AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet  :: Archives :: Story end :: Fiches périmées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avery Cromwell - Ils vécurent heureux et... Ah non, ça n'existe que dans les contes de fées !

avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 21:15
Invité
Avery Cromwell
26 ans ⠇Le 15 Juin 1990 à Philadelphie ⠇américaine ⠇Américaine ⠇Célibataire…  ⠇Hétérosexuelle ⠇Actrice ⠇Plutôt aisée
Lucy HaleSigne de l'air
 
Gémeaux

De nature sociale, j’apprécie aller au contact des gens puis après-tout, c’est aussi mon métier qui me l’impose ! Cependant, je suis aussi méfiante de ceux qui me veulent du mal et encore plus depuis l’agression. Créative, j’adore tout ce qui se rapporte à l’art et aussi au théâtre, ce n’est tout de même pas pour rien que j’ai fait des études là-dedans et que je suis devenue actrice. J’ai parfois tendance à être jalouse et un peu trop protectrice avec ceux qui me sont proches comme mon fils ou Rusty. Je ne supporte pas les pics et ni les remarques sur ma vie de famille. Donc oui, je suis légèrement, voire beaucoup, susceptible. Par contre, je suis toujours souriante même si la personne en face de moi n’est pas vraiment ce que j’ai envie de voir, mais je joue à merveille la comédie.
 
petite citation

Quand j’étais petite, ma mère me racontait des histoires de princesses et dans ces histoires de princesses, tout finissait toujours. Et ma maman, elle, elle ne m’a pas dit comment on faisait pour pouvoir vivre heureuse comme ces princesses. Je dois donc me débrouiller toute seule.
Vous savez ce que ça fait que de vivre dans l’ombre de sa sœur ? Enfin que sa grande sœur vive dans l’ombre de sa petite sœur plutôt ? C’est ce que vivait sans cesse Kaylee. Je n’étais pas bien grande, enfin j’avais trois ans, mais à trois ans je savais déjà faire à manger toute seule comme une grande ! Bref… Quand j’étais enfant, petite, mioche, ce que vous voulez, Kaylee –ma grand sœur- vivait dans mon ombre. J’étais la petite dernière, tant désirée depuis des années. Mes parents m’ont donc chouchoutée, aimée et gâtée comme pas permis ! De son côté, ma sœur ne faisait rien de plus que de faire la lecture en me couchant, me donner à manger quand elle le devait et me faire un bisou de temps en temps. Je n’ai jamais eu son amour, elle n’a jamais eu mon amour alors que je voulais tant lui montrer. Pourtant, je sentais que j’avais besoin d’elle mais l’amour de mes parents m’étouffait et à cet âge-là je ne comprenais pas ce que ça voulait dire. Alors j’ai laissé faire, j’ai laissé ma sœur prendre de la distance pour ne jamais plus pouvoir la retenir. Pas même à l’aide d’une corde.
« Kay ? Tu vas où ? Tu t’en vas ? » Demandais-je à ma sœur. Je ne savais pas qu’elle parait pour partir. Alors quand elle m’a regardé avec ses grands yeux marrons/châtains qui brillaient, j’ai indirectement compris. « Je reviendrai Avy, je reviendrai. J’ai besoin de partir. Tu prends soins de papa et maman pour moi ? » Je hochais la tête sans vraiment savoir pourquoi. Je savais qu’une partie de moi s’en allait avec elle. C’était ma sœur et ma grande sœur. Et elle partait. Je pris le bas de son t-shirt et le tira pour qu’elle se baisse à ma hauteur. « Je peux te dire un secret ? » Elle me fit un bisou sur la joue et attendit que je lui dise. « C’est moi qui ait piqué ton nounours rose… » Pourquoi lui dire maintenant ? Je ne sais pas, mais je me sentais mieux et j’ai vu dans son regard qu’elle ne m’en voulait pas. « Alors, fais-moi plaisir garde le. Garde le et un jour tu verras qu’il te resservira. Tu en auras besoin. A ce moment-là, je serais à tes côtés. Tout le temps. » A cet instant, je ne compris pas ce qu’elle voulait me dire. Mais maintenant, en prenant du recul. Si.

La vie se passait bien, oui, tout se passait très bien. Sauf le jour où ma mère tomba dans les pommes en plein dans la cuisine. Je ne compris pas tout de suite, je pensais que c’était quelque chose de lourd qui était tombé. Alors quand je demandais si tout allait bien et que personne ne me répondait, je compris que rien n’allait. Je poussais mes affaires de la table et me rendis dans la cuisine, doucement. Et je la vis, inerte sur le sol. « MAMAN ! MAMAN ! » Et je continuais de crier comme ça pendant dix minutes. Il me fallut dix minutes pour prendre conscience qu’il fallait que j’appelle les pompiers, enfin un truc dans le genre. Dix minutes et j’ai l’impression que ces dix minutes ont pris une décision pour la vie de ma mère. Je m’en sens même coupable. Les ambulanciers sont arrivés, pour moi, tout se passait au ralenti. Des gens avec leur costume, des appareils qui faisaient du bruit, mon père qui arrive en courant et me prend dans les bras. Toute cette scène je l’ai vécu au ralenti, alors je me demande comment j’ai pu me retrouver sur les bancs de l’hôpital en train d’attendre un docteur avec un magazine à la main. Ce qu’il disait m’en glaçait le sang… Côté famille, soyez soudés entre vous lors des épreuves difficiles, c’est ce qui fera votre force... Les larmes aux yeux, je reposais le magazine en secouant la tête, ce n’était qu’une circonstance de cause. Rien de plus. C’était bidon. Alors que je m’énervais contre ce truc, je relevais la tête pour fixer le mur en face de moi. Attendant et réfléchissant. Le pire, c’est que je ne me souviens pas des derniers mots que je lui ai dit. Lui ai-je dit « je t’aime » ce matin ? Je n’arrive pas à m’en souvenir. Les larmes ont enfin cessé de couler pour mon plus grand bonheur. Enfin, je pense que je pleurerai encore et encore jusqu’à ce que ma mère rouvre les yeux et que je puisse lui dire à l’infini que je l’aime. Le médecin arriva, blouse blanche, stéthoscope, allure droite. « M. Cromwell ? Docteur Hollinski… Votre femme a subi une lourde opération… » Je ne les écoutais plus. Je ne voulais plus entendre le charabia de ce docteur et je ne voulais pas savoir ce qu’il allait dire, prononcer ou même juger.
Je me dirigeai vers sa chambre dont j’avais entendu le numéro avant de partir marcher. Mes jambes se faisaient lourdes, se trainaient alors que ma seule envie c’était de courir la rejoindre pour la serrer dans mes bras. Une fois devant la porte, je pris une grande inspiration et entrai. Ca puait… l’hôpital. Et je la vis, endormie sur son lit, paisible comme si un sourire allait traverser son visage d’un moment à un autre. Mais non. Je me rapprochai de son lit et pris sa main. Elle était glaciale. Les moniteurs ne cessaient de faire du bruit et de contrôler le corps de ma mère. « Tu sais que tu n’as pas le droit de m’abandonner maman ? Tu le sais ? Kaylee n’est même pas là… Tu ne peux pas partir. » Mes larmes recommençaient à couler sans que je le veuille. Je sentis une main sur mon épaule et inutile de deviner que ce n’était autre que mon père. « Ma chérie… il faut que tu lui dises au revoir… » Et ce fut à cet instant que je compris que je ne reverrais plus ma mère. De quoi est-elle décédée ? Rupture d’anévrisme. Tragique mais elle n’a pas eu le temps de souffrir apparemment. C’est ce qu’on dit les médecins. « Mais qui va me raconter la fin de mon histoire de princesse ? Comment je vais faire sans toi ? » L’horoscope peut être ? Enfin bref,  ce fut les jours et les mois les plus durs de toute ma vie. Et je ne cesserais de me dire que c’est à cause de ces dix minutes que le sort de ma mère s’est joué. Ou bien à cause de ce qui était marqué dans cette revue.

Début du lycée, bagages en main. Me voici, me voilà Interlochen Center of the Art. L’internat, ce n’était pas mon truc, mais bon, pour me changer les idées et pour pratiquer tout ce que j’aime. Le chant, la comédie, le théâtre. Donc j’ai choisi d’intégrer cet internat, donc cette école pour pouvoir étudier ce que j’aime le plus au monde. Je fus vitre pris dans le mouvement, à vrai dire on ne chômait pas !  Mais les cours me plaisaient et les gens n’étaient pas si horribles que ça finalement. J’arrivais même à m’y sentir à l’aise, c’est pour dire ! Je me suis fait des amis et surtout un ami en particulier. « RUSTY ! RUSTY ! Attend moi ! Il faut que je te raconte un truc. » Voilà, il s’appelle Rusty, il est beau, brun et super craquant mais il a un sacré problème avec les filles. Sauf moi, peut être parce qu’entre nous, c’est simple comme bonjour. C’est mon meilleur ami. Il connaît tout de moi et je connais tout de lui. On n’a pas besoin de parler pour se comprendre, un simple regard suffit. « Dis, tu sais ce qu’il y a de pire entre le fait que je vais t’écouter jouer du violon et que tu vas m’écouter chanter en même temps ? Bah les deux sont une catastrophe. Je pense donc qu’on devrait dire à l’école de fermer au cas où il y aurait une tempête… » Je rigolais bien entendu. Il jouait à merveille du violon. J’adorais l’écouter et à en perdre mon souffle à la fin. Rusty m’inspirait aussi pour mes chansons, mais ça il ne le sait pas ! Je ne vais pas tout lui dire tout de même. Cependant, malgré le fait qu’il ait un problème avec les filles, il ne sort jamais, préférant geeker. Et moi… moi je voulais découvrir du monde, sortir et profiter de la vie. Après tout, une vie étudiante, on en a qu’une non ? Alors oui, je suis sortie beaucoup. J’en ai même profité, je voulais savoir ce que ça faisait que de boire, de sentir l’alcool monter dans le sang. Et de connaître aussi le désespoir et le mal-être. Heureusement, il était là, encore et  toujours. « Ohlalala, je ne me sens pas bien... Tu peux ralentir s’il te plaît ? » Et je suis sûre qu’on était déjà en deçà de la limitation de vitesse demandée mais, là, c’était ingérable cette situation. « Arrête toi ! Je vais vomir ! » Et je vomis avant même qu’il ait arrêté la voiture, j’eus le réflexe d’ouvrir la portière et de rendre tout ce que j’avais ingurgité pendant la soirée. Soit, pas grand-chose à part beaucoup de liquide. Je crois que je n’aurais jamais autant compté sur lui. Il est toujours là pour moi et je suis toujours là pour lui. C’est comme ça entre nous. Même aujourd’hui, je le ressens encore. Ce petit quelque chose qui me fait sentir heureuse quand je suis avec lui.

Il m’avait prévenu… Je le sais, il le sait. Nous le savons. Il m’avait prévenu. Je faisais les cents pas dans ma chambre en train de me manger l’intérieure de la joue en attendant que Rusty arrive. Ca ne devait pas arriver, ça n’aurait pas dû. J’en ai mal à l’estomac. Je ne veux pas que ça arrive ! Je ne suis pas prête. Ca fait seulement deux ans que j’ai quitté mes études, j’ai un emploi stable, je ne peux pas être enceinte et avoir un enfant. Puis de qui il est ? Voilà pourquoi je me déteste encore plus.  Et quand il entra, je me jetai dans ses bras et pleurai. « Je… je sais pas quoi faire Rusty. » Alors il me soutint. Il m’indiqua quoi faire, comment faire et j’attendis. Nous attendions les résultats par téléphone. Puis il sonna et je sus. Je sus que dans exactement sept mois j’allais avoir un bébé. Seule. J’allais avoir un bébé. Des larmes coulèrent sur mes joues sans que je puisse les retenir. Comment allais-je faire ? Et quand j’entendis les paroles de mon meilleur ami, cela me fit un bien fou et réveilla en moi des papillons de joie et des papillons tout autre. Mais il serait là, il m’aiderait. « Tu me l’avais dit. » Voilà, je l’avais dit pour lui. Ca me permettait également de remettre mes idées claires. Ce qui m’arrivait n’était autre que ma faute. Je n’aurais pas dû coucher à droite et à gauche pour vivre ma jeunesse. Maintenant, je me retrouvais avec un polichinelle dans le tiroir. Bien joué Avery. Mais la vie de maman n’était pas si terrible que ça. Enfin sauf l’accouchement ! J’avais exigé à ce que ce soit Rusty qui m’accompagne… Bon, ce n’était pas gagné car il était tout aussi mal que moi, mais ce n’était pas de ma faute à moi ! Je lui avais bousillé sa main, mais c’était pour accueillir avec enthousiasme le petit Barry. Quand je vis son regard, je sentis mon cœur chaviré, je sus que ça allait être la prunelle de mes yeux et celui que je protégerai coûte que coûte. Qu’il faudrait me passer sur le corps pour obtenir ce petit bout de chou. J’attrapai sa petite main et déposai mes lèvres dessus en lançant un regard à Rusty. « C’est tonton Rusty ! » Je fermai les yeux et les laissai me reprendre le bébé pour me reposer ensuite. Et j’étais loin de m’imaginer que ce n’était que le début et que j’allais bien souffrir. Je ne fus pas déçue entre les réveils à quatre heures du matin et les pleurs incessants, je ne me sentais pas en super forme. Mais mon meilleur ami était là, bien qu’il soit occupé ailleurs et que ça me gonfle, il était là. Enfin osais-je l’appeler encore mon meilleur ami alors que j’avais découvert que je ressentais bien plus que cela pour lui ?

J’étais prête à lui dire, oui je l’étais ! Du moins, jusqu’à ce que je sache qu’il partait avec Jade en vacances. Ca, ce n’était pas prévu. J’avais du mal à l’accepter et il le comprit enfin, non je ne crois pas. Il ne comprenait pas ma réaction… Jade… Je détestais cette fille alors que je la connaissais à peine, mais je n’hésitais à pas à aller à sa rencontre pour lui dire ce que je pouvais ressentir vis-à-vis de son comportement avec Rusty. J’étais jalouse, jalouse car mon meilleur ami n’était pas capable de voir à quel point je l’aimais ! Ca se voyait dans les yeux, je recevais plus d’amour et d’attention de la part d’un fan que de Rusty. Oui son problème avec les filles se décoinçaient, mais tout de même. J’étais un peu désagréable avec lui mais il m’aidait énormément avec Barry que je ne pouvais pas ne pas le voir ou même lui parler, il restait mon meilleur ami après tout. Et il le resterait si jamais je ne passais pas à l’action. Mais je n’étais pas la seule à vouloir franchir le pas, le fameux fan aussi. Il gardait Barry ce jour-là, et ce fut mon chien qui m’accueillit en jappant faiblement, comme terrifiée. J’arquai un sourcil car je n’entendais rien et avec le mauvais temps et le vent, je ne savais pas où était Rusty. « Rusty ? » Je le cherchais et je le découvris dans la chambre de mon bébé qui dormait paisiblement, mais qui lui, le beau brun était ligoté. Enfin… Il était attaché à mon rockingchair avec un homme derrière. Ce fut tellement horrible, j’en pleurais, j’étais sur le sol, suppliant de le laisser tranquille et jetant un œil à Barry pour ne pas qu’il reporte son attention sur lui. Celui qui était en train de déformer les traits de Rusty était jaloux, jaloux de le choisir et non pas lui. Pourquoi ? Je devais répondre à cette question, les larmes aux yeux, je brodais, je gagnais du temps car je ne voulais pas qu’il l’apprenne ainsi. Non, ce n’était pas possible, pas pour lui. Mais le voir en train d’approcher ses mains sales vers son visage. Alors j’explosais, en me relevant et me mettant face à lui, jetant un regard à Rusty, un regard qui en disait long. « Parce que je l’aime. » Je sentis une larme couler sur ma joue, les yeux toujours fixer dans ceux de Rusty et non de son agresseur. D’ailleurs ce dernier allait m’attraper lorsque mon regard rencontra le sien, je me reculais, et je le vis s’approcher de moi avec un regard qui voulait en dire long. Oui, j’avais choisi celui que je n’aimais pas un psychopathe mais apparemment ça ne lui plaisait vraiment pas. Je rencontrai le mur et fermai les yeux, pour ne pas savoir ce qu’il allait me faire. Cependant, j’entendis un grand bruit sourd, enfin de grands bruits sourds et quand j’ouvris de nouveau les yeux, je vis Rusty sur l’agresseur, tous les deux assommés par le lit de Barry. Je soupirai et me précipitai sur le téléphone pour prévenir les secours et la police. Je m’approchai de Rusty et passai ma main sur son visage. « Je suis tellement désolée… » Et maintenant ? J’allais faire quoi maintenant ? Et lui ? Je n’avais pas eu le temps de mémoriser sa réaction quand j’avais explosé et dis la vérité. Puis à son réveil à l’hôpital je compris que je devais m’éloigner, et je le comprenais mais mon cœur se serra et je sentis comme un couteau se planter dedans. Une douleur trop dure à supporter en le regardant. Je m’étais mise dans une merde pas possible alors qu’il éprouvait des sentiments pour Jade, cette rousse… Attendre, encore et toujours, attendre.


Pseudo :
Trucpau
Âge :
21 printemps
Pays/région :
France
Fréquence de connexion :
Aussi souvent que je le peux
Longueur de rp :
en moyenne 800 mots
Comment as-tu découvert le forum ? :
Par Rusty ♥♥
Quelque chose à ajouter ?:
Le contexte est original, le forum est joli, bref, rien à dire :brille:


N'oubliez pas remplir ces codes pour l'ajout de votre célébrité et votre nom dans les différents bottins.

Code:
[b]Lucy Hale[/b] ⠇Avery Cromwell
Code:
[b]Avery [/b]
Code:
[b]Cromwell[/b]



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 21:25
Invité
Bienvenue officiellement Avery hanoui:
Bon courage pour ta petite fiche et hâte de voir ce que tu nous réserves
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexie Bennett
Admin - Cancer
My diary :

Mon surnom : Lex
Mon âge : 23
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : étudiante mais par simple amusement dorénavant
Catégorie Sociale : T'es des bas-fond, mais ta beauté te donne du travail, un travail qui paie. Depuis peu, on te repère petite princesse.
J'aime les : Les pâtes, les pâtes et encore des pâtes ?! Oui, à la bolognaise, à la Carbonara, au Pesto, vous pouvez vous faire plaisir j'adore ça. Mais la vérité c'est que je crois que je tombe amoureuse de mon meilleur ami, et c'est difficile pour moi de l'admettre.
Sosie de : Gigi Beauty Hadid
Double compte : Nate le sexy mexicain
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:28
Bienvenue jolie demoiselle

Bonne continuation pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions hanoui:




Could die in your arms.
Lexie Bennett ♡ Before you met me, I was alright but things were kinda heavy. You brought me to life now every February. You'll be my valentine, valentine. Let's go all the way tonight...No regrets, just love. We can dance until we die.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Léonie Amaury
Admin - Lion
My diary :
«Est-ce que tu t'es déjà senti vivre ou est-ce que tu essayes de t'en persuader ?»

Mon surnom : Lee
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : lion
Dans la vie je suis : ton père
Catégorie Sociale : en quête de mon sugar daddy
Sosie de : adele e.
Double compte : ta soeur.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:29
"Mais il préfère les rousses" je meurs
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Priam Blake
Gémeaux
My diary :

Sex On Fire
Je suis un paradoxe. J’ai ce côté prince charmant que toute femme recherche. Le mec tendre qui te tient la porte et qui, au fond, a un petit côté fleur bleue. Celui qui te traitera comme une princesse te feras rire. Or, je suis aussi le mec au regard brûlant qui glissera ses doigts dans ta culotte en public. N’essaies pas de me comprendre, ça te filera des migraines, chérie..

Mon surnom : Blake
Mon signe astrologique : Gémeaux
Dans la vie je suis : diablement sexy et accessoirement male stripper baby.
Catégorie Sociale : je m'en sors...
J'aime les : courbes féminines, les gémissements et les soupirs, l'excitation et le danger. Je t'aime toi, ici et maintenant, une unique nuit qui, je l'espère, seras la meilleure de ta vie.
Sosie de : Nico Tortorella
Double compte : ta mémé.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:31
OHHH LUCY
Bienvenue ma belle
Bonne continuation pour ta fiche! :oups:



On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mycroft Hoffman
Admin - Cancer
My diary : .
✽ Fils de pute
✽ Super génie
✽ Intéressé par toutes les formes de sciences
✽ Relativement pauvre
✽ Relativement riche
✽ Fils caché de Big Brother
✽ Fils inconnu du banquier Hoffman
✽ Queutard en série

Mon surnom : Myc
Mon âge : 27
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : Agent du FBI
Catégorie Sociale : Paye + activité illicites, ça paye bien
J'aime les : Les femmes. Je les aime trop. Et elles me le rendent bien.
Sosie de : Grant Gustin
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:31
Bienvenue chez nous !!!! :02: :02: :02: :02: :02: :02:

Bon courage pour ta fiche !


    good vibes
    Challenge yourself by listening to someone else's point of view, even the ones you disagree with. This is there you will learn the most.©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 21:35
Invité
Eileen Callaghan a écrit:
"Mais il préfère les rousses" je meurs
Bienvenue
(a). Merci Very Happy

Merci tout le monde

Bah dis donc, tes accueils envoient du pâté Milo ! Mais merci
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : "Everything has ruined him, so he’s trying to ruin everything."
Mon surnom : Eli
Mon âge : 20
Mon signe astrologique : taureau
Dans la vie je suis : étudiant en architecture et vendeur
Catégorie Sociale : pas bien riche
J'aime les : Lex.. pardon, LES jeunes femmes, même si j'admets avoir une préférence pour les grandes blondes d'1m79, au regard azur qui semble vous transpercer l'âme et... bref.
Sosie de : Luke Hemmings
Double compte : Nemo filet-o-fish & Pepette a.k.a. Hermia
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 21:49
Bienvenue parmi nous, et bon courage pour ta fiche !




The king & the queen of the new broken scene.
Eliott Monahan ☁ ‘Cause I've been talking to my friends the way you take away my breath, it's something bigger than myself, it's something I don't understand, no, no. I know we're young and people change, and we may never feel the same.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Crédit: Bazzart ~
Mon surnom : Ellie, pour les plus courageux
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : Balance
Dans la vie je suis : Psychologue et Profiler
Catégorie Sociale : Actuellement à la recherche de sa richesse
J'aime les : Hommes
Sosie de : Phoebe Tonkin
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 23:01
Bienvenue ! J'ai hâte de voir ce que tu vas faire


Highway of fallen queens
Sisters, Till death do us part  ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 23:28
Invité
:drague: :drague: :drague: :drague: :drague:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 23:30
Invité
Merci, vous êtes gentils :allez:.

Réserve moi un lien jolie Elena

Rusty
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Crédit: Bazzart ~
Mon surnom : Ellie, pour les plus courageux
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : Balance
Dans la vie je suis : Psychologue et Profiler
Catégorie Sociale : Actuellement à la recherche de sa richesse
J'aime les : Hommes
Sosie de : Phoebe Tonkin
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 23:38
Je te garde un lien bien au chaud Avery vient me le demander quand tu veux


Highway of fallen queens
Sisters, Till death do us part  ∞


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexie Bennett
Admin - Cancer
My diary :

Mon surnom : Lex
Mon âge : 23
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : étudiante mais par simple amusement dorénavant
Catégorie Sociale : T'es des bas-fond, mais ta beauté te donne du travail, un travail qui paie. Depuis peu, on te repère petite princesse.
J'aime les : Les pâtes, les pâtes et encore des pâtes ?! Oui, à la bolognaise, à la Carbonara, au Pesto, vous pouvez vous faire plaisir j'adore ça. Mais la vérité c'est que je crois que je tombe amoureuse de mon meilleur ami, et c'est difficile pour moi de l'admettre.
Sosie de : Gigi Beauty Hadid
Double compte : Nate le sexy mexicain
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 23:50

Let's roll baby !
Let's roll baby !




Félicitations ! Les astres ont décidé que tu es digne de faire partie de notre constellation !

Tu n’as plus rien à faire si ce n’est jeter te préoccuper de l’influence qu’à sur ta vie l’horoscope. Tu peux d’ores et déjà le consulter ici.
Comme tu le sais, une constellation est composée de plusieurs étoiles ! Mais tu peux créer la tienne afin d’être en relation avec des astres aussi brillants que toi.

Nous n’oublions pas le plaisir, n’hésite pas à nous rejoindre dans la partie flood pour déconner comme il se doit. La cb est là aussi, la maîtresse des lieux se fera un plaisir de d’accueillir comme il se doit.
Bienvenue parmi nous !





Could die in your arms.
Lexie Bennett ♡ Before you met me, I was alright but things were kinda heavy. You brought me to life now every February. You'll be my valentine, valentine. Let's go all the way tonight...No regrets, just love. We can dance until we die.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 23:52
Invité
Elena : j'arrive dans pas longtemps dans ce cas :allez:

Merci Lexie
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Fiches périmées-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: