AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Fiches périmées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SOFIA * Toi t'es comme une môme les mots te manquent

avatar
Invité
Invité
Mar 27 Déc - 21:31
Invité
Sofia Martinez
20 ans ⠇4 juillet à San Francisco ⠇Américaine ⠇Sang mêlé, le Mexique qui se lie à la Colombie⠇Cœur fané ⠇Ardente amoureuse des traits masculins ⠇Étudiante ⠇Très modeste
Selena GomezEau
 
Cancer

Artiste dans l’âme, c’est la beauté qui se crée sous ses doigts noyés de talent. C’est son cœur qui s’exprime lorsque la mine du crayon griffe le papier. Des dizaines de croquis que seuls ses yeux ont parcourus, quelques toiles qu’elle ne terminera jamais, des carnets emplis de cette fresque représentant sa putain de vie.

Vulnérable, elle voudrait rayer ce défaut de la longue liste qui se dresse face à elle. Elle voudrait se montrer forte, inatteignable. Mais la poupée a la carcasse fissurée, porcelaine brisée que l’on peut encore piétiné. On pourra toujours l’atteindre, on pourra toujours la briser et elle n’arrive pas à contrer cela. Cible facile au cœur fragile.

Loyale, elle est féroce, l’eau devient feu, elle est sort les crocs lorsque l’on touche aux gens qu’elle aime. A jamais elle restera aux côtés de ceux qu’elle dit aimer, à jamais elle constituera ce pilier sans faille sur lequel ils pourront se reposer.

Protectrice, incapable de se protéger elle même, extrêmement douée pour empêcher et défendre ceux qui touchent son cœur, ceux qui protège son âme. Véritable louve vouée à sa meute.

Aimante, cœur abîmé mais bouillonnant de se trop plein d’amour qu’elle a à offrir. Fleur qui a vu les gens qu’elle aimait faner, fleur qui voudrait seulement se sentir importante, se sentir désirer, se sentir vivante.

Rancunière, trop longtemps elle a subit, trop longtemps elle a enchaîné les déceptions, trop longtemps elle a réparé ce qui avait été brisé. Elle ne veut plus pardonner, elle ne veut plus être blessée. Désormais c’est terminé, elle veut avancer.
 
TEEN IDLE

CHAPTER ONE
Rires qui fendent le silence, éclats de joies qui inondent la pièce, candeur de ces enfants noyés dans le bonheur. On était heureux, à notre manière on était plus heureux que n’importe qui. On était que des enfants, des enfants innocents. On s’amusait d’un rien, on se laissait aller dans cette vie aux accents dorés, on se laissait choyer dans cet immense amour familial qui nous faisait nous épanouir. On était bien. Taquineries malhabiles, espièglerie digne de notre âge. J’étais aimé, j’étais choyé, j’avais tout ce dont une fille de mon âge avait rêvé. Et surtout je l’avais lui. Ce grand frère, cette crevette se prenant pour un titan, ce cousin protecteur, ce super-héro que je ne pouvais m’empêcher d’adorer et de suivre en exemple malgré tout ce que je lui disais. Il avait toujours été là, tel le soleil il était indissociable à ma vie. Prince de ma vie, prince de cette ville. J’étais la force tranquille, la rivière qui s’écoule, la cascade qui fascine, lui il était ce feu ardent, cette incendie. Deux forces opposées qui arrivaient pourtant à s’assembler. Puis il y a eu ce cri déchirant, puis y a eu ces nuages grisonnant qui sont venu recouvrir le soleil, puis y a eu ce pincement au cœur, cette peur de l’inconnu qui m’a fauchée.  On était là, brisés dans notre élan, deux oiseaux à qui l’on coupe les ailes en plein vol, deux gamins qui s’observent alors que le cri s’étouffe dans les pleurs. Est-ce que vous savez ce que c’est d’entendre ça ? D’entendre les hurlements, les paroles qui se cognent, qui ne veulent rien dire, les mots qui s’aspirent, le chaos intervenir dans cette vie trop idyllique pour être réelle. Puis j’étais là, comme une idiote, simplement plantée dans ce jardin, simplement assise dans l’herbe brûlée, incapable de bouger, incapable de m’approcher de ce nouvel enfer. Non je voulais pas, non pitié pas moi. Je voulais pas savoir, je voulais me faire croire qu’il ne s’agissait là que d’un rêve, je voulais pas qu’on me dise ces mots que je redoutais. Vous pouvez pas savoir ce que ça fait, ce que ça fait de voler jusqu’au soleil, de se sentir rayonner, de se sentir telle la reine d’un univers qui nous a trop gâter pour s’écraser contre le sol abîmer la seconde d’après. Vous pas savoir ce que ça fait de penser tout contrôler, de penser tout gérer, de penser que la vie nous à tout donner, pour que tout vous soit repris en l’espace de quelques battements de cils. Vous pouvez pas savoir ce que ça fait de profiter du soleil de midi, de ses flammes brûlantes pour voir apparaître cette putain de tempête, cette tornade qui vous déchire, cette tornade qui vous assassine, qui vous emmène dans des contrés empoisonnées. Vous pouvez pas savoir ce que c’est de passer du paradis aux enfers lorsqu’on a que 10 années dorées au compteur. Pourtant j’ai du faire face, j’ai du entendre la sentence, j’ai du écouter ma tante désespérée s’emmêler les pinceaux pour m’annoncer qu’ils étaient décédés. Mort. Disparus à jamais. Envolés dans les mystères de cette univers. Mes parents, les deux d’un coup, bingo, coup de chance d’Hadès, roi des enfers vainqueur de la partie. Je me souviens plus de tout, je me souviens de presque rien. Je me souviens de mes cris, je me souviens de mes mouvements incontrôlés, je me souviens de la panique, de la colère, de la haine, de la colère, je me souviens de ce cocktail nocif pour une gamine dont seulement 10 perles de porcelaine perlés le collier. Ensuite trou noir, ensuite le flou, ensuite le vide. Des jours sans parler, des jours sans rien dire, des jours à rêver de cet accident de voiture, des jours à m’imaginer le choc, des jours à me laisser sombrer. Je voulais pas, non je voulais pas, je les voulais eux. Mais ils étaient plus là, ils seraient plus jamais là. « Sois sage on revient vite ». Mais ils sont jamais revenu. Ils ont mentis, ils m’ont abandonnés, ils m’ont laissé toute seule.
J’étais plus la joyeux Sofia, la joyeuse et candide princesse Martinez. J’étais cette petite désespérée avec sa robe à la couleur du charbon qui fixait le cercueil sans parler. Statue de marbre dont seules les larmes bougeaient, glissant dans le gouffre de son âme vide. Désormais on me regardait avec pitié, désormais on me couvait à m’en étouffer, désormais on tentait de me rassurer avec des paroles vides de sens que je finissais par ne plus écouter. « Ils veillent sur toi de là haut. » « Ils voudraient que tu sois forte. » « Ca va aller ne t’inquiète pas. » Ils ne comprennent pas, ils ne comprendront jamais. Y a personne là haut, y a simplement les astres menteurs, y a simplement les boules de feu trompeuses qui m’ont fait penser que j’avais une vie parfaite, alors qu’il ne s’agissait que d’une mascarade destinée à me défoncer. « Une chance que Sofia n’était pas là. » Je me sens si chanceuse d’avoir perdue mes parents effectivement. Tournant de ma vie, virage à 180 degrés venu me changer à jamais. Poupée abandonnée, poupée dévastée.

CHAPTER TWO

Envolé la vie dorée, envolés mes chers parents adorés, envolée la gamine adorée. Contrainte de partir, contrainte de prendre ce fichu avion, contrainte de laisser mes derniers filaments de bonheur derrière moi. Enfer. Je voulais pas, je voulais tout sauf ça. Je souhaitais seulement rester là, je souhaitais qu’une chose c’est ne pas perdre cette famille, la seule qu’il me restait et qui m’aidait à ne pas perdre pied. Mais les mots de mes parents étaient là, mais leurs dernières volontés étaient retentissantes. Départ forcé pour la ville la plus prisée de tout le pays, pour cette ville qui fait rêver le monde entier, pour cette ville située à l’exact opposé de là où je vivais. Tout cela pour continuer de pleurer dans les bras de cette grand-mère que je n’avais que l’espace de six fois. Six instants brouillés dont je n’avais que peu de souvenirs. Femme forte et indépendante qui continuait sa vie loin de sa Colombie, qui continuait sa vie sans l’homme de sa vie, qui continuait désormais sa vie sans sa fille, qui voulait continuer de vivre avec sa petite fille. « Nate reste avec moi, je veux pas y aller, s’il te plaît. » Je voulais qu’il soit là, je voulais qu’il vienne, je voulais pas que l’histoire se répète. Je voulais pas encore être seule face au monde. Trop jeune, trop naïve, trop douce pour l’enfer chaotique dans lequel on m’avait plongé. Je voulais simplement ce pilier, ce point d’ancrage, qu’il m’empêche de me noyer tout simplement.Gamine désespérée à lui dans l’aéroport, gamine qui en avait assez de dire au revoir, de dire adieu, d’aimer des gens condamnés à disparaître. « Tu me promets que tu m’oublieras jamais. » Serment éternel, serment deux être du même sang, serment que l’on voudrait ne jamais voir s’éclater. Mais c’est bien connu, les promesses sont fragiles, elles se brisent plus facilement que le cristal, elles ne servent qu’à nous autres pauvre naïfs, trop stupides d’y croire seulement.

Adieu soleil éternel. New-York, monde bruyant, monde détonnant, monde fourmillant de vies multiples. Fresques étranges de quartiers cruellement différents. Deux mondes s’opposant, les riches et ceux qui galèrent. La jeunesse dorée et la jeunesse débrouillarde. Y a ceux qui flânent dans Central Park, y a ceux qui regardent la vie passer dans les rues peuplés et y a ceux qui se perdent dans les quartiers tagués, y a ceux qui se demandent comment effacer leurs erreurs du passé. Banlieue résidentielle qui s’effaçait pour me dévoiler mon nouveau quartier, le Bronx. Débuts difficiles, débuts impossibles. Femme de caractère qui voyait une fleur abîmée débarquer dans son univers, qui ne savait pas consoler cet enfant perdu parlant à peine, cette enfant coupée de tout contact avec la côte ouest, cette enfant qu’elle avait décidé de faire sienne. Lente dépression emportant une enfant bien trop jeune, une enfant qui n’avait plus personne. Je voulais Nate, je voulais Angela, je voulais ma tante, mais j’avais plus rien, ils étaient plus là, ils avaient disparus eux aussi, envolé, symbole d’un passé que je devais oublier. Ils ne voulaient pas m’appeler, c’est ce qu’elle me disait, c’est ce qu’elle me répétait sans cesse. « T’avais promis Nate... »

Pseudo :
Boobette
Âge :
19 ans
Pays/région :
 Nord
Longueur de rp :
800 mots
Comment as-tu découvert le forum ? :
Lexie je crois :roll :
Quelque chose à ajouter ?:
Je vous aime :oups :


N'oubliez pas remplir ces codes pour l'ajout de votre célébrité et votre nom dans les différents bottins.

Code:
[b]Selena Gomez[/b] ⠇Sofia Martinez
Code:
[b]Sofia[/b]
Code:
[b]Martinez[/b]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jolene Larsen
Admin - Bélier
My diary :
«et si moi je suis barge de tes yeux, c'est qu'ils ont l'avantage d'être deux.»

Spring BreakSpring Break/girls

Mon surnom : miss fran
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Feu
Dans la vie je suis : au chômage.
Catégorie Sociale : je jette les billets en l'air comme si je pouvais me payer le paradis.
J'aime les : les mexicains à la moustache fine qui portent des casquettes roses, les mojitos passion, le captain morgan, brandir mon majeur au ciel.
Sosie de : jo skriver.
Double compte : Hitler.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Déc - 22:01
Y en a marre de ces Martinez :nate:



galatée

Let's take our time tonight, boy. Above us all the stars are watchin', there's no place I'd rather be in this world. Your eyes are where I'm lost in. Underneath the chandelier we're dancin' all alone. There's no reason to hide what we're feelin' inside right now.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Priam Blake
Gémeaux
My diary :

Sex On Fire
Je suis un paradoxe. J’ai ce côté prince charmant que toute femme recherche. Le mec tendre qui te tient la porte et qui, au fond, a un petit côté fleur bleue. Celui qui te traitera comme une princesse te feras rire. Or, je suis aussi le mec au regard brûlant qui glissera ses doigts dans ta culotte en public. N’essaies pas de me comprendre, ça te filera des migraines, chérie..

Mon surnom : Blake
Mon signe astrologique : Gémeaux
Dans la vie je suis : diablement sexy et accessoirement male stripper baby.
Catégorie Sociale : je m'en sors...
J'aime les : courbes féminines, les gémissements et les soupirs, l'excitation et le danger. Je t'aime toi, ici et maintenant, une unique nuit qui, je l'espère, seras la meilleure de ta vie.
Sosie de : Nico Tortorella
Double compte : ta mémé.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Déc - 5:05
La jolie Selena.
Bienvenue mlle Martinez
Bonne continuation pour ta fiche



On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nate Martinez
Admin - Sagittaire
My diary : She said she want my lolly, she want to kiss the top
Mon surnom : El Mustacho quand je porte pas mes super lunettes jaune, une foi que je les porte je deviens Pablo Escobar
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : Sagittaire
Dans la vie je suis : Etudiant et actuellement en alternance dans une maison d'édition
Catégorie Sociale : un gars lambda, pas trop de fric mais j'avais une mustang à San Francisco
J'aime les : brunes aux yeux couleur émeraude et la peau d'ivoire, les filles qui ont comme deuxième prénom Fran.
Sosie de : Ken Samaras
Double compte : Lexie la barmaide du Bronx
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Jan - 16:27
Mon amour de cousine, je t'avais promis de jamais t'abandonner et comme je suis assez grand je suis venu jusqu'à toi ... (je vais tacler ta vieille grand mère la tchoin aussi d'avoir empécher le contact pendant des années :russe:)



Elle te fait renaître un jour, le lendemain t'achève. Suspendu à ses lèvres, obligé de m'attacher la vérité vaut son pesant d'or, nos exemples sont trafiqués. J'suis en apesanteur, tout me semble sans gravité... J'attends la réussite des astres.
Nekfeu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Fiches périmées-
Sauter vers: