AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Make your wish :: Your galaxy :: Boy from mars Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oliver Ross ▴ Impertinence

avatar
Oliver Ross
Sagittaire
My diary :
Hermia ▴ I
Luca ▴ I
Mon surnom : Oli
Mon âge : 20
Mon signe astrologique : Sagittaire
Dans la vie je suis : étudiant en batterie et bénévole à la SPA
Catégorie Sociale : né dans une famille aisée.
J'aime les : une femme, jouer de la musique, le basket entre potes, les animaux, bref, je suis parfait
Sosie de : Ashton Irwin
Double compte : Alexei Hopkins.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Fév - 17:58
Oliver Cyrus Ross
20 ans ⠇7 décembre 1996, Saskatoon ⠇Canadien ⠇Parents américains (US) ⠇ ⠇Hétéro ⠇Étudiant en musique & Bénévole à la SPA ⠇Aisé
Ashton IrwinSagittaire
 
I like to get kissed before I get fucked.

SociableSûr de luiSpontanéMaladroitBavardCharmeurÉgocentriqueBaroudeurCurieuxFrancAventurierTéméraireImpulsifTactless

Enfant unique, petit prince choyé par ses parents depuis sa plus tendre enfance. Habitué à être au cœur de toutes les attentions et à toujours obtenir ce qu’il désirait, Oliver a développé un caractère égocentrique ; tel Narcisse qui s’est noyé à trop vouloir se contempler dans la clarté liquide, il a conservé cette propension à rechercher l’attention d’autrui, quitte à faire tout et n’importe quoi pour se mettre en avant, même les choses les plus stupides.

Esprit rapide, jeune homme intelligent sans cesse en quête de nouvelles aventures, qui se lasse bien trop vite du quotidien. À peine arrivé quelque part, le voilà prêt à repartir ; à peine s’est-il lancé dans un projet qu’il s’engage déjà ailleurs, laissant inachevé ce qu’il a tout juste entamé. Il en est ainsi pour tout, aussi bien dans ses études que dans sa vie amoureuse. Pile d’énergie, cerveau vif, il est curieux et s’intéresse à des domaines aussi divers que variés, se plaisant également à fouiner un peu partout, constamment d’humeur investigatrice.

Il n’en demeure pas moins un garçon sociable et chaleureux, qui n’a aucune difficulté à aller vers les autres. Sûr de lui et naturellement débordant d’énergie, c’est un véritable moulin à paroles, capable de se lancer dans de longues conversations parfois profondes, parfois sans queue ni tête, avec la première personne qui lui tombe sous la main. Qu’elle soit consentante ou non.

Mais sous cette carapace de jeune homme affirmé et sans craintes se cache un adolescent brisé, au cœur réduit en miettes sans le moindre scrupule. Amour de jeunesse lui ayant été arraché, décision prise de ne plus jamais aimer quiconque. Manière comme une autre de se protéger, de préserver son cœur tuméfié d’une nouvelle salve de coups. L’adolescent tendre devient un jeune homme charmeur, qui a appris à cultiver ses atouts pour mieux en jouer, enchaînant les brèves conquêtes dans le seul but de tenter d’oublier cet amour passé, spectre d’une histoire envolée en poussière qui le hante sans relâche.

...
...
♂ / ♀ ...




▴ ft.
▴ ft.
▴ ft.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oliver Ross
Sagittaire
My diary :
Hermia ▴ I
Luca ▴ I
Mon surnom : Oli
Mon âge : 20
Mon signe astrologique : Sagittaire
Dans la vie je suis : étudiant en batterie et bénévole à la SPA
Catégorie Sociale : né dans une famille aisée.
J'aime les : une femme, jouer de la musique, le basket entre potes, les animaux, bref, je suis parfait
Sosie de : Ashton Irwin
Double compte : Alexei Hopkins.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Fév - 10:07
Hermia Pryor
Arrivée à New York, ville immense, ville surpeuplée, ville dans laquelle le garçon de quinze ans se sent totalement perdu. Il ne l’avouera jamais, mais il a peur, lui, ce garçon pourtant à l’aise en toute situation. Il a peur car il est face à l’inconnu, il a peur car il a abandonné tous ses repères derrière lui en choisissant de partir avec sa mère, il a abandonné ses amis les plus proches, les lieux qu’il connaît le mieux, ces rues qui l’ont vu grandir au fil des années, apprendre à marcher puis à courir, devenir enfant pour évoluer en un bel adolescent.

Arrivée en cours d’année dans une nouvelle classe, trentaine de visages inconnus qui se lèvent vers lui lorsqu’il pousse la porte de la salle. L’attrait de la nouveauté sans doute, même question imprimée sur leurs traits : « qui est-ce ? On ne l’a jamais vu ici. ». Assurance bien vite retrouvée ; il sait qu’il n’aura aucun mal à se les mettre dans la poche. Seule place disponible à côté d’une jolie petite blonde, présentations bien vite faites dans le dos du professeur. Traits fins, prunelles couleurs de cacao, longues mèches d’or qui encadrent son visage d’ange. Subtil ensemble répondant au doux nom d’Hermia. Attirance comme il n’en a jamais ressenti à l’égard de quiconque, désir d’apprendre à connaître celle qui n’est finalement que sa voisine de classe, de passer du temps avec elle. Sentiment étrange pour le garçon inexpérimenté, qui ne connaît rien aux sentiments qui dépassent l’amitié. Mais elle est gentille, pas aussi bavarde que lui mais presque, aussi ils passent tout le reste du cours à faire connaissance, malgré les réprimandes de l’instituteur.

Relation de proximité presque ambiguë qui se développe rapidement entre eux deux, adolescents qui se cherchent et finissent par se trouver, apprenant peu à peu à se connaître au-delà de l’amitié. D’aucuns diront qu’il s’agit d’un comportement normal pour des jeunes de leur âge, qu’ils flirtent, explorent les sentiments adultes avec le premier venu. Mais ce n’est pas qu’une simple amourette adolescente, et ils le savent aussi bien l’un que l’autre.

Mais ô stupeur, ô stupéfaction lorsque la mère d'Oliver invite à dîner l’homme qu’elle fréquente depuis peu, lui aussi fraîchement divorcé, et accompagné de sa fille. Sa fille qui n’est autre qu’Hermia. Tourtereaux qui se fixent dans le blanc des yeux, en chiens de faïence, n’osant ni l’un ni l’autre exposer leur statut à leurs parents qui sont de toute manière bien trop occupés à glousser autour de leur verre de vin pour remarquer l’attitude étrange des deux jeunes, qui en profitent pour se prendre la main sous la table, s’effleurer les jambes, tant de gestes tendres dissimulés aux yeux de leurs aînés.

Relation qui se poursuit côté parental, relation qui se poursuit également pour le jeune couple. Hermia et son père finissent par emménager chez les Ross, situation à la fois plaisante car leur permettant de passer plus de temps ensemble, mais déplaisante car ils doivent supporter à longueur de journée les embrassades de leurs géniteurs, finalement plus puérils qu’eux. Cohabitation qui ne dure que quelques mois, des mois courts mais intenses, passion amoureuse qui renaît dès que l’occasion se présente, dès que les parents ont le dos tourné.

Eden qui prend fin avec la rupture du couple parental, il faut croire qu’ils n’étaient finalement pas faits pour s’entendre. Couple qui a peut-être en partie rompu car il s’est rendu compte de ce qu’ils appellent « le petit jeu » qui s’est instauré entre les deux adolescents, désormais âgés de seize ans. Histoire qui n’a rien d’un jeu et ils le savent, histoire sans doute bien plus belle, bien plus pure que le semblant de relation qu’ont entretenue leurs parents au cours des derniers mois.

Le père d’Hermia décide d’emmener sa fille en Californie, loin de cette relation que la mère d'Oliver et lui considèrent comme étant malsaine. « Vous êtes frères et sœurs », leur ont-ils répété avec un dégoût non feint. Argument grotesque, qui prêterait presque à rire si la situation n’était pas si tragique. Bien sûr qu’ils ne sont pas frère et sœur. Ce n’est pas parce que deux adultes se mettent en couple que leurs enfants se retrouvent instantanément liés par le sang, encore moins lorsque leur idylle est plus ancienne que celle de leurs géniteurs. Mais ils ne savent pas. Ils ne savent rien, et c’est sans scrupules qu’ils séparent les jeunes amants, imposant des centaines de kilomètres entre les deux âmes sœurs. Deux entités qui ont appris à passer toutes leurs journées ensemble, qui ont fusionné dans l’osmose la plus parfaite, deux entités ramenées à leur singularité lorsque leurs géniteurs les arrachent violemment l’une à l’autre.

Tentatives de renouer contact malgré la distance, tentatives nombreuses mais réduites en miettes par les parents, qui s’appliquent religieusement à interférer dès lors qu’ils tentent de communiquer, d’une manière ou d’une autre. Épuisement qui finit par les gagner, jeunes êtres impuissants face à l’autorité parentale, mais sentiments qui ne cessent jamais de brûler au fond de leurs cœurs. Cœurs qui se sont trouvés brisés lorsqu’ils ont échangé leur dernier regard, ou du moins ce qui devait être le dernier regard.

Oliver a tenté d’oublier Hermia en multipliant les aventures sans lendemain, sans avenir ; Hermia, pour sa part, n’est jamais parvenue à tourner la page, n’ayant pas réussi à entretenir une relation avec qui que ce soit d’autre que lui. Constat difficile à accepter que celui d’avoir perdu l’amour de sa vie, constat qu’ils n’ont toujours pas accepté quatre ans plus tard, ni l’un ni l’autre. Mais la distance, le cœur brisé, tout ça c’est terminé. C’est du moins la décision que prend Hermia en quittant la Californie, à la rentrée 2016, pour regagner les rues pourtant trop urbaines à son goût de New York. Volonté de s’inscrire à la Juilliard School, formation scolaire qui n’est qu’un prétexte. Prétexte pour rejoindre la ville où ce blondinet qu’elle n’a jamais oublié vit peut-être encore, avec un peu de chance ; jeune femme bien décidée à le retrouver et à reprendre ce qu’ils ont été bien obligés d’interrompre quatre ans plus tôt, à leur plus grand dam.


Eliott Monahan
Cris qui rompent le calme habituel de l’appartement, bruit de verre qui se brise. Génitrice qui hurle à s’en arracher les poumons, géniteur qui reste silencieux, fidèle à sa lâcheté habituelle. Le jeune Oliver de quinze ans s’est cloîtré dans sa chambre, ayant eu la présence d’esprit de comprendre que pour une fois, mieux valait qu’il ne se fasse pas remarquer. Mieux valait qu’il n’ajoute pas son grain de sel. « Tu as un autre fils de quinze ans et jamais tu ne m’en as parlé ? As-tu seulement pensé à cet enfant que tu as privé de présence paternelle ? » Cris maternels qui arrivent aux oreilles d'Oliver, curiosité trop facilement éveillée qui se trouve piquée au vif par ces mots. Curiosité qui le pousse, après la dispute, à aller récupérer les débris de la lettre, réduite en miettes par la rage de sa mère et abandonnée sur le sol du salon.

Lettre qu’il a ramassée sans jamais trop savoir quoi en faire, se disant qu’il en aurait peut-être besoin un jour. Lettre qu’il a conservée jusqu’à ce jour, ce jour de l’année 2017 où il retrouve dans un tiroir de son bureau les fragments de papier. Puzzle qu’il a bien souvent reconstitué pour pouvoir lire les mots tracés de cette main inconnue, par cette femme qui elle aussi avait couché avec son père, qui elle aussi en était tombée enceinte quelques mois à peine après sa mère à lui. Femme et enfant qui pouvaient être partout et nulle part, mais qu’il était désireux de retrouver maintenant qu’il avait plus ou moins coupé les ponts avec ses parents, étant arrivé à la conclusion que sa mère n’était finalement guère plus valable que son père.

Enquête qu’il mène dans son coin, sillonnant Internet pour tenter de mettre la main sur cet inconnu qui partage son sang. Réseaux sociaux qu’il bénit lorsqu’il trouve le profil Facebook de ce dernier, un certain Eliott Monahan. Chose étrange que de se promener parmi les photos du jeune homme, ce jeune homme qu’il ne connaît ni d’ Ève ni d’Adam mais dont certains traits lui sont familiers, trop familiers. Forcément. Ils sont demi-frères, après tout. Coup de chance ou de malchance, il ne le sait pas encore, le jeune homme vit lui aussi à New York. Mais la clé, le laissez-passer qui lui est offert sur un plateau d’argent, c’est cette amie commune qu’ils ont. Lexie.

Lexie qu’il aurait presque perdu de vue avec le temps, Lexie vers qui il revient mine de rien. Fin stratège, il prétexte avoir besoin de ses recommandations, savoir si elle connaît un étudiant doué en dessin qui pourrait l’aider dans l’un de ses projets d’études. Comme il l’espère, elle lui conseille Eliott et lui fournit le numéro de téléphone de ce dernier, l’informant qu’il « passe le moins de temps possible sur le campus ». C’est donc sous couvert de ce prétexte qu'Oliver va se rapprocher de ce frère inconnu, tentant de renouer avec cette famille trop longtemps ignorée. Mieux vaut tard que jamais.


Lexie Bennet
Jeune fille rencontrée au lycée un an après avoir été séparé d’Hermia, attirance mutuelle entre les deux adolescents qui a abouti sur une relation. Relation brève sans réels sentiments, plus une amitié qui a dérapé qu’une histoire d’amour à proprement parler. Ils ne sont jamais allés très loin ensemble, de par leur caractère rendu hermétique aux sentiments, caractère qu’ils partageaient. Histoire qui s’est rapidement achevée, jeunes gens qui sont pourtant restés en bon terme. Aujourd’hui ils prennent de temps en temps des nouvelles l’un de l’autre, ne se recroisant qu’en soirées. Relation qui n’a plus rien d’ambiguë, simples ex redevenus amis, chacun étant trop occupés à être épris de quelqu’un d’autre pour retenter quoi que ce soit.

Oliver ne se doute pas que son demi-frère, supposé n’être que le meilleur ami de Lexie, est en réalité son petit ami. Décision commune que prendront Lexie et lui de ne pas dire à Eliott qu’ils sont sortis ensemble quelques années auparavant, dans le seul but de ne pas créer de tensions inutiles entre eux trois. Pour autant, les secrets sont faits pour être révélés un jour ou l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My diary : Benjamine des Golden Sis, Fortune dérobée , Besoin d'expier mes pêchés ~
Mon surnom : Soeur Luca
Mon âge : 20
Mon signe astrologique : Balance
Dans la vie je suis : dévouée aux Astres
Catégorie Sociale : riche de la sagesse astrale
J'aime les : les Astres et seulement les Astres
Sosie de : Barbara Palvin
Double compte : :héhé:
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 20 Fév - 20:50
Je viens pour un lieeeeeeen
On se ressemble trop pour ne pas avoir de lien, sociables, narcissiques, maladroits, francs, curieux, aventuriers, et bref je vais arrêter là parce qu'on a trop de points communs
J'aimerais bien te proposer une relation qui évolue (d'abord négative qui devient positive en l'occurence) avec l'intervention d'une chèvre
Si ça t'intéresse, je viens te parler de ça par mp parce que ça me fait assez rire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mycroft Hoffman
Admin - Cancer
My diary : .
✽ Fils de pute
✽ Super génie
✽ Intéressé par toutes les formes de sciences
✽ Relativement pauvre
✽ Relativement riche
✽ Fils caché de Big Brother
✽ Fils inconnu du banquier Hoffman
✽ Queutard en série

Mon surnom : Myc
Mon âge : 27
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : Agent du FBI
Catégorie Sociale : Paye + activité illicites, ça paye bien
J'aime les : Les femmes. Je les aime trop. Et elles me le rendent bien.
Sosie de : Grant Gustin
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Avr - 0:00
Je te le dit, déjà, on obligé de bien s'entendre avec celui là aussi. Voila.


    good vibes
    Challenge yourself by listening to someone else's point of view, even the ones you disagree with. This is there you will learn the most.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Make your wish :: Your galaxy :: Boy from mars-
Sauter vers: