AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end :: Sujets de rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The animal I have become ♦ PV Lex [2 years ago]

avatar
Mon surnom : Appelle moi comme tu veux
Mon âge : 28
Mon signe astrologique : Balance
Dans la vie je suis : Trop swag pour toi
Catégorie Sociale : Riche
J'aime les : Femmes
Sosie de : Alex Libby
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 13:33
The Animal I Have Become ft. Lex && Edou
Comment pouvait-il être un tel enfoiré ? J’étais dans un bar, à une table tout au fond dans l’obscurité et je laissais mes larmes couler sur mes joues, tandis que je contenais la haine que j’avais pour cette homme en faisant pianoter frénétiquement mes doigts sur la table crasseuse de ce bar merdique. Je ne savais pas si c’était des larmes de haine ou de tristesse. Un peu des deux je pense, bien que ma frustration d’avoir un père aussi détestable prenait le dessus sur les deux autres sentiments. J’étais venu à New-York pour le voir, Anna n’était pas au courant bien sûr, j’avais prétendu un voyage juste pour acheter un cadeau à ma fille qui viendrait de l’autre bout du monde. Elle ne m’avait pas posé plus de questions que ça, mais je sentais en elle une part de méfiance.  Ma fille elle avait pleuré lorsque je lui avais annoncé que je devais partir 3 jours aux Etats-Unis et cela m’avait brisé le cœur. J’avais tout prévu de A à Z pour que mon voyage se fasse dans la discrétion la plus totale et tout ça juste pour voir mon père. Homme que, soit dit en passant, je n’avais pas vu depuis des années. Nous étions fin décembre, l’année 2015 approchait à grands pas, et mon père m’avait téléphoné afin de s’excuser sur tous ses agissements depuis ma naissance. Je ne sais même pas pourquoi, je n’avais pas raccroché à ce moment-là en l’envoyant bouler, le fait étant que je ne l’avais pas fait. J’étais venu à New-York pour lui et depuis il n’avait jamais répondu à mes coups de fil. Je ne savais pas ce qui le poussait à me faire ça, à me faire du mal. J’avais été chez lui, il n’était pas là d’après son gardien. Je lui avais téléphoné, j’ai même prolongé mon voyage de deux jours pour le voir, mais rien. Je me retrouvais aujourd’hui, à mon dernier jour de voyage sans aucune nouvelle, à pleurer dans un bar à New-York et avec un sentiment de haine envers lui qui prenait le dessus. Je le détestais, je les détestais tous. Qu’ils aillent brûler en enfer, je déteste tout le monde sur cette planète de merde et je les ferais payer. Si je ne peux pas l’avoir lui, quelqu’un d’autre prendra à sa place, j’en étais persuadé.

Depuis que j’étais entré dans ce bar, je n’avais compté combien d’argent j’avais dépensé en Whisky et il fallait dire que je m’e moquais pas mal. J’avais une somme d’argent plus qu’importante et des envies de tout oublier. Je commandais donc un autre double whisky sans glace tandis que je sortais une cigarette de mon paquet afin de la glisser à la commissure de mes lèvres. Une fois mon verre apporter, je pris la direction de la sortie de derrière. Je titubais et grommelait des injures. Depuis toujours j’avais l’alcool mauvais et particulièrement ce soir. Pour dire vrai, j’avais des envies de meurtre. Je ne savais pas si j’étais en train de devenir fou, mais j’avais envie d’utiliser cette haine pour faire du mal. Beaucoup de mal. Une fois à l’extérieur, j’allumais ma cigarette en sirotant doucement mon breuvage. J’étais en train de me calmer, fantasmant aux choses que je pourrais faire, lorsque je fis interrompu par une voix. Je l’entendais assez clairement. Elle se rapprochait. Etonnamment elle ressemblait à celle d’Anna. Anna.. Pourquoi ne m’avait-elle pas empêché de partir ? C’est me voir souffrir qu’elle voulait ? Cette poufiasse que j’avais épouser pour ses ressemblances avec ma mère. Une belle connerie apparemment, vu qu’elle n’était même pas capable de voir lorsque j’allais mal. Cette femme approchait, elle allait sûrement au barn mais quelle idée que de passer par derrière ? Avait-elle quelque chose à cacher ? Voulait-elle me voir dans ma solitude et ma haine ? Elle voulait se moquer de moi ? Je la voyais très distinctement et sa chevelure blonde me rappelait alors celle de ma femme et de ma mère. C’était sûr elle était là pour moi et elle venait me faire du mal. Alors qu’elle n’était qu’à quelques pas, je jetais mon verre au sol ainsi que ma cigarette par la même occasion. D’un pas rapide, j’avançais vers elle avec une lueur dans les yeux. Celle de la haine.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexie Bennett
Admin - Cancer
My diary :

Mon surnom : Lex
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : étudiante mais par simple amusement dorénavant
Catégorie Sociale : T'es des bas-fond, mais ta beauté te donne du travail, un travail qui paie. Depuis peu, on te repère petite princesse.
J'aime les : Les pâtes, les pâtes et encore des pâtes ?! Oui, à la bolognaise, à la Carbonara, au Pesto, vous pouvez vous faire plaisir j'adore ça. Mais la vérité c'est que je crois que je tombe amoureuse de mon meilleur ami, et c'est difficile pour moi de l'admettre.
Sosie de : Gigi Beauty Hadid
Double compte : Nate le sexy mexicain
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Nov - 23:39
The Animal I Have Become ft. Lex && Edou
Bruit qui résonne fort dans la salle réservée aux personnels, le claquement de la porte de mon casier qu’on a bien voulu me prêter pour la journée. Journée d’essai qui fut catastrophique. Passé de serveuse à la plonge ne m’avait fait guère plaisir. Ce n’était pas le poste pour lequel j’avais postulé et dès le jour d’essai on me foutait au mauvais poste ? J’avais serré des dents et j’avais fait de mon mieux, faisant briller, grincer de propreté les assiettes mais ça n’avait pas été suffisant lorsque l’heure de ma pause avait sonné, le patron n’avait rien trouvé de mieux que me la supprimer et me jeter en cuisine pour éplucher les légumes. J’avais tenté d’expliquer au patron qu’on avait surement du mal se comprendre lui et moi pour le poste mais même ça je n’avais pu le faire. Il était simplement parti s’occuper d’un autre bar qui été en sa possession dans la ville. Mal chance jusqu’au bout des ongles.

Soirée enfin terminée, moment de soufflée. J’enfilais mon pull par-dessus mon tee-shirt ainsi que ma veste et soufflais un coup. Je m’étais alors dirigé vers le bureau du manager et j’avais signalé au patron que je ne reviendrais pas. Que le contrat ne me plaisait pas je pouvais rentrée chez moi. Je grimaçais en voyant l’heure il était bien trop tard, beaucoup trop tard. Cette journée d’essai était finalement plus semblable à une journée d’esclavagisme intense qu’une journée basique. J’étais bien trop heureuse de partir, j’avais souris poliment à chacun des employés que j’avais côtoyé la journée et j’étais sorti de cet abominable restaurant à moitié bar en soufflant de joie par la porte de l’arrière. Le vent frais vint me taper sur le visage et j’avais resserré les pans de mon manteau sur mon frêle corps et j’avais pris le chemin vers la rue principale du Bronx. Les effluves d’alcool empestés cette petite rue sombre, au loin je voyais cette ombre appuyée contre le mur un verre à la main et une fumée de cigarette flottant dans les airs. Il en avait de la chance lui d’avoir des cigarettes… Moi je n’avais même plus de quoi m’en payer un paquet depuis quelques jours. C’est ça de vivre avec des parents pauvres. Je suis toujours là pour les aider au détriment de ma propre vie, au détriment de mes propres envies.

Bruit de mes pas dans la rue, n’étant pas très à l’aise avec cette ambiance froide et inquiétante du Bronx je me dis qu’il aurait été préférable que j’appelle mon père ou bien Eliott pour venir me chercher, mais non comme une imbécile je n’y avais pas pensé alors je me retrouvé seul à marcher dans les rues les plus dangereuses de l’état en priant pour qu’il ne m’arrive rien. Toute façon mon père devait surement déjà dormir et Eliott était avec sa Skylar … Boule qui vient se former dans ma gorge en pensant à ça. Eliott était maintenant père… Du jour au lendemain. Mes espoirs envolés, désillusion instantanée. Adieu les idées qui me traversait l’esprit, d’avouer l’inavouable. Non, terminé, over. J’avais perdu ma chance depuis bien longtemps, j’en avais eu des tonnes de chance même avec lui mais moi je me réveille bien évidemment trop tard. Bruit d’un verre qui s’explose au sol. Je me tourne instinctivement effrayée alors que j’étais bien trop plongée dans mes idées. L’homme a jeté son verre parterre et Les néons de la rue grésille, je fronce les sourcils. Il ne manquait plus que ça, une ambiance terrifiante juste à ce moment-là. Je tourne la tête vers la direction que je dois suivre en prenant une nouvelle inspiration, je me donne du courage. Les gens commencent à être bizarre à cette heure-ci, je devrais rentrer vite avant que ça ne tourne mal.

Je marche mais je sens quelqu’un derrière moi, je n’ose pas me retourner, j’ai bien trop peur que de voir la réalité en face. Je presse le pas, mais tout ce confirme j’entends aussi des pas me suivre comme une ombre. Je me mords fort la lèvre ne sachant que faire, je regarde de gauche à droite : pas une voiture, pas une seule personne dans les parages. Je suis seul et définitivement seul. Je sors mon portable et feint un appel en espérant que ça découragera la personne derrière moi de continuer de m’effrayer si c’est ce qu’il souhaite faire.


code by lizzou × gifs by tumblr




Could die in your arms.
Lexie Bennett ♡ Before you met me, I was alright but things were kinda heavy. You brought me to life now every February. You'll be my valentine, valentine. Let's go all the way tonight...No regrets, just love. We can dance until we die.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Sujets de rp-
Sauter vers: