AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end :: Sujets de rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I want to give up / Ulysse

avatar
Invité
Invité
Lun 19 Déc - 23:19
Invité
Je me tortille sur la chaise en bois peu confortable de l’hôpital, mon regard toujours rivé au-dehors cherchant comme toujours une issue à mes pensées aussi sceptiques que le lieu est aseptisé. Malgré les années qui filent et les saisons qui changent le paysage –que je ne connais que trop bien- reste le même, morne et triste. Une grande place vide avec quelques arbres et des bancs, une petite statue noircie par la pollution trône au milieu d’où passent les gens. La couleur grise assez homogène de l’extérieur n’aide pas vraiment à garder le moral sans compter le blanc omniprésent de l’intérieur. Un camaïeu de déprime en noir et blanc. Un frisson me coupe de mes songes rappelant alors, à ma tête, ma tenue bien trop légère qu’est la blouse d’hôpital. Je pourrais me rhabiller mais à quoi bon, les résultats n’étant toujours pas là je prends le risque de devoir me rechanger pour les approfondir. Au fil des années j’ai compris ce genre de choses et développé toutes sortes de techniques. Le plus affreux c’est certainement de connaitre cette chambre par cœur, il y a exactement 63 carreaux plafond. Preuve des longues heures perdues dans cette chambre. Je me repose sur le lit les yeux rivés au plafond. Mes activités sont limitées, je sais bien que j’ai accès à la télé ainsi qu’à toute une panoplie de livres pour m’occuper. Mais la moindre activité requiert un minimum de concentration que je ne suis pas en mesure de rassembler entre ces murs. J’ai déjà essayé, de nombreuses fois, et au final le résultat est sans cesse le même. Je dois reprendre trois à six fois chaque page avant de commencer à comprendre le sens des mots inscrits. Je prends alors mon mal en patience essayant de dormir un peu. Effort infructueux quand on prend en compte qu’il faut se détendre pour dormir. Autre activité prohibée par mon cerveau dans ces moments-là.

Main frêle qui toque à la porte suivit de la même et continuelle voix aiguë que je connais tant depuis le temps. « Oui Max ? ». Max l’infirmière, la première fois que je l’ai vu elle était jeune et tout juste mariée, maintenant elle a deux enfants. Autant de détails que l’on apprend sur le personnel hospitalier à rester autant dans un lieu pareil. « Je venais te faire un coucou et voir comme tu allais. Et puis aussi pour te retirer toutes ses choses. » Au même moment elle illustre ses propos en désignant les fils qui sont reliés à mon corps. « C’est gentil de part. Comme toujours je vais plutôt bien. Dois-je déduire par ton acte que je n’ai rien ? » J’essaie de garder un ton neutre voire jovial par moments mais depuis le temps que la scène se rejoue elle doit avoir perdu de sa fraicheur et gagné en lassitude. Je me pose alors sur le bord du lit lui tendant mon bras qu’elle débranche tout le bazar. Mon regard se pose au loin aussi vide que mon cœur actuellement. « Je ne peux pas te répondre, Rick va venir te voir dans un instant. » Rick c’est mon médecin, encore un « privilège » accordé aux patients récurrents, connaître le prénom de ton médecin. Il n’est alors plus le docteur McCarthy mais Rick « le bon copain ». Le mec sympa certes mais que t’aimerait bien ne plus jamais voir de ta vie. Je ferme les yeux et soupire un bon coup. Chaque fois je suis plus épuisée. Je donne le change devant le monde mais entre mon rythme au travail d’accroc du bureau et mon traitement lourd qui me fatigue je me sens m’éteindre de jour en jour. Nous ne sommes malheureusement pas tous égaux devant l’éternel. Ma respiration se fait lente et lancinante et je relâche un peu de la pression. Inutile de porter le masque entre ses murs. Une main ferme se pose sur mes épaules me forçant à rouvrir mes yeux. « Bien tu es prête à en parler. » « Comme toujours le plus tôt sera le mieux Rick. » « Eh bien il y en a une … » Il ne termine même pas sa phrase qu’un profond soupir de lassitude vient s’échapper de ma gorge. Il se reprend alors aussitôt afin de me « rassurer » avec ses bonnes nouvelles toujours fortement mitigées et qui finissent toujours d'en venir au fait que je suis quand même dans la merde. « Mais elle est bénigne alors » « alors je continue à prendre mon traitement et comme pour toutes les autres on surveille son évolution jusqu’au jour où on devra la retirer car elle aura grossi et que bien qu’elle soit bénigne elle devient alors dangereuse. Je connais la chanson Rick … »

Je tâche de me rhabiller d’une main tremblante et fatiguée. Moi qui déteste avoir les cheveux lâchés, ils le sont quand même par manque de vigueur et de motivation. Mon éternelle jupe ou robe laisse place à un jean un peu large bien plus confortable. Le jour de l’hôpital tout est toujours planifié de telle sorte à ce que je me sente bien sans me fatiguer. Mais pour une fois mon corps est si fatigué, si épuisé, si frêle que conduire me semble être une erreur. Eugène en déplacement pour affaire il ne me reste plus qu’une personne à contacter après mon frère. Le seul en qui j’ai assez confiance et que j’aime assez pour le laisser entrevoir cette facette de moi, Ulysse. Je cherche alors mon téléphone au milieu de mes affaires avant de composer son numéro. « Oui Ulysse, c’est Opium … Je suis à l’hôpital du Queens. Je suis désolée de te déranger mais je n'ai pas la force de conduire … » Je laisse ma phrase en suspens et enclenche le haut-parleur pour entendre sa réponse pendant que je laisse tomber mon bras le long de mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Sujets de rp-
Sauter vers: