AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Make your wish :: Sky is yours :: New Moon Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Allen Woods, plus solide qu'un platane.

avatar
Allen Woods
Capricorne
Mon surnom : Woody
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Capricorne
Dans la vie je suis : Footballeur pro
Catégorie Sociale : Très aisé
Sosie de : Dylan Sprayberry
Double compte : Sander Jorgensen
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Fév - 14:08
Once upon a time
Allen Woods


NOMWoods
PrénomAllen
Âge22 ans
Situation conjugaleCélibataire
NationalitéAméricain
Situation financièreTrès aisé
Orientation sexuelleSidneysexuel
GroupeTerre
Type de personnageInventé
Caractère

On dit de moi que je suis timide et à juste titre. J'avoue avoir un peu de mal à faire le premier pas, engager la conversation ou l'animer. Je suis plutôt introverti. Enfin je l'étais! Maintenant, ma profession me pousse à sortir de ma zone de confort et je commence à être plus à l'aise dans toutes les discussions. Mais mon métier m'empêche aussi de consommer de l'alcool. Pas excessivement en tout cas. Plus jeune c'est ce qui m'aidait un peu, certains diront "beaucoup", à me libérer. Certaines histoires de couloirs d'université disent même que j'ai parfois fini nu sur une table ou à courir dans cette tenue en extérieur. Mais ça c'était avant, ça n'arrive plus maintenant. Moins.

Si je suis là où je suis actuellement, c'est que j'y ai toujours cru. Mon père a fait partie d'une équipe professionnelle de baseball, pourquoi pas moi en soccer? A l'université, je me suis entrainé dur en dehors des cours pour atteindre le niveau que j'ai aujourd'hui. C'est donc tout sauf un hasard si j'ai signé aux New-York Red Bulls récemment. Ça aura pris du temps, mais j'y suis arrivé! Si seulement Sidney et Jolene pouvait voir ça!

Histoire

Allen. Voilà le prénom que mes parents m’ont donné d’un commun accord, en référence à la lubie de ma mère pour le réalisateur du même nom : Woody Allen. Woody Allen, Allen Woods, vous voyez l’idée ? Je suis né au milieu de l’hiver 1994, à Davenport, ville de l’Iowa mais frontalière avec l’Illinois, état où se trouve Chicago, mais ça, j’y reviendrai plus tard. Davenport donc ! Il n’y a pas grand-chose à dire sur cette ville là, en dehors du fait qu’elle m’a vu grandir pendant 20 ans tout comme elle a vu grandir mes parents qui sont restés accrochés à leur rocher toute leur vie. Eux aussi y sont nés, y ont étudiés, s’y sont rencontrés, bref vous voyez le genre. Enfin je dis qu’ils sont toujours restés à Davenport, je mens un peu. Mon père a en effet, fait son petit trou à Chicago, en baseball, pas chez les Sox, non mais dans l’autre franchise de la ville : les Cubs, club « secondaire » mais qui a tout de même gagné deux titres, attention ! Pas quand mon père y était par contre. Ma mère quant à elle était prof à l’université de Davenport, dans une filière technologique avant de prendre sa retraite à la naissance de ma sœur, la dernière d’un trio d’enfants. Entre les revenus de mon père et ceux de ma mère, nous avons vécu très correctement tous les cinq, sans pour autant être riches : une seule maison, sans piscine olympique ou héliport, une seule voiture, une familiale, tout en modestie.

La modestie justement, a été l’une des valeurs phares de l’éducation que j’ai reçue. L’idée chez les Woods est de ne jamais faire de vague, nous ne sommes pas surfeurs… Hmm… Passons cette blague, vous voulez bien? J’ai donc toujours été discret et humble, au sport, dans mon club de soccer, comme à l’école, sauf qu’à l’école, il ne fallait pas être discret, il fallait se montrer, montrer ce dont on est capable et ça, justement, j’en étais incapable. Aucun prof n’a jamais su comment s’y prendre avec moi, j’étais effacé, mais bosseur, même moi je ne savais pas où j’allais, je me cherchais, je ne savais pas ce que j’allais faire. A force d’errer comme ça, mais en ayant de bons résultats un peu partout, je me suis retrouvé à l’université de la ville, en management du sport. Je m’étais dis, vers la fin du lycée, qu’en ayant fait du sport pendant plus de dix ans, ça devait être ma filière de prédilection et je n’avais pas envisagé de quitter Davenport. Cette première année fut un échec et j’arrêtai au milieu, perdu.

La deuxième moitié de l’année ainsi que les deux années d’après, j’ai travaillé avec un menuisier. Le rythme était tellement soutenu que je ne voyais plus beaucoup mes parents, je rentrais tard et repartais tôt, mais au moins j’étais très bien payé. Ce travail est sûrement le tournant de ma vie. J’habitais toujours chez mes parents mais ne les voyant plus beaucoup, je n’étais plus autant choyé et dorloté qu’avant. J’avais quitté le cocon familial tout en y étant toujours, paradoxal, oui, mais formateur. C’est à se moment là que j’ai réalisé que je commençais tout juste à me construire en tant qu’individu. Sur mes jours de congé et les quelques week end que je pouvais avoir, j’en profitai pour sortir tout aussi tôt et rentrer tout aussi tard. Dans ces instants de loisirs, je me suis fait des tas d’amis en sortant de ma discrétion légendaire, j’ai également  eu ma première petite amie, puis la seconde et enfin la troisième avec qui j’ai eu ma première fois. Aucune de ces trois histoires n’a été très « intéressante », c’était assez superficiel au final mais pas totalement inutile.

Dans l’année, mon patron mit la clé sous la porte et se fut alors le retour à la case départ. Impensable de reprendre une vie d’enfant surprotégé, surtout à mon âge, j’envisageai donc de reprendre les études. L’année universitaire à Davenport n’avait pas été complètement inutile, j’avais retenu que l’économie m’intéressait beaucoup et j’entrepris alors de candidater à Chicago, dans leur département d’économie donc, tout en demandant une bourse qui pouvait m’être accordée pour ma reprise d’études. Entre mes économies, cette bourse finalement obtenue et une aide de mes surprotecteurs de parents, mon projet à Chicago était viable.

Il le fut. Cette année à Chicago me changea complètement. Premièrement, je m’étais totalement sorti du carcan familial en ne rentrant que très rarement, pour ne pas dire presque jamais, chez moi. Chez moi, c’était Chicago en fait. La colocation m’avait fait un bien fou. Que des étudiants, que des gens de mon âge environ, ça avait été parfait. Et puis il y avait eu Sidney. Aaaaaaah Sidney. Le genre de personne qui vous laisse croire qu’une amitié homme-femme est totalement possible jusqu’à ce que… Jusqu’à ce qu’une soirée « entre amis » se finisse dans le même lit, nus avant une douche le lendemain et une proximité qui n’a plus rien d’amicale. Oui, Sidney et moi étions sortis ensemble. Ca avait été très beau, mon premier vrai et grand amour. Elle avait été le soleil de ma vie à Chicago, celle qui m’avait fait rire, pleurer, aimer. Le bébé Allen était devenu un homme et en grande partie grâce à elle. Mais toutes les bonnes choses ont une fin il parait et lorsque le club des Whitecaps de Vancouver m’a contacté, l’orage est survenu. Plus que des discussions tendues, que des disputes, inlassablement. Le football professionnel était mon rêve, depuis toujours, mais Sidney refusait de m’accompagner plus au nord. Il a fallu faire un choix et j’ai choisi ma carrière plutôt que mon couple qui battait énormément de l’aile.

Vancouver a terminé ma transformation en quelques mois à peine. Sous le feu des projecteurs, il n’y avait plus de place pour ma timidité et mon nouveau salaire me donnait un confort tout autre que ce que j’avais connu jusque là. Je me suis rendu compte à quel point les chiffres d’un compte en banque peuvent vous monter à la tête, vous faire décoller. Grosses voitures, villas de rêve, tout m’était possible et en plus de ça, je recevais beaucoup de courriers de fans, souvent des femmes qui disaient vouloir se marier avec moi. Dingue. Mais je n’ai pas pris la grosse tête. Je n’ai pas acheté de grosse Ferrari, pas d’immense domaine et pas de nouvelle petite amie. J’ai été prêté tout récemment aux New-York Red Bulls et me voilà, en toute logique, à New York depuis quelques jours à peine pour poursuivre mon rêve !

A votre propos

Pseudo : Krampou
Âge : 26 ans
Commentaire : 1 com ici cé 10 com sur ton skyblog!
Pays/région
: Bretagne
Fréquence de connexion : Trop souvent
Longueur de rp : COMME MA B... Ahem. Ça dépend.
Comment as-tu découvert le forum ? : C'est la famille!
Quelque chose à ajouter ? : Alpaga

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jolene Larsen
Admin - Bélier
My diary :
«et si moi je suis barge de tes yeux, c'est qu'ils ont l'avantage d'être deux.»

Spring BreakSpring Break/girls

Mon surnom : miss fran
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : Feu
Dans la vie je suis : au chômage.
Catégorie Sociale : je jette les billets en l'air comme si je pouvais me payer le paradis.
J'aime les : les mexicains à la moustache fine qui portent des casquettes roses, les mojitos passion, le captain morgan, brandir mon majeur au ciel.
Sosie de : jo skriver.
Double compte : Hitler.
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Fév - 14:10
Plus solide qu'un platane... tu vas être plus solide que le canapé que je vais te lancer ?!?



galatée

Let's take our time tonight, boy. Above us all the stars are watchin', there's no place I'd rather be in this world. Your eyes are where I'm lost in. Underneath the chandelier we're dancin' all alone. There's no reason to hide what we're feelin' inside right now.©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexie Bennett
Admin - Cancer
My diary :

Mon surnom : Lex
Mon âge : 23
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : étudiante mais par simple amusement dorénavant
Catégorie Sociale : T'es des bas-fond, mais ta beauté te donne du travail, un travail qui paie. Depuis peu, on te repère petite princesse.
J'aime les : Les pâtes, les pâtes et encore des pâtes ?! Oui, à la bolognaise, à la Carbonara, au Pesto, vous pouvez vous faire plaisir j'adore ça. Mais la vérité c'est que je crois que je tombe amoureuse de mon meilleur ami, et c'est difficile pour moi de l'admettre.
Sosie de : Gigi Beauty Hadid
Double compte : Nate le sexy mexicain
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 26 Fév - 14:37
Mon amour ... Je t'ai vue au bon milieu d'un rê- .... Bref ! :allez:

Mon dieu , mon dieu que bénit soit ce dimanche qui fête le retour de Allen



Let's roll baby !
Let's roll baby !




Félicitations ! Les astres ont décidé que tu es digne de faire partie de notre constellation !

Tu n’as plus rien à faire si ce n’est jeter te préoccuper de l’influence qu’à sur ta vie l’horoscope. Tu peux d’ores et déjà le consulter ici.
Comme tu le sais, une constellation est composée de plusieurs étoiles ! Mais tu peux créer la tienne afin d’être en relation avec des astres aussi brillants que toi.

Nous n’oublions pas le plaisir, n’hésite pas à nous rejoindre dans la partie flood pour déconner comme il se doit. La cb est là aussi, la maîtresse des lieux se fera un plaisir de d’accueillir comme il se doit.
Bienvenue parmi nous !





Could die in your arms.
Lexie Bennett ♡ Before you met me, I was alright but things were kinda heavy. You brought me to life now every February. You'll be my valentine, valentine. Let's go all the way tonight...No regrets, just love. We can dance until we die.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Make your wish :: Sky is yours :: New Moon-
Sauter vers: