AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end :: Fiches périmées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

eileen callaghan • on veut tous laisser une empreinte.

avatar
Léonie Amaury
Admin - Lion
My diary :
«Est-ce que tu t'es déjà senti vivre ou est-ce que tu essayes de t'en persuader ?»

Mon surnom : Lee
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : lion
Dans la vie je suis : ton père
Catégorie Sociale : en quête de mon sugar daddy
Sosie de : adele e.
Double compte : ta soeur.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 1:58
Eileen Callaghan
23 ans ⠇15 août 1993 à Shangaï ⠇américaine ⠇irlandaises ⠇célibataire ⠇pansexuelle ⠇galeriste ⠇au dessus de ta mère
adele e.feu
LION

Si en apparence je vous semble très douce, attachante, mignonne, et surtout une fille sur qui on peut marcher les pieds sans craindre pour sa vie, détrompez-vous : je mords. En école élémentaire, j'étais celle qui tapais les garçons parce qu'ils avaient osé se moquer de mes dents du bonheur, celle qui avait défié son professeur de sport de la mettre dans l'équipe des plus nuls au soccer. J'étais cette fille un peu trop "garçon manqué" par sa famille parce que je trainais plus avec mon frère ainé et sa bande de pote que les filles de mon âge. L'idée de parler chiffons ne m'intéressait pas, me révulsait même. Mes parents avaient abandonné l'idée de faire partie de ces filles de bonne société. Ils étaient même rassuré que je sois avec mon frère : avec lui il ne m'arriverait rien, avec moi il ne perdait pas la route du droit chemin.

J'suis pas compliquée à vivre en soi. Il suffit juste de ne pas me casser les ovaires. Je mords certes mais je sais également être tendre. Enfin. Rares sont les personnes qui me connaissent calme. Les gens, quand ils parlent de moi, souvent utilisent-ils les mots "fougueuse, passionnée, tête en l'air, perfectionniste, franche". Jamais tendre. Jamais douce. Pourtant quand mon grand-père est tombé malade, c'est moi qui ai renoncé à mon été au Mexique pour voler jusqu'à Galway pour m'occuper de lui, nuit et jours. Moi qui ai fait du bénévolat un été et un hiver de la même année pour partir au Congo.

Je ne suis pas parfaite, loin de là. Je considère que j'ai plus de défauts que de qualités. Mais reconnaitre ces traits font de moi une personne qui n'a pas peur, car je me connais. Je sais par exemple que ma plus grosse qualité est également un de mes points faibles. Je suis passionnée. Je ne suis que passion. Je vis tout soit pleinement soit pas du tout. Il n'y a pas de juste milieu. Que ce soit dans la photographie, dans mes relations, amicales comme amoureuses, dans ce que j'entreprends, dans mes différentes actions humanitaires. J'y mets toute mon âme ou rien du tout. Et c'est tellement facile de m'attaquer la dessus, d'essayer de me faire tomber en s'en prenant à ma passion. Mais n'oubliez pas : je mords, et j'ai les dents ascérées. Probablement mon plus gros défaut est que je suis la Contradiction incarnée. Je suis perfectionniste, dans mon art, une maniaque de la propreté, mon appartement entier est rangé, d'une manière assez psychorigide quand on y pense. Pourtant, ma chambre est un bordel monstre. Je suis la plus grosse je m'en foutiste de la famille. Et je ne cherche pas souvent à comprendre les gens. Rares sont ceux qui optiennent une seconde chance.

On me qualifie souvent de lunatique. Ma stressée de ma mère a lu tellement de bouquin qu'elle croyait que j'étais bipolaire. Parce que je pouvais sortir avec mon frère, faire la fête des soirs d'affilés, et une semaine durant, ne plus sortir de mon lit, ne vouloir parler à personne. Non maman, je n'aime juste pas la société. Aigrie est ce qui m'a le plus convenu, on va dire.

Mais sinon, je sais sourire et faire le pitre.
et si la flemme s'éteint, ce sera mon dernier souffle.


ÉGÉRIES

« qu’est-ce qu’une belle photographie ? »


À mon sens il n’y a pas de belle ou de photographies qui sont moches. Je ne parle pas des selfies ou de la photo que va prendre maman de son fils avec son téléphone parce qu’il vient de remplir son premier pot. Non, je parle de la photographie, l’artistique, qu’elle soit professionnelle ou amateure. La beauté est trop subjective pour que cela soit définit comme caractère de réussite. Il est évident que l’on va trouver tel ou tel tirage beau, on ne peut s’empêcher d’avoir cette approche, c’est instinctif. Non. Selon moi, une photo est réussie quand la personne qui la regarde ressent quelque chose. De la joie, de la tristesse, de la colère, de la nostalgie, de l’envie. Je pars du principe que dès qu’une émotion est ressentie, la photographie est réussie. Souvent on me demande comment on évalue le prix d’une photographie, à quel moment à la galerie, on en qualifie une d’oeuvre d’art. Là encore, cela relève de la subjectivité. Le prix dépendra de l’artiste. La qualification d’oeuvre d’art au sens sentimental du terme, et pas au sens académique, dépendra de la perception du spectateur. Je ne me qualifie pas comme une photographe professionnelle. Je suis juste une passionnée qui veut faire découvrir son monde.

Je repose mon crayon et soupire. Quand Amelia m’a demandé d’écrire une introduction pour mon exposition il y a deux mois, je ne savais vraiment pas quoi mettre. L’exposition est dans deux heures et je viens tout juste de mettre le point final. J’étais tentée de prendre juste une photo, un auto-portrait. Et je me suis dit que c’était trop narcissique. Que l’exposition n’était pas à propos de moi mais sur le monde. Et je ne suis pas le monde. J’ai tenté de le faire découvrir à travers mon regard, d’y apporter ma touche. Mais encore, ce n’est pas à propos de moi. Je ferme les yeux un instant et me laisse aller en arrière sur mon lit. Je ne réalise pas. Ce n’est pas la première exposition que je fais. J’en ai monté, des dizaines, depuis que j’ai 16 ans. Que ce soit dans la rue, dans des galeries, des musées, des halls d’expositions, des gares. Mais c’est la première que j’organise avec mes propres oeuvres. Enfin, est-ce que ce sont réellement des oeuvres ? Je suis quelqu’un de fière, à la limite de l’orgueil par moment d’après mes propres. Selon moi, ce n’est que savoir qui je suis et ce que je vaux sur le marché, dans la société, en tant que galériste, que femme. Je suis quelqu’un de sûre d’elle. Mais quand il s’agit de mes photos, j’ai un tout autre regard. Je ne dis pas que je ne suis pas fière. Par moment, oui, je vais trouver mes propres photos réussies car elles me rappelleront comment elles ont été prises, dans quelles conditions, pourquoi. Mais de là à exposer ? Officiellement ? Je me contentais de les vendre via le réseau d’Amelia, lors d’événements regroupant plusieurs artistes, amateurs comme professionnels. Jamais n’aurai-je eu la prétention d’en faire une exposition. Et là est la contradiction avec mon caractère affirmé. Souvent m’a-t-on dit que j’étais impressionnante, imposante. On m’a même dit qu’on avait peur de m’affronter. Soit. Quand j’ai annoncé à ma mère que Amélia voulait que je sois sa prochaine exposition éphémère, elle m'a simplement dit «il était temps.» Mon père lui m'a ébouriffé les cheveux. Mon grand-frère m'a promis qu'il sera là. Je regarde ma montre. Je suis censée être partie depuis presque une demi-heure. Tant pis. J'attrape mon sac à main, l'introduction, et deux minutes plus tard je suis dans le métro, direction le centre de Brooklyn. Amélia m'attends à l'intérieur avec Joshua, notre homme à tout faire. Le traiteur est déjà là. Enfin traiteur. C'est le barman du Shadow, un vieil ami d'Amélia qui s'occupe de nous fournir la bière. Je n'ai pas voulu de champagne, petits fours. Ça ne me ressemble pas. Du coup c'est bière et cacahuètes. D'ailleurs, celle que je considère comme ma pièce maîtresse de l'exposition est sa serveuse, Lexie, mon égérie, devenue une amie. La fille au regard triste.

Une heure après l'ouverture, il y a foule. Je me suis eclipsée dans l'arrière cour pour fumer. La foule ne m'a jamais réussi. J'étouffe assez rapidement. Je termine ma bière et jette la bouteille dans la poubelle. Je retoune à l'intérieur, salue des personnes, en remercie d'autres et vais me poser devant une photo que j'ai prise il y a six mois de mon frère, pour son anniversaire. Il revenait de cure, et c'était la première fois que je le voyais sourire autant depuis sa chute. Il avait tout le temps cette lueur triste, cet appel au secours qu'on a mis du temps à détecter, cette noirceur d'esprit qu'il combattait faiblement. Et le jour de son anniversaire, voir qu'on était tous là l'a fait pleurer. Lui qui ne pleure jamais. J'entends son rire d'ailleurs dans la salle. Il est arrivé en même temps que mes parents tout à l'heure. Personne n'est devant cette photo avec moi. J'en suis contente. J'aimerais me reposer deux secondes, me retrouver avec mon frère avant d'affronter le monde réel. Une odeur vient chatouiller mon nez et tout mon corps se crispe. Je ne me retourne pas. Je ne sais même pas comment réagir. Me retourner lui sourire ? Lui hurler dessus que je ne veux pas de lui ici ? Ne rien faire ? Je perds tous mes moyens. Il n'a pas le droit de venir aujourd'hui. De débarquer tel une fleur épanouie quand il m'a fané. Je sais que c'est Louie qui lui a parlé de l'exposition. Il reste son meilleur ami. Je sais que Louie veut bien faire. Mais c'est trop tôt. «Tu peux être fière de toi. Je le suis, moi.» J'ai envie de lui dire que je m'en fous. Qu'il pouvait même me descendre, ça ne me fait plus rien. C'est faux, Eileen. T'as eu ce pincement au coeur quand tu l'as entendu te répéter ce qu'il te disait à chaque fois que tu revenais d'un voyage. Je soupire. «Qu'est-ce que tu veux, Nik ?» Ma voix est calme, posée. Je veux sincèrement savoir ce qu'il veut. Je ne me tourne toujours pas vers lui. Je ne suis pas prête de le voir, de le détailler. «Eileen..» Je te déteste Nik. Tu ne devrais pas avoir le droit de prononcer mon prénom. De le dire avec toujours cette même intensité dans la voix. Comme si rien ne s'était passé. Comme si tu n'étais pas parti. Comme si du jour au lendemain, tu n'avais pas tout foutu en l'air pour une paire de cuisses ouvertes. J'ai tout pardonné. Tout. «Eileen, on peut parler ?» Je me décide enfin à me retourner. Et sa beauté me frappe comme au premier jour. Ce regard noir, profond, qui me déshabille sans pudeur, comme s'il se souvenait de chacune de mes courbes. De son sourire en coin, narquois parce qu'il sait l'effet qu'il a sur moi. De ses fossettes qui creuses ses joues déjà creuses. Sa moustache de latino qu'il copie sur son père, qui le rend encore plus oh bordel, Eileen reprend toi. «Non. Non on ne peut pas. J'arrive pas à croire que tu oses venir ici. Je ne veux plus rien à faire avec toi, Nikola. T'as perdu tout ça quand t'es allé baiser ma cousine. » Je remercie mon calme de ne pas avoir haussé le ton. Mais je sens mon coeur battre à tout rompre. Je le sens qui me hurle de sortir de ma cage. Ça ne va pas. «Si tu le voulais tant que ça, pourquoi avoir exposé cette photo ?» Je suis du regard son doigt et recule d'un pas. Amélia a quand même mis cette photo. Je ne voulais pas justement. Je ne voulais pas l'exposer, je ne voulais plus rien voir de lui dans mon monde. Je te déteste, Nik. De gâcher cette journée. De me rappeler à quel point je suis toujours accro à toi, malgré tout. Bordel. Je reporte mon regard sur Nik, qui n'a plus cette lueur narquoise. La douleur règne. Et la mienne ? On en parle ? Des personnes commencent à affluer autour de nous, voulant voir les deux photos. «Merci d'être passé, monsieur. Si vous souhaitez acheter, il faut passer par Amélia. Bonne journée.» Et sans un regard vers lui, je me retourne et pars me fondre dans la masse. Parce qu'encore une fois, j'ai fui devant l'amour.



Pseudo :
naawy, honestirony
Âge :
22 ans
Pays/région :
sur une autre planète
Fréquence de connexion :
tous les jours.
Longueur de rp :
entre 700 et 2000 mots.
Comment as-tu découvert le forum ? :
on m'a obligé à venir.
Quelque chose à ajouter ?:
promis je suis plus douce que la moustache de Hitler.


N'oubliez pas remplir ces codes pour l'ajout de votre célébrité et votre nom dans les différents bottins.

Code:
[b]Adèle Exarchopoulos[/b] ⠇Eileen Callaghan
Code:
[b]Eileen[/b]
Code:
[b]Callaghan[/b]



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lexie Bennett
Admin - Cancer
My diary :

Mon surnom : Lex
Mon âge : 23
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : étudiante mais par simple amusement dorénavant
Catégorie Sociale : T'es des bas-fond, mais ta beauté te donne du travail, un travail qui paie. Depuis peu, on te repère petite princesse.
J'aime les : Les pâtes, les pâtes et encore des pâtes ?! Oui, à la bolognaise, à la Carbonara, au Pesto, vous pouvez vous faire plaisir j'adore ça. Mais la vérité c'est que je crois que je tombe amoureuse de mon meilleur ami, et c'est difficile pour moi de l'admettre.
Sosie de : Gigi Beauty Hadid
Double compte : Nate le sexy mexicain
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 2:50
BIENVENUE TRONCHE DE CAKE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Léonie Amaury
Admin - Lion
My diary :
«Est-ce que tu t'es déjà senti vivre ou est-ce que tu essayes de t'en persuader ?»

Mon surnom : Lee
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : lion
Dans la vie je suis : ton père
Catégorie Sociale : en quête de mon sugar daddy
Sosie de : adele e.
Double compte : ta soeur.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 3:09
MERCI CONNASSE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mycroft Hoffman
Admin - Cancer
My diary : .
✽ Fils de pute
✽ Super génie
✽ Intéressé par toutes les formes de sciences
✽ Relativement pauvre
✽ Relativement riche
✽ Fils caché de Big Brother
✽ Fils inconnu du banquier Hoffman
✽ Queutard en série

Mon surnom : Myc
Mon âge : 27
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : Agent du FBI
Catégorie Sociale : Paye + activité illicites, ça paye bien
J'aime les : Les femmes. Je les aime trop. Et elles me le rendent bien.
Sosie de : Grant Gustin
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 3:16
POURQUOI VOUS CRIEZ ?!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Léonie Amaury
Admin - Lion
My diary :
«Est-ce que tu t'es déjà senti vivre ou est-ce que tu essayes de t'en persuader ?»

Mon surnom : Lee
Mon âge : 24
Mon signe astrologique : lion
Dans la vie je suis : ton père
Catégorie Sociale : en quête de mon sugar daddy
Sosie de : adele e.
Double compte : ta soeur.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 12:35
JE SAIS PAS POURQUOI TU CRIES TOI ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mycroft Hoffman
Admin - Cancer
My diary : .
✽ Fils de pute
✽ Super génie
✽ Intéressé par toutes les formes de sciences
✽ Relativement pauvre
✽ Relativement riche
✽ Fils caché de Big Brother
✽ Fils inconnu du banquier Hoffman
✽ Queutard en série

Mon surnom : Myc
Mon âge : 27
Mon signe astrologique : Cancer
Dans la vie je suis : Agent du FBI
Catégorie Sociale : Paye + activité illicites, ça paye bien
J'aime les : Les femmes. Je les aime trop. Et elles me le rendent bien.
Sosie de : Grant Gustin
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Nov - 3:24
BEN PARCE TU CRIES !


    good vibes
    Challenge yourself by listening to someone else's point of view, even the ones you disagree with. This is there you will learn the most.©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end :: Fiches périmées-
Sauter vers: