AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Sujets de rp Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

We're not friends, we're not enemies, we're just strangers with some memories - Ulycia

avatar
My diary : Trois sœurs, trois démons.
Mon surnom : Ally
Mon âge : 23
Mon signe astrologique : Gémeaux
Dans la vie je suis : directrice d'une boîte de nuit, qu'on vient de me retirer et maintenant SDF
Catégorie Sociale : Riche (bien qu'on vient de me voler toute ma fortune)
J'aime les : les Hommes
Sosie de : Elizabeth Olsen
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 21 Fév - 22:28
Ulycia

Plus rien. Plus rien n'avait de sens. Plus rien ne me donnait envie de vivre. Mes sœurs étaient parties pour de bon, toute ma fortune était aux mains des huissiers, mon chez-moi, mon travail même. Je n'avais plus rien. Tout ce qu'il me restait c'était cette petite valise bleue, à côté de moi. Mais malgré tout ça, j'étais en quête de vérité. Je ne pouvais tout simplement pas croire que notre fortune était tombé en poussière. Non, c'était trop impossible. Je ne pouvais me résoudre à accepter ma situation. Un ami m'aurait sûrement dit d'arrêter de m'accrocher à ça, qu'il fallait accepter, mais je n'avais pas d'amis. Tant mieux, ça m'évitait d'écouter leurs conseils à deux balles.
J'avais décidée de partir chez Ulysse, mon ex petit-ami. Je ne voulais pas que ce soit un de mes amis qui m'héberge, je ne voulais que personne auquel je tenais me voyait dans cet état. Pourtant, j'avais choisi Ulysse. Pourquoi lui ? Moi-même je ne savais pas vraiment... J'étais très attachée à lui à l'époque, mais depuis notre rupture nous ne nous étions pas adressés la parole. Mais je le connaissais bien. Il me laisserait sûrement rester, il avait un coeur d'or. C'était sûrement une des raison pour lesquelle j'ai eu ce moment de faiblesse. j'ai eu de nombreux petits-amis durant ma vie, mais lui était le seul qui avait réussi à me faire ressentir quelque chose. J'ai honte d'avoir été faible en tombant amoureuse de lui d'un côté, mais de l'autre, j'aimerais tellement ressentir de nouveau ce que je ressentais à l'époque. J'étais bien, j'étais heureuse. Et tout ça, je lui devais. C'était peut-être pour cela que je voulais aller chez lui. Le revoir me ferait un bien fou.
J'étais arrivée dans le Bronx. Il habitait au dessus d'un bar, d'après mes souvenirs. J'espérais qu'il n'avait pas déménagé depuis. Si tel était le cas, je n'aurais personne chez qui aller. J'entrais dans le bar, monta les escaliers qui menaient à l'étage supérieur et arriva devant une porte. Je voulus toquer mais ma main s'arrêta juste en face de la porte. Et s'il me rejetait ? Et s'il ne voulait pas me voir ? Après tout, j'avais tout gâché. Comme j'ai tout gâché avec mes soeurs. Je n'étais qu'un poison. Quiconque m'approchait finissait par être blessée.
Puis, je finis pas toquer. Il fallait que je me ressaisisse, que je sois forte. Je ne pouvais pas finir SDF, je valais mieux que ça. Baisser les bras ne me ressemblait pas. Ce n'était pas moi. J'étais une princesse, une reine. Le monde était à mes pieds. Les astres avaient beau me mettre au plus bas, je finirais toujours par remonter. Tout finit toujours par s'arranger, non ? Et bien, je ferais bien mieux qu'arranger. Je découvrirais la vérité, aiderais mes soeurs, qu'importe où elles se trouvent, et enfin, je mettrais le monde à mes pieds.
Et c'est sur ces pensées réconfortantes que la porte s'ouvrit doucement. J'essuyais une dernière fois mes larmes, prête à affronter les fantômes du passé.
lumos maxima


Soulmates
The best part of life is when your family become your friends and your friends become your family.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Dim 12 Mar - 16:20
Invité
Les déménagements avaient ceci d’emmerdant qu’ils nécessitaient une importante quantité de travail. En effet, faire les cartons n’entrait pas vraiment dans l’idée que je me faisais du plaisir, de la détente, du loisir. J’aurais largement préféré passer ce temps à peindre, par exemple, mais la peinture allait attendre. Elle devait attendre. Tout mon matériel était déjà emballé et rangé en même temps et je me voyais mal défaire un carton pour passer quelques heures à perdre du temps. C’est que mon temps était précieux ces temps ci. Je devais quitter au plus vite mon appartement et rejoindre le nouveau en évitant d’avoir à payer deux loyers parce que bon, si je déménageais, c’était avant tout pour économiser de l’argent, pas en perdre. Enroulant chaque verre dans du papier bulle, je commençais à me dire que j’avais quand même amassé pas mal d’objets pour un mec vivant seul. Je devais être au treizième verre rangé, sans exagérer, et ce n’était pas fini. Les assiettes, les couverts et les ustensiles de cuisine devaient être eux aussi au moins aussi nombreux. C’était à croire que j’avais une passion pour l’art culinaire et que je recevais régulièrement du monde pour de grands festins. La dernière personne venue chez moi était sans doute Eileen et je ne lui avais même pas proposé un verre. Foutu matérialisme inutile ! Les fringues seraient à leur tour une partie de plaisir également.

J’aurai pu avancer tranquillement dans mon rangement si quelqu’un n’était pas venu me déranger en frappant à ma porte. Lexie qui venait me prévenir qu’il y aurait beaucoup de bruit au rez-de-chaussée dans la nuit ? Peu probable, ça faisait bien longtemps que je n’étais plus averti. Eileen qui passait à l’improviste ? Vue l’heure elle devait sans doute bosser. Maggie qui passait pour je ne sais quelle raison ? Non plus. Alors qui ? Posant mon le verre que j’avais en main au pied du carton, je me dirigeai vers la porte et regardai à travers le judas qui venait me rendre visite. Quelle ne fut pas ma surprise quand je vis cette tignasse blonde que je ne connaissais que trop bien. Allycia. Allycia Arrahmane. Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais moi, il me dit trop de choses justement. Nous étions sorti ensemble à une époque, lointaine époque, et depuis notre séparation, nous n’avions plus gardé contact. Sans doute parce que la séparation s’était mal passée. Je me souviens d’une dispute, la dernière, le clou du spectacle et d’un adieu même pas annoncé. Et la voilà devant ma porte. J’ai soupiré et ai ouvert la porte, la regardant dans les yeux. Ses yeux justement, ils brillaient. Ils brillaient parce qu’ils étaient humides, avait-elle pleuré ? Allycia était fourbe, c’était sans doute ce qu’elle voulait me faire croire. Pourquoi cette visite ? demandais-je sans politesse préalable. Pas de réponse immédiate et toujours les mêmes yeux humides et la mine presque déconfite. Je m’écartai un peu, lui offrant la possibilité de mieux voir l’intérieur de mon appartement. Entre.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Sujets de rp-
Sauter vers: