AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end :: Fiches périmées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

jolene larsen • mauvaise graine en saturne, avant tu riais.

avatar
Jolene Larsen
Admin - Bélier
My diary :
«et si moi je suis barge de tes yeux, c'est qu'ils ont l'avantage d'être deux.»

Spring BreakSpring Break/girls

Mon surnom : miss fran
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Feu
Dans la vie je suis : au chômage.
Catégorie Sociale : je jette les billets en l'air comme si je pouvais me payer le paradis.
J'aime les : les mexicains à la moustache fine qui portent des casquettes roses, les mojitos passion, le captain morgan, brandir mon majeur au ciel.
Sosie de : jo skriver.
Double compte : Hitler.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 0:18
Jolene Larsen
23 ans ⠇15 Avril 1993 à Santa Fe ⠇américaine ⠇danoises ⠇à la recherche du coeur perdu ⠇mexicainophile ⠇étudiante à NY, assistante dans une boîte de com, babysitter, et briseuse de coeur à temps complet  ⠇modeste.
Jo SkriverFEU
Bélier

Je crois qu'il est bien là mon problème. Je ne saurai vous dire réellement qui je suis. Après tant d'années à parcourir le monde, à rencontrer du monde qui ont fait que j'ai grandi, j'ai l'impression d'être revenue au point de départ depuis mon retour d'Afrique. Qui je suis ? Plus la même, il en est sûr. Je suis toujours cette âme aventurière, qui part à la conquête d'un monde déjà conquis. Rien ne me fait peur. Ma grand-mère qui me lisait toutes les semaines me disait que je ne pouvais pas mieux correspondre à mon signe astrologique. Si le bélier animal est connu pour foncer dans le tas, il en est de même pour moi. Au lycée, ce n'est pas sortir avec un quaterback qui m'a permis d'être respectée par les autres. Non, c'est ma grande gueule qui n'a pas peur de dire ce qu'elle pense et de remettre les personnes à leur place qui ont fait que je me suis imposée. Partout où je vais, j'impose une seule règle : le respect. L'irrespect et l'intolérance sont deux choses que je ne supporte pas. Je tiens à respecter cette règle, la moindre des choses est qu'en face, on en fasse de même.  

J'ai une maladie : je suis impulsive. C'est une maladie oui. Oh sur le moment c'est cool. Envie d'acheter cette pair de chaussures ? Craquons, on n'a jamais assez de chaussures. Envie de partir au Chili pour rendre visite à un ami ? Le compte en banque le permet, n'hésitons pas. Besoin d'aller mettre les choses au clair avec un couillon de mexicain ? Trouvons un stage histoire de justifier mon départ et le billet est en poche. Ma grand-mère disait que j'étais passionnée. Je dis que je suis timbrée. C'est tout ou rien. Pas de juste milieu. Oh, faire des compromis entre deux parties, faire ressortir mon côté Parks, il n'y a pas à dire. Mais quand il s'agit de ma vie, je ne sais pas faire la part des choses. L'esprit tordu. Insomniaque, mais dans la cour des grands. Alcoolo, autant qu'un anglais, un irlandais et un breton réunis en un seul corps. Amoureuse ? Bien trop pour que mon coeur ne supporte cette douleur incessante.

Certains voiet l'ambition comme un défaut, une mauvaise force de caractère. Je ne suis pas d'accord. Être ambitieux c'est savoir où l'on veut aller, se donner les moyens de réussir. On en a besoin, pour savoir qui l'on est. On en a besoin pour avancer. Un point de repère sur la carte, un point sur la ligne, un post-it dans l'agenda. J'ai de plus gros défauts que ca. Je suis une je m'en foutiste en puissance qui prend tout à coeur, je suis le jour et la nuit, la lune et le soleil, l'eau et le feu. Je suis constamment dans l'abus, excessive comme personne. Mais c'est pour ça qu'on m'aime, n'est-ce pas ?
fuck you anyway, you make me wanna scream from the top of my lungs

Et si moi je suis barge, ce n’est que de tes yeux car ils ont l’avantage d’être deux.

J’hoquète et éclate de rire. L’alcool m’est monté à la tête rapidement, probablement parce que je n’ai pas dormi plus d’une heure par nuit depuis trois jours, ou parce que le seul repas que j’ai dans le ventre c’était il y a euh, bh je ne sais plus, hahaha, ou merde je disais quoi ? Je regarde mon compagnon pour la soirée. J’avais dit, après Halloween, je ne bois plus. Cette résolution, comme les deux précédentes depuis la Mystery Party, j’ai tenu trois jours. Cette fois-ci, ce ne sont pas mes collègues qui sont venus me chercher, c’est moi qui les ai soulé pour qu’on reprenne notre rythme d’antan. Et là, on s’est retrouvé dans le coin VIP de je ne sais plus quelle boite grâce à je ne sais plus qui. Tout ce que je sais c’est qu’il y a énormément de cadavres de bouteilles sur la table et par terre, que j’ai une coupe de champagne dans la main, et que je suis assise sur... un gars, pas trop mal. Il a les cheveux mi-longs, noirs, une casquette posée à l’envers, une moustache adorable. J’éclate de rire une nouvelle fois en voyant sa tête. T’es pathétique ma pauvre fille. J’hoquète et je ne rigole plus. Je pose mon verre vide sur la table, attrape mon sac et avant qu’on ne puisse me retenir, je m’éclipse dans le coin fumeur. La bouffée d’air frais me fait du bien, je tremble légèrement en allumant ma clope. Je m’assois en retrait sur une chaise haute, la plus proche de la balustrade, et écoute distraitement les conversations autour de moi. Beaucoup parlent de la fille ou du gars qu’ils aimeraient se taper avant la fin ou après la soirée, le nombre de numéro qu’ils ont récupéré ou le nombre de gars qu’elles ont rembarrés avec l’art et la manière. Un groupe de gars viennent se poser dans mon coin. Certains me font un clin d’oeil. Je mets du temps à remarquer qu’il s’agit de Monroe. Depuis cet été je n’ai pas mis un pied dans leur maison, probablement pour ça qu’un des gars vient carrément me demander ce que je deviens. Je lui souris et réponds évasivement. « Oh tu sais, entre les manifestations et les grèves, j’ai été pas mal occupée. » Allez savoir pourquoi, les Monroe sont persuadés que je passe mon temps libre à protester comme les Femen. Non, du tout. Je ne les aime même pas. Il retourne à son groupe et je chope quelques bribes de leur conversation. Qui arrête mon coeur. « Mais si, vieux, c’est la copine de Martinez. » Faux. « D’ailleurs j’hésite à lui demander si elle a des nouvelles, depuis qu’il est parti, on n’en a plus trop entendu parlé. » Parti ? Où est parti Nate ?! C’est quoi ça ? Ça veut dire quoi, parti ?! Je me rends compte que j’avais retenu ma respiration tout le long que je les écoutais parler. J’expire, attrape mon sac et sans répondre aux gars qui m’appellent je sors du coin fumeur. J’ai besoin d’air, de vrai air, et je suis à deux doigts de la crise d’angoisse quand je me retrouve sur la piste de danse. Je cherche la sortie, poussant tout le monde et sans un regard pour le carré VIP, je quitte la boîte de nuit.

Dehors je vois trouble. Je marche sans but, tentant de retrouver un rythme cardiaque normal, et je me retrouve assise contre la vitrine d’un magasin à pleurer comme je n’ai pas pleuré depuis des mois. Je ne sais même pas pourquoi je pleure, je ne sais même pas où est parti Nate. Tout ce que je sais c’est que je ressens son départ comme un abandon. Halloween a donc servi à ça ? À nous séparer définitivement ? Je me souviens avoir espéré pendant la soirée que l’alcool contenait une molécule qui nous ferait oublier. Mais non. Je me souviens mieux de cette soirée que n’importe laquelle. Je me souviens de la rage qu’il a ressenti quand il a su, la rage qu’il a ressenti quand Poison Ivy lui a reparlé de notre professeur en commun. J’ai osé croire que cette soirée nous avait permis de passer au dessus de tout ce qu’il s’était passé. J’ai osé croire que nous deux, ça allait s’arranger. J’ai osé croire. T’es pathétique, Jolene. Pathétique d’y avoir cru. Pathétique d’avoir espéré. Pathétique de pleurer assise à même le sol dans une rue où il y a du monde. T’es pathétique ma pauvre fille et tu ne mérites que ce qu’il t’arrive. C’est toi qui l’a poussé hors de ta vie, tu l’as fait fuir. Et même si je le trouve lâche d’être parti je ne sais où, de ne pas avoir eu la décence de me le dire, parce qu’après tout ce qu’on a vécu, un message aurait été la moindre des choses, même si je le déteste, je n’arrive pas à lui en vouloir parce que j’aurai fait la même chose.

Fairy tales don't always have a happy ending, do they ?

On a enfin les clés de notre appartement. Sidney et Jolene sont dans la place bitches. New-York veut de nous, on aime New-York, que demander de plus ? Une ancienne amie de la grosse Pomme m’a envoyé un message me demandant si j’étais disponible pour un stage dans une agence d’événement. Elle quittait Empire Entertainment et il lui avait demandé de lui trouver quelqu’un en remplacement. Hein je quoi ? Comment pouvait-on quitter Empire ? Je m’étais empressée d’accepter. Quand j’en ai parlé à mes deux colocs et meilleures amies, leur réponse n’a pas tardé : la colocation déménage à New-York. Et Sidney et moi sommes là, devant notre propre appartement, Tempérance nous rejoignant plus tard. On venait de passer deux semaines à crécher chez mon amie le temps qu’on trouve notre chez nous et j’avais réussi à nous en trouver un pas trop mal, assez grand pour nous trois, qui était abordable, à Manhattan. Dans l’Upper West Side. Je n’ai pas le temps de m’épancher sur l’appartement, dire à quel point on s’y sent rapidement chez nous, à quel point la vue y est prenante, à quel point on se croirait dans Gossip Girl ou autre série new-yorkaise. Je n’ai pas le temps, à peine ai-je déposé mes valises dans l’appartement que je dois retourner dans le métro, direction Broadway. Ça fait une semaine que je suis embauchée en alternance, mon dossier vient tout juste d’être transféré de la San Francisco State University à la New-York University. Revenir à New-York me rappelle énormément de souvenirs. Des bons comme des mauvais, mais surtout des bons. À peine majeur, je suis venue passer mes trois mois de vacances d’été à travailler un peu partout dans la ville. J’ai changé. Je ne suis plus cette Jolene d’il y a plus de cinq ans. Je ne suis plus non plus celle de San Francisco. Cette Jolene disparaissait dans les larmes qui coulaient à torrent la nuit où je l’ai appris.

Dans le métro, je feuillète un magasine et tombe sur mon horoscope. Je n’ai tellement pas du le temps de me poser depuis trois semaines que je ne l’ai pas lu depuis un bout de temps. Je cherche le paragraphe sur le bélier. « C’est tendu sur le plan sentimental, essayez de garder le contrôle, pas la peine de faire porter le chapeau à quelqu’un qui n’est pas la cause de votre énervement. Vénus et Uranus se mettent en travers de votre bonne humeur. Laissez passer ces vagues négatives et allez donc courir. Vous avez fait beaucoup de progrès personnels récemment, donc  ce serait dommage de tout gâcher. Sur le plan boulot, vous gérez des urgences de façon assez contrôlée, vous en êtes donc capable. » Pourtant je suis très calme.. mon téléphone vibre. Je referme le magasine et ouvre le message. Sous le regard médusé des occupants de la trame, j’éclate de rire. Pas le rire joyeux non. Le rire gras, jaune, celui qui me donne envie de pleurer. « Meuf, me dis pas que t’es allé à NY juste pour lui ? »

La probabilité pour qu’on se retrouve dans cette même putain de ville ?

Maintenant, je suis énervée. Mon horoscope vient de se réaliser en un message



Pseudo :
Hitler ou naawy.
Âge :
23 ans dans huit mois.
Pays/région :
Hitlerland
Fréquence de connexion :
8jours sur 7.
Longueur de rp :
Assez pour décrire la lampe qui trône sur le bureau, tu sais la lampe que tu as eu dans une brocante, ce dimanche ensoleillée après que tu aies eu les clés de ton nouvel appart. Cette lampe que ta fiancée avait quand elle était enfant... tu vois le genre ?
Comment as-tu découvert le forum ? :
J'ai suivi la trainée d'épices mexicaines askip
Quelque chose à ajouter ?:
Je suis toujours Hitler :russe:


N'oubliez pas remplir ces codes pour l'ajout de votre célébrité et votre nom dans les différents bottins.

Code:
[b]Josephine Skriver[/b] ⠇Jolene Larsen
Code:
[b]Jolene[/b]
Code:
[b]Larsen[/b]






galatée

Let's take our time tonight, boy. Above us all the stars are watchin', there's no place I'd rather be in this world. Your eyes are where I'm lost in. Underneath the chandelier we're dancin' all alone. There's no reason to hide what we're feelin' inside right now.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nate Martinez
Admin - Sagittaire
My diary : She said she want my lolly, she want to kiss the top
Mon surnom : El Mustacho quand je porte pas mes super lunettes jaune, une foi que je les porte je deviens Pablo Escobar
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : Sagittaire
Dans la vie je suis : Etudiant et actuellement en alternance dans une maison d'édition
Catégorie Sociale : un gars lambda, pas trop de fric mais j'avais une mustang à San Francisco
J'aime les : brunes aux yeux couleur émeraude et la peau d'ivoire, les filles qui ont comme deuxième prénom Fran.
Sosie de : Ken Samaras
Double compte : Lexie la barmaide du Bronx
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 0:30
Quelle idée que d'aimer cette femme qu'on ne soumet pas... Rolling Eyes

Bienvenue mon coeur :nate:



Elle te fait renaître un jour, le lendemain t'achève. Suspendu à ses lèvres, obligé de m'attacher la vérité vaut son pesant d'or, nos exemples sont trafiqués. J'suis en apesanteur, tout me semble sans gravité... J'attends la réussite des astres.
Nekfeu
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jolene Larsen
Admin - Bélier
My diary :
«et si moi je suis barge de tes yeux, c'est qu'ils ont l'avantage d'être deux.»

Spring BreakSpring Break/girls

Mon surnom : miss fran
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Feu
Dans la vie je suis : au chômage.
Catégorie Sociale : je jette les billets en l'air comme si je pouvais me payer le paradis.
J'aime les : les mexicains à la moustache fine qui portent des casquettes roses, les mojitos passion, le captain morgan, brandir mon majeur au ciel.
Sosie de : jo skriver.
Double compte : Hitler.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 14:55
Rends moi la casquette, on verra après pour le mon coeur :niais:



galatée

Let's take our time tonight, boy. Above us all the stars are watchin', there's no place I'd rather be in this world. Your eyes are where I'm lost in. Underneath the chandelier we're dancin' all alone. There's no reason to hide what we're feelin' inside right now.© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Alexei 1
Alexei 2
Alexei 3
Alexei 4
Allycia
Mon surnom : Rom'
Mon âge : 18
Mon signe astrologique : Verseau
Dans la vie je suis : lycéenne
Catégorie Sociale : dans la classe moyenne supérieure ultime
J'aime les : kangourous, manger mes hamburgers à la main, faire du roller à ne plus avoir de souffle, monter dans les arbres, peindre, jeter des pierres dans l'eau, être adulée.
Sosie de : Elle Fanning
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 16:45
Là avec 11 jours d'avance Rererererererebienvenue ! En espérant que cette fois ce sera la bonne. Comme on dit, Cisco's Jonate is back x'D


Just give me the light

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Fiches périmées-
Sauter vers: