur le papier puis repris. "Comment tu as fait pour te retrouver là au juste ? Avec une fille effrayante ? Non pas que ta vie ait le moindre intérêt pour moi mais il faut quand même avoir une sacrée malchance pour se retrouver coincé ici. Ou alors avoir fait une connerie vraiment, vraiment stupide !"

Un peu comme moi, en somme. Le genre de bêtise qu'on pouvait regretter longtemps.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 15:31
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Les indications étaient claires. Je devais obéir au doigt et à l’œil, et surveiller étroitement mes mains pour ne pas me retrouver en taule. Dieu sait que j’avais dû me faire violence pour demeurer impassible malgré la pique que m’avait adressé Mr Thompson quant à mes capacités intellectuelles. Je n’avais pas cillé, me contentant de réprimer le sourire narquois qui étirait doucement la commissure de mes lèvres. Tu payeras pour ça. Pour ça, et pour tout ce qui suivras. Cela dit, il avait bien raison. Je n’étais clairement pas le type qu’il lui fallait pour l’aider dans ses devoirs. À moins qu’elle ne prenne des cours de français, auquel cas je me serais fait un plaisir de lui apprendre les subtilités de ma langue maternelle.

Son discours protecteur en disait long sur l’éducation que recevait sa fille. Une gamine pourrie gâtée qui pétait dans la soie depuis la naissance et dont on satisfaisait volontiers le moindre caprice. J’allais adorer m’occuper de cette petite princesse. Si seulement papa savait quel loup il avait fait entrer dans la bergerie…

Je jetai un coup d’œil à la concernée, qui me détaillait curieusement elle aussi. Elle devait se demander à quoi ressembleraient les prochaines semaines de sa vie. Un peu comme moi, en fait. J’étais à mille lieues de mon domaine, de mes flingues, de ma drogue, de mes putes et de mes ruelles sales, avec cette impression étrange de m’adonner à du bénévolat.

Les parents Thompson finirent par tourner les talons, le regard du père longtemps plongé dans le mien. Pitié, comme si ce gars-là pouvait espérer me faire peur ! J’avais refait le portrait à cinq fois son gabarit pour moins du tiers de sa provocation. Le seul truc qui m’empêchait de lui faire payer son impolitesse résidait dans la certitude de retourner derrière les barreaux. Cette fois, aucun anonymat ne me protégeait. J’étais loin de mon terrain de jeux habituel.

Lorsque la fille commença à me poser tout un tas de questions, je tournai la chaise de son bureau dans sa direction et m’y assis tranquillement.

« Comment tu as fait pour te retrouver là au juste ? Avec une fille effrayante ? Non pas que ta vie ait le moindre intérêt pour moi mais il faut quand même avoir une sacrée malchance pour se retrouver coincé ici. Ou alors avoir fait une connerie vraiment, vraiment stupide ! »

Je levai les yeux au ciel. Quelqu’un la payait pour être aussi pénible, ou bien c’était un talent naturel ?

« Si tu veux avoir l’air crédible quand tu dis que je t’intéresse pas, commence par poser ce carnet. J’suis pas là pour satisfaire ta curiosité. Contente-toi de me dire ce que tu veux faire. »
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 15:57
Je ne savais pas si j'étais à l'aise ou non, à vrai dire. Je faisais face à un pur inconnu sensé m'aider dans tout et n'importe quoi. Moi qui avais toujours tenu à être indépendante des décisions parentales ou de mon horoscope, je me sentais stupide maintenant. Mais ce n'était pas comme si j'avais le choix... Reste qu'il semblait bien plus à son aise que ma personne et je me demandais ce qui pouvait lui donner autant de confiance alors qu'il s'embarquait dans une histoire un peu folle. Je me demandais aussi combien on pouvait payer quelqu'un pour faire ce genre de sale boulot.

J'avais préparé de quoi prendre des notes, pour ne rien oublier. Je n'étais pas forcément connue pour ma mémoire d'éléphant et je ne souhaitais pas tomber dans la surprise gênante. Mieux valait savoir tout de suite comment il avait fait pour se retrouver à mes côtés, histoire de ne pas avoir de moments gênants par la suite. Néanmoins, Môsieur ne semblait pas de cet avis et se trouva fort désagréable à mon encontre. Génial, on était deux têtes de mules maintenant ! Cela promettait d'être joyeux...

"J'en ai rien à foutre de toi, qu'on soit bien clair." Dis-je amèrement en déposant mon carnet sur le bureau, fâchée d'avoir affaire à quelqu'un d'aussi chiant que moi. "Je note juste que la politesse, ce n'est pas ton fort ! Déjà, j'aimerai que t'aille prendre une douche. Et que tu laves ce truc là..."

Ce n'était pas à moi de dire quand, où et comment il devait se laver mais cela m'amusait de me moquer de lui, de lui faire comprendre que ce n'était pas avec moi qu'il allait faire le beau gosse adulé. Je n'avais pas ma langue dans ma poche et s'il puait, je me sentais en droit de le lui faire remarquer puisque c'était à mes côtés qu'il allait devoir passer la journée. Hors, bourgeoise ou non, me balader avec un être puant n'était pas une partie de plaisir.

"Quand ce sera fait, tu m'emmèneras à la bibliothèque au coin de la rue, puis au magasin d'équipements sportifs. Ensuite, on ira au skate parc. Il faudra qu'on récupère mes bouquins dans le salon."

Je n'y étais pas retournée depuis mon accident, une éternité à mes yeux. J'avais même des palpitations à l'idée de revoir ces parcours que je faisais en roller. Ces maudits rollers que je chérissais tant. J'évitais de leur jeter un regard, c'était comme une guerre silencieuse entre eux et moi.

"Ah, et si on croise quelqu'un que je connais dans la rue, ferme-la. Je n'ai pas envie qu'on m'associe éternellement à ta tête de servante."

Forçant sur mes bras, je m'éloignais un peu du bureau - et donc de lui - jusqu'à mon placard à vêtements, duquel je sortis mes mitaines. Il commençait à faire frais et mes mains étaient sensibles au froid, malheureusement.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 16:55
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Si on m’avait dit qu’un jour, une fillette me parlerait sur ce ton, je ne l’aurais pas cru. Le fait est que la demoiselle me jaugeait avec le même air pincé que ses parents. Je ne savais pas si je devais l’assommer ou lui rire au nez. Elle n’avait absolument aucune idée de qui était en face d’elle. Je ne pouvais que reconnaître qu’elle avait du caractère, mais ça ne me plaisait pas du tout. Quoi qu’il en soit, la température venait de baisser d’un cran.

Il y avait quelque chose de bienveillant - et d'extrêmement agaçant, par la même occasion - dans l’attitude de son père, de s’être refusé à lui dire d’où je venais. Quoi ? Papa n'assumait pas de ne pas avoir le fric d'employer une aide à domicile digne de ce nom ? Pourquoi faisait-il dans la charité, puisqu'il semblait tant tenir à son bijou ? J’avais une envie folle de la faire flipper, et de contrarier le patron par la même occasion, mais s’il y avait bien une chose que je redoutais, c’était d’éveiller l’attention sur mes activités nocturnes. À la moindre imprudence, je risquais de condamner tout mon gang à la prison. Et ça serait m’assurer de très lourdes représailles, bien plus amères que quelques décennies de prison.

Néanmoins, il était inconcevable de laisser une lycéenne me parler sur ce ton. J’étais venu l’aider, officiellement, pas jouer les garde-chiourmes pour une gamine capricieuse en pleine crise d’ado. Alors qu’elle s’affairait devant son placard, je me levai et attrapai une des poignées de son fauteuil pour le tourner vers moi d'un geste brusque.

« Tu me reproches mon impolitesse, ma grande ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité, dis-donc. »

Je m’accroupis pour me mettre à son niveau, les bras appuyés contre mes genoux, et plantai mes yeux dans les siens, avant de déclarer d'un ton solennel :

« Je t’emmène où tu veux, quand tu veux, avec qui tu veux, et toi, de ton côté, tu gardes en tête que je ne suis pas ton chien. Je te traiterai de la même façon que tu me traiteras. Autant te dire que si tu comptes regretter d’être venue au monde durant les semaines à venir, t’es sur la bonne voie. »

Je me redressai et ôtai ma veste en cuir avant de la lui jeter sur les genoux.

« Quant à ce vieux camarade, j’avoue qu’il commence à se fatiguer. Si tu tiens à le récurer, fais-toi plaisir. »

Un silence suivit, pendant lequel je la fixais sans ciller. Si le message ne passait pas, cette fois, je ne répondrais plus de rien. Elle allait finir abandonnée au beau milieu d'un carrefour en plein Broadway, si elle continuait à m'exaspérer avec ses grands airs. Papa et maman ne pourront pas éternellement veiller sur toi, ma jolie.

D’un air parfaitement détaché, je récupérai mon blouson, le balançai sur mon épaule et repris les poignées du fauteuil avant de quitter la chambre.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 17:13
La façon dont il me retourna fut si brusque que j'en écarquillais les yeux, le cœur palpitant. Non mais il blaguait ou quoi là ? Il se croyait où pour traiter les gens de cette façon ? Et le comportement de gentleman envers les filles, il était parti aux chiottes peut-être ? C'était à ne pas y croire. Cela m'avait rendu à la fois surprise et furieuse. J'avais comme la sensation que mes mots n'avaient pas l'effet escompté et c'était problématique pour la bonne marche des jours qui allaient suivre. Oui, j'allais devoir - ô comble du malheur - faire des EFFORTS.

"Est-ce que tu me menaces ? Tu ne sais pas à qui tu parles."

Je ne pensais pas être plus forte que lui, non loin de là même. J'étais clairement en position physique d'infériorité mais je persistais à croire que mon caractère pouvait prendre le dessus sur le sien. Mon but n'était pas d'en faire un toutou à ma disposition, juste de m'amuser un peu avec le seul jouet qu'on m'offrait désormais. Cet Alexei était sensé remplacer mes patins, et dieu sait que c'était une tache difficile. S'il voulait ne serait-ce qu'avoir ma confiance, il allait devoir être plus sympa que ça... Enfin, en théorie. Je devais bien avouer que sa capacité à la répartie avait un petit côté amusant. Frustrant, mais amusant.

Après le choc de la veste puante sur mes genoux et ma robe toute fraîche du matin, je constatais qu'il semblait plus musclé qu'il en avait l'air. Est-ce que mes parents l'avaient choisi parce qu'ils savaient qu'il allait devoir porter mon fauteuil partout, dès qu'il y aurait un escalier sans ascenseur ? Bah tiens, cela lui fera les pieds !

"Porte ce que tu veux, de toute façon, ça ne changera rien au décor."

J'avais décidé de faire ma tête de mule, maintenant qu'il avait reprit du dessus sur moi, ce que je trouvais inacceptable. Une fois le blouson loin de mes pauvres narines de jeune fille, je soupirais et levais les yeux au ciel en signe de résolution. De toute façon, j'allais devoir faire avec, pas le choix. Il avait désormais un ascendant physique sur ma personne, mais je me promis de trouver la faille qui me permettrait d'en tirer ce que je voudrais.

Lorsque nous arrivâmes à l'escalier, j'eus un sourire et tournais ma tête dans sa direction.

"Tu dois me porter, me déposer en bas puis descendre mon fauteuil. On va voir si ces muscles sont là juste pour le décor ou non..."

Encore une fois, je cherchais l'énervement de sa part mais qu'y pouvais-je ? C'était dans ma nature. Lâchant les rebords de mon fauteuil, j'attendis qu'il vienne se positionner près de moi et tendis les bras. On ne peut pas dire que pour cette partie du travail, j'étais très à l'aise. J'avais déjà été proche avec garçons, mais ils avaient mon âge et ça s'était arrêté à la poitrine. Un petit jeu de 'touche-néné' innocent entre lycéens quoi. Là, c'était différent. Alexei était clairement plus âgé et passer encore pour la faiblarde ne me plaisait décidément pas. Grande chance pour lui, j'avais le poids d'une plume...


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 19:15
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
La gamine sortait les crocs, et si ça ne m’avait pas exaspéré au plus haut point, j’en aurais sans doute bien ri. On aurait dit un chihuahua enragé. Je ne savais pas ce qu’elle pouvait s’imaginer à mon sujet, mais à son comportement je ne pouvais qu’être certain de n’avoir encore éveillé aucun soupçon. Tant mieux.

Elle poussa un long soupir de résignation, qui m’arracha un sourire satisfait. Elle rentrait les griffes. Pour une durée indéterminée, certes, mais c’était une toute première victoire. Au moins j’avais donné le ton, et la situation était claire.

C’est quand nous arrivâmes devant les escaliers que les choses se gâtèrent.

« Tu dois me porter, me déposer en bas puis descendre mon fauteuil. On va voir si ces muscles sont là juste pour le décor ou non… » m’avait-elle déclaré avec un sourire narquois, comme si son poids empêcherait qui que ce soit de dévaler les marches en courant.

Sans grande surprise, elle n’avait pas pu s’empêcher de mentionner la taille de mes biceps, qui était restée dissimulée par l’épaisseur de ma veste avant qu’elle ne me provoque. Je la toisai silencieusement, essayant tant bien que mal d’estimer son poids. Sans doute aux alentours de cinquante kilos, pas un gramme de plus. Je n’avais même pas besoin de la soulever pour deviner que je pouvais lui briser les côtes rien qu’à la force du poignet.

« Ne fais pas semblant de douter de leur efficacité, lui soufflai-je en la détaillant d’un air entendu. Tu sais aussi bien que moi que te soulever est loin d’être un exploit. »

Je ravalai un commentaire désobligeant quant à son gabarit qui faisait, à mon sens, peine à voir. Inutile de répondre à ses provocations, tant qu’elle se tenait tranquille je pouvais endurer sa compagnie.

Doucement, je la pris par la taille et la ramenai contre moi. Poids plume, bien évidemment. En baissant les yeux sur elle, je remarquai non sans étonnement qu’elle semblait gênée par notre proximité. Non, sérieusement ? Comment pouvait-on avoir un tempérament pareil et jouer les prudes au moindre contact physique ?

Amusé, je glissai une main sous ses jambes et une autre dans son dos. Est-ce qu’elle sentait quelque chose, lorsque je touchais ses jambes ? Est-ce que ça lui faisait mal ? Est-ce qu’au contraire, elle appréciait de sentir la pression de ma main contre sa cuisse ? D’aussi loin que je me souvienne, aucune femme ne s’était encore plainte de mes mains, bien au contraire…

Réprimant une furieuse envie de rendre le paternel fou de rage en glissant mes doigts sur les fesses de sa protégée, je descendis les escaliers en vitesse et la déposai sur une chaise, près de la porte d’entrée. Le temps de remonter chercher le fauteuil et d’y installer la petite, nous étions dehors. Le froid commençait à se faire sentir, et je m’arrêtai un instant pour enfiler mon blouson. Première étape : la bibliothèque. Je crois bien que depuis mon arrivée aux USA je n’avais plus mis les pieds dans ce genre d’endroit. Elle avait intérêt à se contenter de prendre ses foutus bouquins et de se tirer en vitesse.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 19:58
Efficacité ou pas, ils étaient bien présents, ces muscles, et plutôt imposant même. Je ne me souvenais pas avoir été en contact avec une telle musculature dans le passé, à part peut-être cet ambulancier le jour de mon accident. Cela faisait partie des souvenirs dont je ne souhaitais pas me remémorer. Alors oui, la gêne était bien là. Difficile à gérer, pas forcément la bienvenue et que je tentais de cacher au possible. Je ne voulais pas paraître trop gamine, à fangirler sur des garçons bien foutus comme dans les Boys Bands des années 80. Je voulais être plus mûre, plus au-dessus de tout ça. Force était néanmoins de constater que le physique d'Alexei était plutôt avantageux... pour lui. Il me souleva comme un rien et, de la même façon, me fit descendre l'étage. Je n'avais jamais eu la sensation d'être aussi légère et, surtout, de ne pas valoir grand-chose en terme de présence. Une fois assise sur la chaise à l'attendre, j'essayais de me remémorer un contact, une sensation lorsque ses mains étaient passées sur mes jambes pour me soulever - mais rien. C'était pire que tout de se dire que même le contact d'une personne qu'on ne voulait pas ne nous faisait même pas ressentir un peu de dégoût. J'avais gardé les yeux fixés sur mes cuisses inertes, où reposaient mes mains très sensibles, elles. Le médecin avait dit que tout reviendrait et je n'avais que cette hâte. Je ne désirais qu'une chose : de nouveau, sentir les muscles de mes mollets se contracter durant un effort.

C'était agréable de ne pas avoir à faire l'effort de pousser soi-même ces grosses roues fatigantes et j'en profitais plutôt pour relire sur mon téléphone mon horoscope, tout en indiquant à mon "aide sociale" la direction de la bibliothèque. Fort heureusement, là-bas, il y avait des accès pour handicapés et nous n'eûmes aucun problème à accéder au bâtiment. L'employée de l'accueil m'apostropha comme si elle m'avait vu naître et ce n'était pas étrange puisque je venais là depuis que j'étais toute petite. Mon abonnement avait mon âge et je le fis renouveler auprès d'elle, avant de forcer Alexei à lui rendre mes livres et à me diriger vers le rayon SF des livres pour adultes. Mes préférés. Inutile de faire tout un plat sur le fait que les quelques filles plus vieilles que moi qui se trouvaient sur notre passage se mettaient à agir bizarrement. Au début, je crû qu'elles se moquaient de moi mais j'étais bien loin de la réalité. Le fardeau qui m'accompagnait faisait office de clown de spectacle, ou plutôt l'étalon magnifique qu'on faisait danser au rythme de la musique. Ridicule. J'étais plus énervée que jalouse, puisque de toute manière je ne le prenais pas pour ma chose personnelle. Mais quand même, de là à se comporter comme des dindes, il fallait vraiment être désespéré !

"Je vais choisir mes livres seule, tu n'as qu'à aller... là-bas."

Discuter avec les poules du volailler tiens. Je n'avais pas besoin de son aide pour savoir quel livre correspondait à mes goûts encore, j'avais cette capacité intellectuelle ! Mais je n'avais pas pensé au fait que les étagères du haut étaient hors de ma portée. Et flute. Trop fière pour demander de l'aide, je tendis mon corps autant que possible, de mon nombril jusqu'au bout de mes ongles pour attraper le volume 5 de ma série littéraire préférée. Trop loin. Allais-je me résigner à ne pas la prendre ou plutôt, à demander à la coqueluche de ces dames de me le donner ? Gros dilemme...


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:16
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Décidément, chaque seconde de silence passée en la compagnie de Miss Teigne était à savourer comme le plus beau des présents. La jouissance de la voir se taire me faisait presque oublier à quel point j’avais l’air con, à pousser son fauteuil. Si je croisais une connaissance, il allait de soi que je décampais en vitesse. Mais pour le moment, je n’avais rien à redire. Conduire la gosse maintenant muette comme une tombe jusqu’au coin de la rue, c’était dans mes cordes.

Une fois à la bibliothèque, le comportement des employés me confirmèrent ma plus grande crainte : la môme était bel et bien une habituée des lieux. Ce qui impliquait que je serais forcé d’y retourner souvent. Je poussai un soupir exaspéré tout en engageant le fauteuil dans le rayon que mon bourreau m’avait indiqué, exécutant bêtement les ordres qu’elle me donnait. Je me faisais chier, en somme. La seule source de distraction à laquelle j’avais droit était les œillades de quelques jeunes filles qui pouffaient derrière leur bouquins en papier de Bible. L’attention qu’elles me portaient n’échappa pas à la sale gosse, qui s’empressa de m’envoyer les rejoindre. Un peu réticent, je jetai un coup d’œil aux trois intellectuelles, incapable de décider de si elles étaient jolies ou non. La première me souriait bêtement, avec ses dents de lapin, le menton de sa voisine disparaissait sous un bourrelet de gras, et la troisième… Tiens, la troisième était une vraie bombe. À se demander la raison qui la poussait à se terrer dans un temple de livres au lieu de profiter de la vie.

Abandonnant Romie à ses bouquins, je tirai la chaise libre de leur table de quatre et lançai un « salut » au canon qui rougissait déjà. Gloussements. Solitude extrême. Au bout de trois petites minutes à tenter de mener un semblant de conversation, je me surpris à espérer que la petite ait besoin d’aide. Sans prêter plus d’attention à mes nouvelles connaissances, respectivement Lindsay, Emmie et Kate, je me levai et rejoignis le rayon dans lequel je l’avais laissée. C’est dans une tentative désespérée d’attraper un livre placé trop haut que je la retrouvai. J’avais bien envie de la laisser pester jusqu’à ce qu’elle se résigne à m’appeler, mais elle ne semblait pas décidée à s’y résoudre.

« T’as plus qu’à espérer développer des dons de télékinésie, maintenant, me moquai-je en m’approchant d’elle dans son dos. Ou alors tu me supplies, au choix. »

Je ricanai doucement et tendis le bras vers l’énorme livre qu’elle tentait d’atteindre, avant de me raviser et d’attraper celui d’à côté. Je le lui remis et relevai son menton pour lui adresser un sourire narquois.

« Qu’est-ce qu’on dit ? »
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:48
Je jetais un œil à son panel de greluches et soupirais d'exaspération. Il y a deux semaines, c'était moi qu'on serait venu voir - enfin des garçons de mon âge, bien sûr. Je me sentais un peu seule mais je me réconfortais en me disant que j'avais mes livres et mes histoires pour être bien, que je n'avais pas besoin du reste. Maigre consolation évidemment, pour l'instant cela ne valait pas tous les amis qui ne m'adressaient plus la parole parce que je ne pouvais plus les suivre. Voilà pourquoi il était important pour moi de me débrouiller seule, surtout en ce moment. Je donnais tout ce que j'avais pour attraper ce fichu livre plus gros que mes cuisses à la tranche mais cela ne marchait pas. Le karma entrait en action pour me mettre à mal, j'en étais certaine. Je m'en mordis les lèvres tellement il était difficile pour moi de faire cet effort. J'avais beau essayer d'appuyer sur mes pieds, cela ne servait à rien. Je restais clouée à ce fauteuil, perdue, impotente.

Je sursautai en entendant le son de sa voix, toujours aussi narquois et levais les yeux au ciel.

"Je ne vais pas te supplier, je peux me débrouiller toute seule."

Dis-je sèchement, n'appréciant pas qu'il se moque de mon infirmité à sa guise. Je ne voulais pas provoquer de la pitié, mais pas non plus de la moquerie. C'était cruel. Je me mordis l'intérieur de la joue, priant pour que ça s'arrange, pour que je lui fasse un pied de nez et lui prouve que j'étais capable d'au moins ça. Il me devança en prenant le livre d'à côté et me targua encore. Furieuse contre lui, je lui jetais contre la poitrine.

"Va te faire foutre."

Je fis un signe à l'un des employés de la bibliothèque qui vint me donner le livre que je désirais, semblant ne pas comprendre en même temps pourquoi Alexei ne m'aidait pas. Me retournant vers lui, j'affichais un sourire très critique, déposais le bouquin sur mes genoux et appuyais sur mes roues pour me diriger, seule, vers le comptoir de prêts. La personne de l'accueil s'occupa de me les enregistrer et je tentais de continuer mon chemin en tant que fille indépendante.

Étais-je vexée ? Absolument. C'était difficile d'expliquer ce sentiment de se faire bafouer, rabaisser et je n'étais pas prête à avouer que c'était mon cas. Pas face à lui, quelqu'un que mes parents devaient probablement payer. N'étant pas une bonne conductrice actuellement, je n'allais pas bien loin après la sortie de la bibliothèque et la pente de l'accès handicapé était si dru que le fauteuil s'emporta jusqu'au trottoir. Une de mes roues passa par-dessus et l'intégralité du contenu vacilla avant de tomber, moi comprise.

"Putain de merde."

Jurais-je, déconfite. J'étais maintenant furieuse contre moi-même de prouver à tous les passants que je ne savais pas m'en sortir avec un stupide fauteuil. Les jambes collées au bitume, dans l'incapacité physique de les déplacer, je tentais de ramasser mes livres sans jeter un regard à Alexei. Pas de pitié.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 22:44
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
J’avoue, j’avais pris un malin plaisir à la narguer de la sorte. Si elle l’avait mérité ? Amplement. Si elle avait eu son quota ? Peut-être bien. Quoi qu’il en soi, ça l’avait visiblement bien plus piquée au vif que je ne m’y attendais, car si son insulte était des plus prévisibles, je ne pensais pas surprendre une telle peine dans son regard. Sans trop savoir pourquoi, en la regardant pousser les grosses roues de son fauteuil en direction du comptoir, je m’en voulus. Ce qui était con, en soi, parce qu’à aucun moment je n’avais cherché à me moquer de son infirmité. J’avais juste voulu la faire chier, comme ça, pour le plaisir, parce qu’étrangement, ce petit bout de femme au caractère bien trempé me donnait une envie folle de l’énerver autant qu’elle pouvait m’agacer.

Je la suivais des yeux lorsqu’elle quitta la bibliothèque, et profitai qu’elle se débrouille seule pour sortir mon paquet de cigarettes de ma poche. Je n’avais même pas pris le temps d’en griller une ce matin, et n’ayant plus rien à faire que de marcher derrière la petite Romie en attendant qu’elle arrête de bouder, autant m’occuper à ma façon. Cette fille-là avait de gros progrès à faire sur son amour-propre. Je fis claquer mon briquet, la quittant des yeux une seconde, et pris une première bouffée de nicotine. Au même moment, un grand bruit me fit relever la tête. Le fauteuil roulant s’était renversé sur le trottoir, probablement entraîné par la pente que Romie n’avait pas réussi à anticiper. Étalée par terre de tout son long, elle ramassait ses bouquins à la con comme elle le pouvait, incapable de se relever. Étouffant un juron, je coinçai ma clope entre mes lèvres et me précipitai pour l’aider.

Remettant vaguement son fauteuil debout, je la pris sous les bras pour la soulever à mon niveau et l’inspecter d’un air soucieux.

« Eh, ça va ? Tu t’es fait mal ? »

Je la déposai délicatement sur son fauteuil et passai une main sur ses jambes. Seulement quelques égratignures ; la peau était tout juste éraflée par endroits. Ses paumes, en revanche, saignaient un peu. Rien de bien sérieux, par chance. Je n’avais pas vu la chute, mais le bruit qu’elle avait fait était pour le moins inquiétant. Je fermai les yeux le temps de tirer sur ma clope, et détournai la tête pour en cracher la fumée. Puis je récupérai les livres que j’avais laissés par terre en redressant la gosse, et les lui posai sur les genoux.

« T’es une vraie casse-cou quand tu t’y mets. » murmurai-je en lui donnant une pichenette sur le front.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 23:04
Est-ce que j'avais mal ? Non, à peine... En fait, j'étais tellement agacée et furieuse, concentrée par mon corps qui ne bougeait pas que j'en oubliais mes égratignures. Je me préoccupais simplement du fait de ramasser mes livres au plus vite et d'arrêter cette humiliation publique. Inquiète d'être vue par une ancienne camarade de classe, je me débrouillais comme je le pouvais. Je n'avais pas envie qu'on m'aide mais en même temps, j'étais consciente du fait que cela était nécessaire si je voulais repartir comme une gagnante. Et non une perdante, ce que j'étais à ce moment-là. Je ne répondis pas à Alexei, essentiellement pour ne pas lui donner la fierté de l'entendre me plaindre de mon cas. Quand bien même j'aurai mal, je ne le lui dirai pas, je souffrirai en silence rien que pour ne pas voir sa gueule de mec satisfait du sort des autres. Il ne m'inspirait rien de bon.

Je frottais mes paumes un peu ensanglantées ensemble, grimaçant un petit peu derrière la barrière de mes longs cheveux blonds et inspirais grandement pour me donner du plomb dans la tête. Je la détournais même pour cacher le fait que toute cette histoire m'avait mise la larme à l'œil. Non, je ne pleurais pas mais j'étais blessée dans mon fort intérieur. Tellement que je ne me plaignis même pas de la fumée âcre de sa cigarette. À vrai dire, maintenant, je m'en foutais bien. J'hésitais entre demander à rentrer chez moi et continuer tout de même mon programme de la journée.

"T'es pas obligé de faire semblant d'être gentil avec moi. Je ne vais pas faire la petite salope et te vendre aux parents si tu préfères aller te droguer voire draguer dans un coin plutôt que de me conduire là où je veux. J'ai pas besoin de votre pitié, à tous."

Je croisais les bras sur mon torse après avoir passé mon index gauche sous mes yeux, me forçant à garder mes émotions pour moi. Mieux valait que je reste froide et distante avec une personne qui s'en fichait bien de ma petite vie ou de mon sort. On pouvait dire la même chose de ma part. En fait, je me demandais sérieusement si mes parents pensaient que tout ceci était une bonne idée. Ils auraient pu au moins engager une femme, quelqu'un à qui je pourrais parler. Une personne à peine plus vieille que moi à qui je confierai mes troubles, mes doutes ou mes peurs. Mais non, je me retrouvais avec un mec trop vieux dont les centres d'intérêts, à la vue de sa clope, semblaient aux antipodes des miens.

"Amène-moi juste au skate parc, ça suffira. Tu pourras ensuite disposer à ta guise. Je ne demande rien à personne. Rien du tout."

Finis-je par me murmurer comme si je me parlais à moi-même. Mes mains serrèrent la petite pile de livres sur mes genoux et je fixais le bout de la route face à moi.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 23:43
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
À peine l’avais-je installée sur son fauteuil que Romie s’était mise à vociférer. Que je pouvais me casser, qu’elle n’avait pas besoin que je joue les gentils, qu’elle ne voulait pas de ma pitié. Je ne m’attendais pas à une telle réaction de sa part. En fait, je ne m’attendais à aucune réaction particulière. J’avais agis à chaud, tout simplement. Je levai les yeux au ciel. J’avais bien envie de la laisser plantée là, à se morfondre inutilement sur son sort, et de tourner les talons. J’avais bien d’autres choses à faire. Dormir, par exemple, parce que je commençais sérieusement à fatiguer, à force de nuits blanches. Mais je restais planté là, à me demander si je devais l’engueuler une bonne fois pour toutes, histoire qu’elle ravale sa fierté deux minutes au lieu de me prendre la tête, ou s’il valait mieux que je me conforme à ce qu’elle réclamait.

Cependant, j’avais bien peur que la laisser seule au skate parc ne plaise pas au terrible Mr Thompson, qui était, après réflexion, presque aussi flippant que sa fille. À cet instant précis, je faillis passer mon chemin, oubliant cette fille comme si je ne l’avais jamais connue. Écouter ses inlassables jérémiades, très peu pour moi. Je n’arrivais même pas à comprendre ce qui m’avait poussé à la relever. Peut-être était-elle mieux à plat-ventre sur le trottoir, après tout ? Mais quelque chose - peut-être son visage angélique, l’océan de ses yeux, ou la fragilité qui émanait d’elle - me retenait. J’avais le sentiment que manquer à mon devoir auprès d’elle me poursuivrait toute ma vie.

J’étais saoulé. Je n’avais plus qu’une seule envie : faire taire toutes ces émotions contradictoires qui se pressaient dans ma tête. Me contenter de faire ce que j’avais à faire, ni plus, ni moins. Accompagner cette gosse, garder un œil sur elle, qu’elle le veuille ou non, jusqu’à ce que cette journée de merde s’achève enfin.

De longues minutes s’écoulèrent avant que je ne jette ce qui n’était alors plus qu’un mégot par terre, avant de l’écraser d’un coup de talon. Sans briser le silence de plomb qui avaient fait place aux reproches de la jeune fille, je m’emparai à nouveau des poignées du fauteuil, et commençai à avancer en direction du skate parc que m’indiquait mon portable. Nous y fûmes en un rien de temps, et je laissai Romie devant le parcours où plusieurs jeunes s’entraînaient, préférant aller m’assoir un peu plus loin, et sortir une deuxième clope.

J’allais adorer m’occuper de cette môme.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 13:54
Le trajet jusqu'au skate parc fut silencieux. Je n’avais pas envie de parler et lui non plus apparemment. Tant mieux. Je n'étais pas en joie à l'idée d'entendre sa voix de mec qui pense faire peur parce qu'il a un blouson. Je me pensais bien au-dessus de ça et pourtant, je boudais sur mon fauteuil comme une enfant. J'étais une contradiction à moi toute seule…

Je sentis ses mains lâcher les poignées de mon fauteuil et il disparut vers un banc non loin, me laissant avec moi-même et les jeunes qui faisaient du skate, du roller… Du roller. Je me mis à les fixer de ma place sans bouger, fascinée par la façon dont leurs jambes et leurs pieds se mouvaient en harmonie avec le reste de leur corps. Il ne s'agissait plus de jalousie maintenant, mais d'envie folle de les rejoindre. Il y avait même quelques personnes comme moi qui faisaient des prouesses avec leur fauteuil, alors que je ne parvenais même pas à le faire tourner toute seule.

Après 30 bonnes minutes à les fixer sans leur demander quoique ce soit ni même qu'ils ne me remarquent, je finis par tourner ma tête vers l'endroit où j'avais vu Alexei et lui fis un signe de la main. Quand il fut à ma portée de voix, je dis simplement :

“On peut rentrer, il va être l'heure du déjeuner.”

Je ne savais pas si mes parents l'avaient invité ou pas pour déjeuner, ce serait peut-être bizarre mais en même temps efficace pour embrayer directement avec mon programme de l’après-midi. Rééducation… Rien que l'idée d'y aller me faisait physiquement mal. C'était nécessaire et je le voulais, mais je ne savais pas encore comment une séance se déroulait. Cet après-midi serait ma première rééducation avec le Dr. Miller et il ne m'inspirait pas confiance, dans le genre vieux médecin rachitique.

Sur le chemin du retour, je me contentais de parcourir les pages du livre que je venais d'emprunter peu avant dans la matinée. Silencieuse et correcte, je m'étais presque décidée à ne plus embêter Alexei pour l'instant. À quelques mètres de mon immeuble, je remis correctement mes mitaines et ma jupe pour cacher les égratignures de ma chute. Mes parents étaient déjà bien assez flippés comme ça, pas besoin d'en rajouter. Et si mon frère était là ce midi, il allait lui casser la gueule…

Je n'avais pas vu Nev depuis ma sortie de l’hôpital. Disons que mes changements de caractère et de comportement n'avaient pas permis d’améliorer notre relation frère-soeur. J'étais bien consciente que c'était de ma faute…. Mais je n'y pouvais rien.

“Tu vas rester ce midi piquer dans nos assiettes ou aller manger un kebab ailleurs  ?”

Oh, j'avais bien envie de manger un kebab ou un hamburger… ça changeait des légumes et autres champignons que ma mère passait son temps à me cuisiner pour que je tienne la ligne et sois en forme  ! Il était vraiment temps qu'elle me nourrisse comme une ado normale…

“Si tu m'emmènes avec toi, je ne te casserais plus les pieds du reste de la journée, promis  !”

Pour une fois que j'étais sincère… qu'il en profite  !


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 14:41
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Les minutes se succédaient lentement, une à une. J’avais enchaîné sur une troisième clope, et faillis en allumer une quatrième, avant de me raviser. Je n’était pas un grand fumeur. Une cigarette avec mon café le matin, une autre le soir, une encore si je devais m’ennuyer quelque part. Pas vraiment plus. J’avais commencé tôt, pour faire comme tout le monde, donner le mauvais exemple aux petits collégiens qui me suivaient comme mon ombre à l’époque. On était vraiment une sale bande de merdeux. Nos mères gueulaient, les profs aussi. Une fois le père d’un copain avait voulu me flanquer une rouste pour avoir refilé de l’herbe à son fils. De la mauvaise, en plus. Les années avaient passé, et je m’étais calmé sur ma consommation de tabac, préférant me droguer de temps en temps, à l’ombre du QG.

Aujourd’hui c’était différent. Je n’avais rien à faire de mes mains, et les galipettes exécutées avec plus ou moins de brio par les adolescents massés sur le parcours ne me faisaient ni chaud ni froid. Ça m’avait jamais impressionné ces trucs-là. Trop poétique, trop recherché. Ce qui me plaisait, à moi, c’était les coups, le contact rude et agressif, celui où tu peux toujours te raccrocher à toi-même. Les cabrioles, très peu pour moi.

S’il y en avait une à qui ça avait l’air de plaire, par contre, c’était bien Romie. Elle dévorait les gars des yeux, avec une attention toute particulière pour les rollers, si je ne me trompais pas. J’aurais mis ma main à couper qu’elle savait en faire. Elle faisait du roller, ou du skate, ou un de ces trucs dangereux que seuls des jeunes un peu dérangés pouvaient kiffer, et ça lui manquait. Ouais, c’était évident. Et là, coincée dans ce gros fauteuil qui semblait la happer, ce fauteuil dans lequel elle disparaissait, elle faisait peine à voir.

Elle finit néanmoins par me faire signe, et me demander de la ramener chez elle pour le déjeuner. Sans lui répondre, j’obtempérai. J’espérais bien pouvoir filer une fois la gamine saine et sauve chez ses parents, mais elle semblait avoir encore besoin de moi.

« Tu vas rester ce midi piquer dans nos assiettes ou aller manger un kebab ailleurs ? Si tu m'emmènes avec toi, je ne te casserais plus les pieds du reste de la journée, promis  ! »

Je ne sais pas ce qui, sur le coup, m’agaça le plus entre sa façon d’insinuer que je n’étais à sa disposition que dans le but de profiter du supposé salaire que me devait son père, ou le fait qu’elle s’attende à ce que je lui offre un kebab. Comme si j’en avais quelque chose à foutre qu’elle se tienne tranquille le temps d’un après-midi. Tout d’abord prêt à la rembarrer, je ne tardai pas à changer d’avis. L’emmener avec moi signifiait éviter ses parents, et ça n’était pas pour me déplaire. Et puis qui sait, peut-être que quelques heures de trêve en sa compagnie s’avèreraient plutôt agréables ?

« Tu vas me ralentir quand j’essaierai de me casser sans payer. » plaisantai-je tout en orientant le fauteuil vers la rue opposée.

L’avantage de Brooklyn, c’est qu’il y avait des fast-foods partout. Il ne me fallut pas plus de cinq minutes pour trouver un kebab - qui puait la friture - et d’y installer Romie. La table du fond, la plus tranquille. Nous étions là incognito, et personne - surtout pas ses parents - ne risquerait de nous y apercevoir.

« Bon, qu'est-ce que tu veux ? » lui demandai-je en désignant le menu imprimé sur une affiche luisante de gras, au-dessus du comptoir.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 17:54
C'était peut-être très étrange de ma part de lui demander quelque chose comme ça quand on voyait la façon dont notre première "entrevue" s'était déroulée : mal. Je ne supportais toujours pas la présence d'Alexei à mes côtés mais je préférais encore supporter sa tronche si elle était ornée d'un kebab et de quelques frites, plutôt que d'avoir à faire face à mes parents et leurs nombreux choux-fleurs. Le choix était vite fait... Il sembla hésiter pour sa part et c'était compréhensible. En plus de ne pas être sympa, je n'étais pas vraiment de bonne conversation pour un 'grand garçon' comme lui ! Mais avait-il vraiment envie de cotôyer mes parents, lui ? J'en doutais vu les regards qu'il s'était échangé avec mon père. Un sourire aux lèvres, je l'entendis accepter. Fière moi ? C'était peu dire. Non pas que j'obtenais toujours ce que je voulais, mais c'était presque ça...

"Je peux faire diversion au pire..."

Moi et lui ? Un bon tandem ? On ne l'imaginait pas. Je faisais trop pur et lui trop... crade pour qu'on puisse faire des coups ensemble. Mais franchement, ce ne serait pas impossible ! J'aimais les défis et partir d'un restaurant sans payer, c'était vraiment dangereux dans ma tête. Probablement pas pour lui évidemment... Bref, dans tous les cas, je ne comptais pas faire l'assistée et me remémorais déjà le compte total qui se trouvait dans la petite poche de ma robe. Arrivés là-bas, je me mis à saliver en humant la friture un peu dégueulasse. Pas diététique mais ce que ça sentait bon ! J'avais hâte de manger de cette merde...

Les yeux pétillants, je pointais un des menus sur l'affiche en effet très sale, déterminée.

"Celui-là ! Attends." Je fouillais dans ma poche et lui sortis un billet de vingt dollar que je déposais dans sa main un peu trop grande pour moi. "T'as cru quoi, que j'allais te laisser payer pour moi ? Je suis une petite pétasse, mais pas une opportuniste."

Je tapais des mains avec gaieté lorsque le monsieur Puant du kebab prit notre commande et regardais autour de moi, à notre table, pour voir un peu comment tournait le monde sans mes rollers. On attendit un petit moment sans vraiment parler, lui parce que cela devait le saouler de devoir faire la conversation à une fillette, et moi parce que j'étais obsédée à cette instant par l'idée de manger de la viande assaisonnée généreusement. Lorsque mon menu arriva, je ne me fis pas prier pour me mettre à manger comme une glouton, donnant presque l'impression que je n'avais pas avalé quelque chose depuis une éternité. Kebab, frites, kebab, frites... mon ventre se remplissait au fur et à mesure sans même que cela ne se voit réellement et avec ce phénomène, je me sentais moins maussade. Moins focalisée sur le fait que j'avais perdu beaucoup subitement et que je déjeunais avec quelqu'un qui ne me comprendrait probablement jamais et ne voulait pas être en ma compagnie.

Je finis par le fixer et, d'humeur plus 'gentille', lui demandais :

"Tu vas me dire pourquoi t'es là avec moi plutôt qu'avec des personnes que tu apprécies ?"


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 20:59
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Si j’avais eu le moindre doute quant à sa capacité à finir ses frites, je pouvais être rassuré. Le spectacle qui s’offrait à moi était plus que surprenant. J’avais arrêté de compter le nombre de fois où la gamine s’était resservie, et j’hésitais encore entre admiration et dégoût. Comment un si petit être pouvait-il ingurgiter autant de nourriture comme si de rien n’était ? Du bout des doigts, je piochais dans ma portion de frites pour les porter une à une à ma bouche et les mâcher consciencieusement, les yeux rivés sur Miss Teigne. C’était un gouffre. La bouffe dégoulinante de graisse encore chaude qu’on lui servait se perdait quelque part entre sa gorge et son ventre, sans jamais la rassasier. Est-ce qu’elle était sous-nourrie ? Peut-être qu’elle faisait de la boulimie ? Si ça se trouve elle allait s’empresser de vomir ses tripes aux toilettes dès qu’elle en aurait fini avec son repas.

Alors que je réalisais que tout ça m’avait coupé l’appétit, Romie sembla revenir à la réalité. L’instant béni pendant lequel elle savourait ce que j’appelais la « healthy junk food » paraissait révolu, et l’interrogatoire allait recommencer :

« Tu vas me dire pourquoi t'es là avec moi plutôt qu'avec des personnes que tu apprécies ? » s’enquit-elle d’un ton bien plus doux qu’à l’accoutumée.

Je me mis à la fixer avec curiosité, tentant de comprendre où était passée la petite garce avec qui j’avais gâché ma matinée. Comment pouvait-elle passer par tant d’humeurs en si peu de temps ? Cette gosse était un mystère, que je n’avais certainement pas la patience d’éluder.

« Je suis là parce qu’on m’a demandé de m’occuper de toi. » dis-je simplement, sans la quitter des yeux.

Difficile de lui expliquer que je n’appréciais pas grand monde. Quant à mentionner ma remise de peine en sa présence, c’était hors de question. Cela dit, je notai non sans un certain amusement l’intérêt qu’elle me portait à nouveau. Elle avait l’air de ne pas vouloir en démordre. Rien à foutre de moi ou pas, j’attisais sa curiosité. De ce qu’elle m’avait montré ce matin-là, elle aurait préféré mourir que de l’admettre, mais sous ses airs rebelles et autoritaires, elle ne trompait personne.

« Disons qu’on ne m’a pas demandé mon avis, sinon tu te doutes bien que j’aurais refusé le job. éludai-je en repoussant nonchalamment mon plateau. Ça fait longtemps que je ne cours plus après les petites pétasses, opportunistes ou pas. »

Le sourire sarcastique qui étirait mes lèvres refusait de se faire discret, cette fois, mais qu’importe. Je ne le réprimai pas.

« Entre nous, si je me mettais à t’apprécier, tu n’aurais plus à me poser cette question, pas vrai ? »
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 21:17
On ne pouvait pas m'en vouloir d'être si contradictoire. C'était dans ma nature, je ne pouvais pas faire autrement. Une fois je pouvais être garce, l'autre fois je pouvais être la meuf la plus sympa du monde. Je ne contrôlais pas vraiment ce genre d'émotions et j'avais lu de nombreux mantras qui disaient que ce n'était pas nécessaire de le faire. Qu'on était sensé m'aimer pour ce que j'étais et pas pour ce que je pouvais être pour les autres. Foutues balivernes... En ce moment, j'étais donc plutôt d'humeur gaie, ce qui paraissait probablement étrange vu mon comportement d'il y a à peine une heure. La nourriture y était pour beaucoup certes, mais pas que.

Ma curiosité recommença à faire des siennes et ce fut sans pouvoir m'en empêcher que je reposais des questions saoulantes à Alexei. Je comprenais bien qu'il ne veuille pas y répondre, moi-même à sa place, je n'en aurais pas envie. Pas le temps de faire ami-ami avec une petite gamine odieuse qui ne savait même pas ce que "travailler" voulait dire ! Je pouvais être dure avec moi-même...

"Ouai, j'me doute que tu aurais refusé. N'importe qui refuserait, moi y compris."

Je levais les yeux au ciel pour confirmer mon point de vue et prit une frite de son plateau qu'il ne touchait plus depuis un moment. Petite nature ? Petit estomac ? Bizarre pour un mec qui faisait deux fois ma taille ! J'eus un sourire à l'évocation du surnom que je m'étais auto-administré. Dans sa bouche, et dans un autre état que l'actuel, je l'aurais très mal pris. J'avais le droit de m'insulter mais lui il n'était pas en capacité de le faire en s'en sortant si bien. Sauf que là, je m'en foutais. Il pouvait se protéger derrière ses remparts d'insultes, je n'étais plus à ça près.

"C'est juste. Mais je ne demande pas à ce que tu m'apprécies. En fait, c'est même carrément impossible, à la limite de la pédophilie. Après, qui a dit que la discussion nécessitait une belle amitié ? Pas moi. Tu peux me détester, je peux te détester, ce n'est pas une raison pour faire comme si l'autre n'existait pas, tu ne crois pas ? À moins que tu ne sois encore en âge de réagir comme... Attends comme quoi ? Ah oui. Une petite pétasse opportuniste ou non."

À mon tour d'afficher un sourire entendu. Je m'amusais bien en fait, c'était bizarre à croire. Lorsqu'on y réfléchissait bien, ma seule vraie occupation de la journée pour l'instant avait été de m'en prendre verbalement à Alexei et ça m'avait amusé de le faire. Énervé, certes, mais drôle. Cela faisait un moment que je n'avais plus eu de camarade de répartie ! En vrai, depuis... 2-3 ans ?

"Si ignorer une gamine handicapée fait de quelqu'un le 'bad boy' de cette ville, soit. Je trouve ça juste un peu... couille molle de ne pas pouvoir répondre honnêtement à une gamine."

J'haussais les épaules et finis son plateau tout comme le mien. Malgré ma petite bouche, j'avais carrément englouti un bœuf à moi toute seule !


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 22:11
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
C’est avec ses éternels grands airs de véritable petite chieuse que Romie me répondait. Elle avait l’air de bien s’amuser, en tout cas, à rebondir sur chacun de mes mots pour me lancer de petites piques. On pouvait dire ce qu’on voudrait, cette fille-là avait un sacré cran. Au fond, ça m’amusait pas mal qu’on me donne la réplique de la sorte. Quelque part, j’avais la sensation d’être normal. Un type inoffensif, qui se la jouait bad-boy avec ses muscles de petite gonflette et son sourire Colgate. Un de ces gars foutrement chiants du genre à faire vrombir le moteur de sa Harley à la sortie des boîtes de nuit, autant pour le plaisir d’emmerder les bonnes gens ensommeillées que pour attirer l’attention d’une éventuelle poulette à ramener dans son pieu. Je ricanai. Ouais, sans aucun doute, Romie me prenait pour un de ces pauvres types. Grande gueule, couille molle, comme elle le disait si bien…

La laissant piquer les frites qu’il me restait le plus naturellement du monde, je posai un coude sur la table et appuyai ma joue contre mon poing.

« Est-ce que la petite pétasse a décidé de pousser l’opportunisme jusqu’à vider mon assiette en plus des stocks de la boutique ? J’ai peur que le gars derrière les fourneaux soit en train de s’arracher les cheveux, avec le rythme que tu lui imposes. »

Je la provoquais, sans aucune méchanceté cette fois-ci. À vrai dire, j’étais pas mal impressionné, pour ne pas dire inquiet quant au traitement auquel elle devait avoir droit en temps normal, pour montrer un si féroce appétit.

« Je n’ai que vingt-trois ans, tu sais, poursuivis-je. Difficile de parler de pédophilie dans ton cas, tu dois bien avoir seize ans, non ? Enfin, si ça peut te rassurer, je les aime un peu plus épaisses que toi. Cela dit, si tu te considères encore comme une enfant, je doute d’être en mesure de répondre à tes questions aussi franchement que tu le voudrais. »

Peut-être allait-elle tiquer sur la mention que j’avais faite au sujet de son âge. Mais c’était la stricte vérité, si je commençais à lui confier le pourquoi du comment je me retrouvais là, à jouer les gardes chiourmes pour handicapés, elle risquait bien de rendre son déjeuner sur-le-champ.

« Tu sais, parfois il va de l’intérêt général d’ignorer certaines choses, conclus-je d’un air entendu. Un dessert, ma jolie ? »

Je m’étais levé pour poser un billet sur le comptoir, que l’employé s’empressa de fourrer dans sa poche.
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 22:34
Il avait eu une réplique sympa. Cela m'étonnait. Autant que cela devait l'étonner de m'entendre parler aussi... est-ce que gentiment était le mot adéquat ? Non, il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin non plus. Je m'en foutais de son avis sur ma façon de manger, on n'était pas dans un jeu de séduction, je n'avais pas à faire attention. Aucun parent, aucun amoureux, aucune bande à impressionner... J'étais libre de faire ce que je voulais, ne craignant pas le regard d'Alexei sur ma personne.

"Tu fais plus vieux" dis-je avec tout le naturel du monde, comme si c'était une évidence. "Tu veux dire, avec de plus gros seins ?"

J'eus un petit sourire en mimant les gigantesques bouées d'une bimbo sans cervelle que je m'imaginais dans ma tête. Bref, cela n'était pas étonnant. Il était, d'aspect général, le genre de mec à kiffer les gros bonnets plutôt que les petits, à se toucher la nouille sur des culs comme ceux de Kim Kardashian. En somme, il ressemblait à beaucoup de garçons de son âge. Aucune originalité.

"Et pour info, j'ai bientôt dix-huit ans."

Je ne voyais pas pourquoi je tenais tant à le mentionner, lui comme moi nous foutions bien de mon âge en l'occurence. Pourquoi, déjà, la conversaion avait-elle dérivée sur ses goûts en matière de meufs et ma taille de petite fille de huit ans ? Je ne m'en souvenais plus. Je ne me souvenais pas avoir eu une aussi longue conversation depuis longtemps, tout simplement.

"Je veux une glace au café !"

Avec une telle réflexion, difficile de ne pas m'associer à un enfant, mais tant pis. J'en profitais pour manger tout ce qu'on me refusait au quotidien, et le sucré était prioritaire. Je fus étonné de le voir payer pour moi sachant que j'avais largement les moyens de m'offrir ça. Encore une fois, réelle sympathie ou juste pitié morbide ? Je regardais l'heure et soupirais. Encore une petite heure et j'allais avoir ce fichu rendez-vous qui me prenait les tripes. Une mine sérieuse et réfléchie s'installa sur mon visage sans que je ne le cherche. J'étais vraiment soucieuse, anxieuse, stressée et... oui, j'avais un peu peur. C'était difficile à avouer pour moi qui ne souhait afficher aucune faiblesse au quotidien mais c'était la réalité. J'étais morte de trouille à l'idée de subir les directives de quelqu'un qui ne pouvait même pas comprendre ce que perdre sa motricité voulait dire. J'avais peur de me rendre compte que le reste de mon corps ne suivait pas. J'en étais consciente, bien évidemment, sauf que là ce serait différent. Ce serait un coup de poing en pleine face pour la petite gamine que j'étais.

Je ne remarquais pas qu'il était revenu et me sortais de ma pensée par la seule odeur du café de ma glace. Un petit "merci" passa la barrière de mes lèvres et je dégustais mon dessert sans trop y croire. Soudainement, j'étais redevenue morose. Encore une fois, ma nature avait fait des siennes et je ne la contrôlais pas.


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Romie ▴ 1 2 3
Mon surnom : Alex
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Bélier
Dans la vie je suis : barman, mais aussi membre des Fallen
Catégorie Sociale : en train de purger une peine
J'aime les : les femmes
Sosie de : Julien Marlon
Double compte : Oliver Ross.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Nov - 0:12
Alexei ft. Romie
Be my super boy.
Une chance que Romie ait terminé mon assiette, sans quoi j’aurais bien pu m’étouffer. Plus vieux ? Oui, oui, sans doute. J’avais grandi trop vite. Ou du moins, bien différemment des garçons qu’elle devait connaître. Je ne m’en plaignais pas, loin de là. Je me sentais bien comme ça, autonome, indépendant, fort des diverses expériences qui avaient fait de moi l’homme que j’étais aujourd’hui. Je n’étais pas fier de tout, ça non. Bien au contraire… Avec le temps, je commençais à comprendre la souffrance que j’avais causée à ma mère pour qu’elle m’envoie à des kilomètres d’elle. J’était le seul à blâmer, pour l’avoir poussée à prendre cette décision. J’avais clairement un plomb dans la tête, un truc qui tournait pas rond. Mais je vivais avec, et j’apprenais à me contenter de ce que j’avais forgé, année après année, pas à pas, au rythme de mes joyeuses conneries.

La môme ne tarda pas à me tirer de mes pensées, avec ses histoires de gros seins. Quoi, seins ? Quoi ? Oui, bon, j’avais bien compris qu’à ses yeux je n’étais rien d’autre qu’une bête caricature du gros beauf dont les centres d’intérêt se résumaient à la gonflette, au tabac et aux minettes bien gaulées. Si seulement elle savait… J’avais connu beaucoup de femmes, oui. Sans aucun doute plus qu’elle n’avait de petits camarades au lycée qui s’étaient retournés sur son passage. La comparaison était faible, après tout, nous n’avions pas le même âge. Quoi qu’elle était jolie également, dans son genre.

J’en étais à peu près là de mes réflexions lorsqu’elle m’indiqua qu’elle allait sur ses dix-huit ans. Oui, certes, et alors ? Je ne pus m’empêcher de sourire. À croire qu’elle voulait être traitée comme une femme !

« Génial, tu peux t’envoyer en l’air avec n’importe quel new-yorkais ! Félicitations. » lui répondis-je du tac-au-tac avant d’écoper d’un regard noir.

Machinalement, lorsqu’elle me réclama une glace au café, je jetai un oeil au menu encore brillant de crasse. Pas certain qu’ils en servent très souvent, des glaces, par ici. Ni une, ni deux, je filai au bout de la rue en acheter une à un glacier qui me parut immédiatement plus propre sur lui. Je comptais attendre que la gamine, enfin satisfaite, savoure sa glace tranquillement, mais elle ne se rendit même pas compte de ma présence. Un air triste avait remplacé sa bouille ravie d’enfant rassasiée, comme si elle venait de digérer son kebab, et que la magie des derniers instants s’était évaporée aussitôt. En soi, je n’en avais pas grand chose à foutre ; elle m’avait promis de se tenir tranquille tout le reste de la journée, quelles que soit son humeur. J’espérais simplement qu’elle ne se montrerait pas toujours aussi lunatique, sans quoi j’allais finir par perdre le peu de patience dont je faisais preuve à son encontre. Tranquillement, je me contentai de lui glisser le cornet dans la main.

« Allez viens, on se tire de cette friture, lui lançai-je en attrapant les poignées de son fauteuil, quasiment certain qu’elle ne m’écoutait pas. On a encore un tas de choses à faire. »
GOTHEIM sur Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Sujets de rp-
Sauter vers: