AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Archives :: Story end Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

She's confident + Sidney

avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Avr - 3:37
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ta semaine de spring break, allait bon train. En fait, tu ne te souviens pas c’était quand la dernière fois, que tu t’es amusé plusieurs jours d’affilés, comme ça. Ce matin, tu avais décidé d’aller glander à la plage, histoire de prendre du soleil et de reluquer quelques nanas au passage. Tu n’avais que ça à faire de toute façon, en vacance! T’es là depuis environ une heure, assis sur une chaise longue. Vêtus uniquement d’un short, exhibant fièrement ton torse et tes tatouages, on va se le dire, hein! Des gens arrivent, près de toi, te demandant si tu as envie d’une partie de VolleyBall. Les mecs contre les nanas et tu ne peux refuser, cette invitation.

Tu t’installes alors du côté des mecs, reluquant derrière tes lunettes de soleil, vos adversaires. C’est presque douloureux de te battre contre elles, si belles. Un service et la partie est enclanchée, vous donnant déjà, un point. Tu fais le service suivant et sans le vouloir, frappe l’une des meufs de l’autre côté, direct sur la tête. Tu ne réfléchis pas, courant de l’autre côté pour t’excuser : « J’suis vraiment désolé, dis, ça va, mh? » Plates, comme excuse, m’ouais, mais tu n’es pas très bon pour t’excuser! La jeune femme te regarde et tu plisse les yeux, tu la connais, c’est la fille que tu as aidé au party, la veille. Tu baisse la tête, grattant ta nuque, confus. Ouais, tu l’aides et ensuite tu lui balance un ballon par la tête. Tout un homme tu fais, Wes ! Tu lui souris avant de retourner à ta place.

La partie se déroule bien, mais tu ne peux détacher ton attention de sur Sidney. Tu n’avais pas vraiment porter attention à son visage, hier. Mais là, à jeun, sous le soleil, elle est fichtrement canon, hein! Les filles demandent un time-out, le temps de reprendre leurs souffles et toi, tu t’étires un peu. Juste assez pour que les femmes de l’autre côté, te détailles du regard. T’aimais vraiment avoir sur toi, le regard admirateur des nanas et t’aimais surtout, lorsque ton charme opérais, les laissant totalement conquise. Après, c’était ça ton boulot, plaire pour avoir de plus gros pourboire au bar. Et ta passion c’était danser et encore là, c’est avoir des regards braqués sur toi. Tu étais vedette, t’aimais te pavaner et te faire remarquer et de toute les façons possibles. Tu reprends ta place, souriant à quelques meufs, passant ta main dans tes cheveux, alors que la partie reprend.
lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Avr - 15:14
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
C’est les rayons de l’astre solaire, la sensation d’une chaleur oppressante contre mon faciès qui m’avait poussé à ouvrir les yeux ce matin-là. Tout doucement, je m’étais étiré et mon bras avait touché celui de mon compagnon de nuit. Le petit bras de Jolene, ma meilleure amie. Cette nuit-là, nous l’avions passé que toutes les deux à parler, car depuis que nous nous étions retrouvés des moments rien que toutes les deux il n’y en avait eu que très peu. Nous avions alors décidé de nous éloigner un peu de la festivité permanente du Spring Break et de nous consacrer à nous, à notre amitié. Alors ce matin-là, de la voire à mes côtés me fit sourire, me rappelant que nous avions bien ris cette nuit, que je lui avais dit qu’elle m’avait énormément manqué et que j’étais heureuse pour elle. Jolene avait plus cet air de Zombie sur le visage, le cerne bien trop prononcé avait disparu et ça faisait plaisir. Enfin ma meilleure amie avait trouvé la paix intérieure. « Je me lève mon bae, reste au lit t’as encore le temps … » Dis-je au creux de l’oreille de ma meilleure amie, je déposais un bisou tendre sur sa joue bouffie et replaçait ses longs cheveux châtains plus loin pour qu’il ne la gêne pas, ayant la marque de l’oreiller et je me levais le plus subtilement possible, ne faisant pas un bruit j’allais fermer les rideaux pour que le soleil ne la réveille pas à elle. Rapidement je m’étais préparé sans vraiment savoir ce que j’allais faire. Boire comme un trou une nouvelle fois au bord de la piscine ? Non, c’est bon. J’avais déjà assez donné les deux premiers jours. Les effluves d’alcool commençaient doucement à me dégoûter. Assise au comptoir de la cuisine fumant ma cigarette j’entends des filles dirent qu’aujourd’hui sur la plage il y aura match de Volley entre les garçons et les filles et l’une d’elle se retourne vers moi pour me demander si j’ai envie de participer, que ça serait super drôle. « Aller Sidney vient t’es un peu la représentatrice de Tempie ici ! Montre que les femmes sont aux pouvoirs ! » Moi représentatrice ? Certainement pas, Tempérance était bien trop parfaite pour être représenter par quelqu’un ici mais ok. Après quelques secondes d’hésitation j’allais finalement accepté. N’ayant rien de mieux prévue, la plage restait le meilleur endroit pour profiter du soleil de façon un peu plus calme. « Ok ça marche je veux bien venir ! » Les filles avaient sautillé sur place d’avoir trouvée une nouvelle joueuse pour leur équipe.

Les pieds dans le sable je regarde les autres filles s’étiraient, elles sont toutes déterminées à gagner. C’est limite si elles n’ont pas créé un hymne pour montrer ô combien elles vont être forte mais moi je sais déjà que je suis un point faible pour l’équipe n’étant pas sportif pour un sou, alors sauf me mettre à l’arrière et ne jamais m’envoyer le ballon elles ne pourront jamais gagner. « Sidney tu vas au milieu t’es assez grande pour intercepter les ballons … » Je clignote des yeux, bien. Sorry not sorry les filles je ne chicane pas mais c’est clair que maintenant c’est sûr que vous allez perdre. Dans mon maillot deux pièces coloré, je m’avance à la dite place et le match peut enfin commencer. Je passe une main dans mes long cheveux d’un blond doré et je m’impatiente déjà d’en terminer.

Le match à peine débuté que je suis la victime du ballon, deuxième service et je me le reçois dans la tête, heureusement ce n’est pas en pleine face car j’aurai sincèrement douillé. Je rigole avec les filles en me caressant le haut du crane alors qu’un garçon vient à ma rencontre, s’excusant rapidement je le regarde en riant avant de me rendre compte que c’est le garçon d’hier, celui qui m’a aidé aux toilettes. Wesley si je m’en rappel bien. « Bah bravo le héros ! T’as regretté de m’avoir sauvé hier ? » Je lui tire la langue et lui fait un clin d’œil, bien évidemment je le taquine car il ne m’a pas fait intentionnellement mal. Ma main se plaque doucement sur son torse pour l’intimer à retourner dans son camp. « Ouais ça va t’inquiète je vais pas faire une commotion cérébrale ! Aller monsieur, le match doit continuer ! » Je rigole ainsi que les filles en le voyant reculer et repartir du côté des mecs et nous pouvons continuer le match. Les filles se donnent à fond et moi je fais le maximum que je puisse faire sur le terrain tout en jetant souvent des regards à Wesley, ne sachant pourquoi mes yeux étaient attiré vers lui dès que le ballon n’était pas vers moi. On remonte un peu la pente, mais les garçons sont toujours meilleurs une vingtaine de minute passe et nous demandons une pause, on est toute essoufflée, crevée. Assise sur le sable, je regarde discrètement les garçons qui eux aussi font une pause. Je bois un peu d’eau et entends les filles faire leur classement des plus beaux garçons de l’équipe et deux prénoms reviennent souvent : Wesley et Dean. Je ne sais pas lequel est Dean mais je vois très bien qui est Wesley. Elles ont raison, il est pas mal ce garçon. Alors, je me mets à le regarder un instant lui faisant un coucou de la main lorsque celui-ci me regarde à son tour et le sifflet retenti, la partie doit de nouveau reprendre.

Fin du game, les garçons nous ont explosés. Impossible de rattraper les quinze points de retard, du coup c’est les filles qui paient un verre aux garçons. C’était soit ça, soit on finissait à l’eau du coup le choix fut vite prit. On s’était toutes dirigés au bar de la plage pour leur ramener une bière. Mes deux verres à la main et étant la première revenue sur la plage j’allais me poser à côté du blond, le seul que je ‘’connaissais’’ du groupe et lui tendit son verre. « Et voilà Monsieur est servi ! » Je lui souriais un instant et tournais ma tête, regardant les vagues venir jusqu’à nos pieds.

lumos maxima


Spoiler:
 



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Avr - 19:53
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alors que tu fais un service, tu frappes de plein fouet, Sidney de l’autre côté. Courant à sa rencontre pour lui faire de plates excuses, elle te pousse gentiment sur le torse, d’indiquant qu’elle va bien et que tu peux disposer. Tu lui souris avant de retourner à ta place, pour continuer la partie.  Les nanas demandent une pause, pour souffler et tu t’étires, tandis que les regards des femmes sont sur toi. Sidney t’envoie un coucou de la main, que tu réponds par un sourire, avant de reprendre la partie.

La partie terminée, vous avez gagné avec quinze points d’avance. La conséquence des filles? C’était soi se faire jeter à l’eau ou bien, vous payez un verre. Bien sûre, elles ont choisi les verres, hein! Tu t’éloignes alors, t’assieds sur le sable, appuyé sur tes bras placés derrières toi. Tu profites des doux rayons du soleil, de la chaleur du printemps naissant et des vacances.  Tu fermes les yeux, balançant ta tête vers l’arrière pour accueillir avec plaisir, l’air chaud qui foutait ton visage.

Ton attention est attirée vers une voix, qui se poste à tes côtés. Tu pivotes le menton vers Sidney qui te tend un verre et tu lui souris, vous savez ce genre de sourire charmeur que tu passais ton temps à décocher aux femmes? En plein celui-là. Tu reposes tes yeux vers l’horizon, soupirant d’aise. : « Merci pour le verre. Mais c’était pas nécessaire, j’suis pas à cheval sur les principes. » Même si les filles n’auraient pas tenu leurs paris, tu t’en fou un brin, vous êtes là pour vous faire du fun et non pour obliger les femmes à vous payer des drinks. Tu te promets de lui en payer un ensuite, pour toi ce n’est pas concevable qu’une femme te paie quoi que ce soit et ce, même si elle était riche comme crésus!

Derrière tes lunettes fumées, tu jettes un regard de côté vers Sidney, qui te tiens compagnie et t’optes de lui faire la conversation, pour ne pas qu’elle croit que tu es snob, hein! « Alors, que fait une si jolie femme, seule au spring break, mh? » Tu te devais de la complimenter, non seulement parce que c’est dans ta nature, mais aussi parce que c’était, on ne peut plus vrai, qu’elle était fichtrement jolie.

Une autre fille, que tu ne connais aucunement, te fais un signe de la main. Tu arques un sourcil, lui envoyant la main à ton tour. Trop de filles, trop de BELLES filles, tu en as trop à regarder et tu dois te faire violence pour reporter ton attention sur la belle à tes côtés. Depuis Riley, tu avais pris cette fâcheuse habitude, de reluquer les femmes, de le courtiser et de les lâcher ensuite. Tu faisais toujours ça avec diplomatie, tu n’es quand même pas un connard, mais tu es incapable de te laisser aller à nouveau. Du coup, tu enchaînes les conquêtes, multipliant les nuits torrides avec de pauvre fille qui reste accroché à toi et dont, tu n’aimeras pas plus loin que l’aurore. Tu avais eu le cœur tellement brisé par Riley, que tu t’étais promis de ne plus jamais tomber amoureux et depuis presque 10 ans, tu tiens cette promesse.

Tu t’allonges de ton long sur le sable, mettant ta main devant tes yeux pour regarder Sidney. Tu détailles ses longs cheveux blonds, sa peau dorée par le soleil, ses longue jambes fines…Tu en viens à te dire que Dieu est cruel, de les avoirs dessinées si belle! C’est presque vendre ton âme au diable chaque fois que tu caresses le corps d’une femme. « Alors, parles-moi de toi un peu! » que tu dis, accompagné d’un sourire aussi blanc qu’une pub de dentifrice, à l’intention de la blonde. Elle te regarde, ancre ses yeux dans les tiens et un nouveau deux secondes de silence, à vous regarder. Tu râcles ta gorge, repositionnant ton visage face au ciel, fermant les yeux pour ne pas être aveuglé par le soleil.


lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Avr - 13:04
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je lève les yeux vers le ciel, les hommes et leurs principes c’est tout une histoire. C’est nous les filles qui perdons la manche de volley donc nous tenons à tenir notre engagement de ramener à boire et lorsque nous le faisons certains jouent les compliqués comme si payer un verre revenait à leur arracher leur fierté d’être des hommes...  Du grand n’importe quoi, mais comme je ne le connais pas j’ai pas envie de jouer les rabat-joie. Je laisserai cette bataille, ce grand débat à une plus grande féministe que moi. Une fille qui aura du temps à perdre pour lui faire comprendre que les femmes peuvent payer aux hommes, ce n’est pas une honte. Je me mordille la lèvre inférieur en regardant l’écume des vagues qui se forment en arrivant sur le bord de mer. Je fais ça en silence, simplement assise à côté d’un quasi inconnu volant la place à une demoiselle qui rêverait surement d’être à ses côtés pour lui parler, faire sa connaissance et tenter une approche mais moi non. Je suis bien plus ébahi par le paysage que par mon voisin. La mer me fascine, c’est beau, c’est magnifique même. A Londres il n’y avait pas ce genre de décor. Là-bas, la vie est monotone, polluée par la grisaille. Les plages ne sont pas faites de sable blanc et le ciel n’est jamais réellement bleu. Cela fait maintenant deux ans que je suis en Amérique et je reste toujours aussi bête, toujours excitée comme une gamine lorsque je vais sur une plage que je ne connais pas. Deux ans que j’ai quitté ma patrie, pourtant c’est ici sous le drapeau constitué des cinquante étoiles et des treize liserée rouge et blanc que je me sens le mieux. Je sais que je ne retournerai jamais vivre au pays de la reine. Je ne serais peut-être plus à New York non plus, mais je serais dans les parages.

Voix enrouée, un peu rock de se mettre tout à coup à parler pendant ce silence parfait. Je tourne la tête, attentive par ce qu’il va dire. Wesley vient alors demander qu’est-ce que je fais ici toute seule en commençant cette phrase par le fait que je sois une jolie fille. Je souris à pleine dent et baisse la tête un instant, regardant mes mains caresser le sable doré. Homme dragueur, garçon qui n’a pas peur de dire tout haut qu’il trouve une fille jolie. Ou peut-être le dit-il comme ça, sans arrière-pensée en tout cas c’est drôle, puis ça fait toujours plaisir d’entendre quelqu’un insinuer que vous êtes jolie. Je tourne la tête vers lui, essayant de capter son regard mais je ne peux pas, empêcher par ses lunettes de soleil je ne sais si il me regarde ou non, mais en tout cas sa tête et tourné vers moi. « Qui a dit que j’étais toute seule … ? » Laissé-je sous-entendre, ce qui était vrai en somme. Je n’étais pas seule, j’étais même plutôt bien accompagné par un joli trio de fille dont la propriétaire de la maison où se passait la semaine de débauche. « Je suis venue avec mes meilleures amies, c’est l’une d’elle qui a organisé le Spring Break et toi es-tu au moins étudiant à Columbia ? » Dis-je en le regardant de haut en bas, je n’arrivais pas à lui donner un âge. Je savais bien que des gens plus vieux, des gens qui n’étudiaient même pas, ou plus à New-York c’était infiltré dans la masse. Moi la première, je n’étudiais pas donc ce n’est pas moi qui allait faire la morale ou juger si certains étaient juste là pour faire la fête.

Derrière nous, j’entends une fille parler, l’appeler lui. J’entends qu’elle répète son prénom pour attirer son attention. Alors je tourne la tête pour la regarder. Une demoiselle de mon équipe, une jolie fille aux cheveux d’un brun éclatant, cheveux ondulés, une taille de guêpe et une bouche pulpeuse. Cette fille est parfaite. Je lui souris à cette fille, amicalement et je retourne mon attention sur le blond à mes côtés qui lui reste un instant bloqué sur elle. Je me mords l’intérieur de la joue pour ne pas laisser échapper un rire. « Oui moi aussi je la dévorerais du regard si j’étais un homme ! » Je bois une gorgée de ma boisson fraiche, en le regardant en coin et c’est à ce moment-là qu’il tourne la tête vers moi je maintien un sourire sur le côté, oui monsieur je t’ai cramé en pleine contemplation mais qui n’aurait pas fait comme lui ? Elle est magnifique.

Il s’allonge de son long sur le sable et ça position confortable me donne envie de faire la même, mais contrairement à lui je me retourne et me met sur le ventre, le dos vers le soleil les jambes en l’air. Je m’amuse à dessiner des cœurs sur le sable ainsi que des nuages, je reste concentré je ne vrille pas mon regard bien que je sente le sien posé sur moi. Même lorsqu’il me demande de lui parler de moi je ne tourne pas la tête je continue d’écrire ce qui me passe par la tête sur le sable chaud, effaçant d’un coup de main le tout lorsque l’envie me prend. « Hum…. Disons que tour à tour, on a le droit qu’à une seule question et on doit être sincère ok ? Que veux-tu savoir Wesley ? » Je tourne enfin le visage vers lui et nous nous détaillons. Du moins, moi c’est ce que je fais. Je regarde ses yeux en amande, puis je passe mes prunelles sur son nez droit, fin et pour finir sur ses lèvres pulpeuses. Tout à coup troublée, je lâchais la première le regard regardant le reste du groupe riant ensemble alors que nous, nous étions à l’écart. Lorsque je tournais de nouveau la tête vers lui il avait stoppé de me regarder, il avait les yeux clos, le visage vers le ciel et ses cheveux d’un blond bien plus platine que les miens bougeait au grès du léger mistral. Finalement, c’est moi qui allait commencer le jeu des questions, tout à coup intéressé, intrigué je lui demandais. « T’as un accent que j’arrive pas à reconnaitre, t’es américain ? »


lumos maxima



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Avr - 22:51
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Assieds là au soleil, accompagné de Sidney, profitant de la chaleur du soleil et de la douceur du vent sur ta peau. Tu demandes à la jeune femme, comment une jolie fille peut être seule au spring break. Sa réponse est logique, comment tu peux savoir si elle était seule ou pas, mh?  Tu apprends par le fait même, que l’hôtesse de la fête de la semaine, est sa meilleure amie. « M’non, j’étudie pas. J’ai eu vent du spring break et j’suis venu. » Une voix féminine derrière ton dos, te fais pivoter la tête. Une jeune femme, vraiment canon qui t’interpelle et tu viens à te demander, comment elle connait ton nom? Tu la fixe quelques minutes, la détaillant du regard. Tu mords ta joue intérieure, lorsque Sidney te dit, qu’elle aussi la dévorerait des yeux, si elle était un mec. Tu rigole, avant de t’allonger sur le sable. Tu lui demande de te parler d’elle.

Tu souris devant sa proposition, tu hausses les épaules, ce pourrait être plaisant de se poser une question mutuelle et de répondre la stricte vérité! « Pourquoi pas! » Tu retires tes lunettes fumées, regardant à nouveau la demoiselle. Encore un nouveau deux secondes en suspens, avant qu’elle détourne le regard. Tu pivote donc le menton vers le ciel, les yeux clos. L’une de tes mains caresse le sable chaud et doux, tandis que ton autre bras est au-dessus de ta tête. Tu n’as pas tellement de question particulière et tu préfères la laisser débuter.

« Québécois, fin Canadien si tu préfères. Elle vient probablement de là, mon accent…» Tu lui jette un regard de côté, un rictus amusé se dessine sur tes lèvres, alors que tu passes ta langue sur celles-ci pour les humidifier légèrement. « Toi, ton accent n’est pas américain, mais bien anglais. Tu viens de l’Angleterre, mh? » Une chose que tu as apprise, aux États-Unis, c’est les différents accents. Mais celui de la jeune femme, s’entendait clairement et nul doute qu’il était anglais. Bon, après tu pouvais te tromper, mais tu étais bien trop sûr de toi. Tu passes une main dans tes cheveux, avant de la regarder à nouveau.

Tes yeux se baladèrent entre ses cheveux, ses épaules dorés, son dos couvert d’un peu de sable. Bien sûr tu passas un regard sur ses hanches, avant de les remonter vers ses fesses. Oh, mec? Tour de contrôle à Major Tom ! Tu détournes rapidement le regard, racles ta gorge pour regarder le visage de Sidney. Presque indéchiffrable, cette femme dégageait une assurance qui te faisais perdre un peu la tienne et tu ne savais comment réagir. Généralement, tu faisais perdre les moyens des filles et non l’inverse. Alors que là, pas que tu perdais tes moyens, non aucunement. Mais disons, que tes charmes ne semblaient pas opérés comme d’habitude ou du moins…pas aussi vite, hein! Tu te relèves pour t’appuyer sur les bras, derrière toi et tu prends une gorgée du verre que ta apportée la belle. Quelques secondes, tes pensées divaguent vers tes parents, le Québec, ton ancienne vie. Est-ce qu’ils te manquent? Non pas du tout. C’est égoïste pas vrai? Mais tu t’en fiche, ils n’ont jamais été présents, alors à quoi bon s’ennuyer d’eux? Ta sœur, par contre, elle te manque et c’est terrible, parfois. Mais comme elle est bien et souhaites devenir comme tes parents, c’est-à-dire carriériste acharnée, tu ne la vois plus. Toi tu as toujours été le mouton noir de ta famille et ta sœur a préférée se rangée du côté parental et rester dans sa petite vie monotone, alors que sa passion c’est la photo et qu’elle pourrait vivre sa passion aux USA.

Ton attention se porte sur les dessins que fait Sidney, sur le sable. Des cœurs, typiquement féminin, des nuages aussi. Hm? Si tu n’en sais pas beaucoup sur elle, en revanche ses dessins t’en disent beaucoup. Ayant toi-même une passion pour le dessin, tu as appris qu’ils sont les reflets de l’âme, une parcelle de ton cœur que tu couches sur papier. Ou sur le sable, pour sa part à elle. Lorsqu’un nuage passe devant le soleil, vous en perdez les rayons, en est-il pareil pour les cœurs?  Elle efface le sable, avant de refaire un cœur et un nuage et tu viens faire un soleil pour égayer, juste un peu, son dessin. Un sourire gamin te colle aux lèvres.


lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Avr - 13:27
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Hochement simple de la tête, comme je m’en doutais bien. Wesley n’était pas, ou certainement plus étudiant. Je ne sais pas comment ni pourquoi mais je l’avais pressentie que le garçon au cheveux blond n’était plus un habitué des heures en amphithéâtre, des nuits passées à gratter le papier de son écriture pour rendre le lendemain matin ce même devoir. Peut-être car je le voyais un peu plus vieux que moi ? Certainement, mais alors il ne devait pas être beaucoup plus âgé car il se mêlait parfaitement aux restes des étudiants physiquement. Après, l’âge ne faisais pas tout, j’étais surement plus jeune que lui et pourtant comme lui je participais à la fête sans avoir connu récemment le stress des partiels, la boule au ventre de me demander si cette année je passerai par la case rattrapage ou non. Et souvent, dans le cas échéant qui était celui d’aller en rattrapage, un cas que j’avais mainte foi connue : Je pleurnichais quasi tous les soirs de révisions intense en pensant indéniablement que j’avais passé beaucoup trop de temps à faire la fête et pas assez à réviser tout au long de l’année et que je ne pouvais n’en vouloir qu’à moi-même. J’avais connu ce sentiment bien trop de foi mais pourtant pas cette année. J’étais juste là, en tant que fausse étudiante. Me mêlant à la foule de jeune venue relativiser, s’amuser alors que depuis novembre je n’avais rien foutu puisque je n’avais pas pu rejoindre les rangs de Columbia. Du coup, je ne sais pourquoi, mais j’étais bien contente d’avoir la chance de parler avec quelqu’un qui n’était pas étudiant comme moi. Je me sentais vachement moins seule, moins bête. Je pensais être la seule qui n’avait pas sa place dans les parages. Le nuage gris, le mirage qui reflétait l’imbécilité face aux intellectuels. Ils étaient tous dans l’une des écoles les plus réputés des Etats-Unis, des études prestigieuses au côté de Tempie et moi, je m’étais faite recalée à la faculté publique de New York à cause de mes antécédents Londoniens tel que la case prison pendant 6 mois, à cause de mes résultats scolaire dit « trop léger » pour intégrer une tel université. J’avais vraiment eu du mal à digérer cet échec, mais je me dis que dans la vie il y a bien pire que de ne pas avoir mon bachelor.

Le jeu des questions maintenant lancées, ma première question posée me voilà à le regarder, attendant sa réponse presque avec impatience. Un sourire se dessinant sur mes lèvres lorsqu’il se met à me regarder en coin presque fière que j’ai remarqué qu’il avait ce petit truc dans sa façon de parler, ce petit truc en plus que les américains natifs n’ont pas. C’est mignon, attendrissant les accents, enfin. Je pense ça pour ceux des autres, car je ne trouve vraiment pas l’accent anglais mignon ou attendrissant. Bien au contraire, je trouve ça snob, un peu dur mais je me dis que ça reste un héritage, une empreinte en moi de qui je suis et d’où je viens. « Oh cool ! Maintenant je peux dire que je connais cet accent ! » Dis-je en lui souriant. Le Canada…. Ça me rappel la proposition d’Allen, me demandant de le suivre là-bas un an et demi auparavant, proposition que j’avais décliné pour rester à San Francisco avec mes meilleures amies. Relation que j’avais détruite de mon plein gré. « Y’a un an et demi on m’a proposé d’aller vivre au Canada mais j’étais pas tellement attiré par la ville, à l’époque je vivais depuis pas longtemps à San Francisco du coup j’ai préféré rester là-bas. » J’arrête de parler, j’arrête de me livrer. Je ne dis que le strict minimum et je me mordille la lèvre à mon tour lorsqu’il me demande si je suis bien anglaise, lui par contre n’a aucun souci pour capter les accents. « C’est ça, je suis Anglaise je suis ici depuis pas très longtemps. » Deux ans à peine, deux petites années et pourtant tant de changement dans ma vie. Quand j’y pense sérieusement je trouve ça surréaliste ô combien j’ai changé, ô combien mes rencontres ici m’ont fait grandir, prendre en maturité. Les démons qui me hantaient avait foutu le camp, j’étais depuis peu libéré.

Mes doigts continuent de dessiner sur le sable fin, après avoir fait des cœurs et des nuages j’écris mon prénom, puis je le barre. Je fais tout ça en réfléchissant car c’est de nouveau mon tour pour poser une question. Il y a tellement de chose à savoir autant de chose futile qu’intéressante que je ne sais par où commencer. Je tourne la tête vers lui, lorsque je le vois s’immiscer dans mon dessin pour y faire un grand soleil au-dessus de mes nuages, au-dessus de mon prénom barré. « Pour voir le soleil il faudrait que le vent balaie les nuages… » Je fais alors des arabesques sur le sable qui ont comme représentation le vent. Je ris avant de balayer de nouveau le sable et écrire de ma plus belle écriture son prénom. Ne sachant quoi lui demander, je commence doucement mais surement par une question basique. « Tu fais quoi dans la vie puisque tu n’es pas étudiant ? » Le soleil me fait plisser des yeux, j’ai du mal à les entrouvrir du coup tout naturellement et mon côté taquin même sans connaitre énormément le garçon à ma gauche je me permets de lui prendre ses lunettes de soleil et me les mettre sur le nez en riant. « J’étais en train de m’aveugler … Il fallait bien que je trouve une solution ! » Je lui tire la langue et détourne mon attention sur les rires et cris que j’entends plus loin. Bien, des filles se font attraper et jeter à l’eau. Je grimace en pensant à la fraicheur de l’eau en ce mois d’avril…. Merci mais non merci le bain forcé j’attrape mon verre et en boit une gorgée.

lumos maxima



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Avr - 20:06
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La jeune femme semble heureuse de maintenant connaître l’accent Canadien et tu rigoles. Tu apprends par le fait même, qu’elle s’est vue proposée d’aller y vivre, mais qu’elle a préféré rester aux États-Unis. Tu la comprends, totalement. Pas que tu n’aimes pas ton Canada, au contraire, tu es fier d’être canadien-français. Mais, si le sang qui coule dans t’es veine est du sirop d’érable, ton cœur lui, appartient maintenant aux 50 étoiles du drapeau Américain. Bien sûr, la neige, les collines, la planche à neige et tous ce qui fait du Canada, le Canada, te manques. Tu y retourneras probablement en vacances, pourquoi pas? Mais pour le moment, dans tes plans, retourner y vivre, n’y figure pas. Tu apprécies NYC, Central Park à noël, la vitesse à laquelle cette ville vie. Et bien malgré que tu vives dans le Queens, tu aimes ton quartier. Tu aimes ta terre d’accueil, tu aimes ce que tu es devenus ici. Même si, tu n’es pas un grand danseur professionnel et que les seules fois où tu danses c’est, dans ton club ou dans la rue, tu n’abandonnes pas ton rêve de devenir le danseur d’une célébrité et partir en tournée. Tu sais que parfois, les rêves sont longs avant de se réaliser et tu continues d’y croire.

Comme tu l’avais deviné, la belle est Anglaise. Elle aussi a troqué son pays natal, contre la terre accueillante qu’est les États-Unis, mais depuis bien moins longtemps que toi, par contre. Disons-le, si ce n’était pas de son accent, elle a tout l’air d’une Américaine. Quoique, elle a se petit quelque chose qu’ont les Anglais, le petit mystère qu’on ne peut découvrir tout seul. Elle inscrit son prénom sur le sable et tu ne peux t’empêcher de la trouver mignonne. Cette jeune anglaise, blonde et charmante comme tout, qui dessine telle une gamine, te conquis. Parce que toi, les gens qui n’ont pas une parcelle d’enfance dans leurs cœurs, t’énerves réellement. Toi, l’éternel gamin. Toi, petit Peter Pan qui ne veut pas grandir et qui cherchera toujours son Neverland. Tu as besoin de t’éclater, de déconner. Tu as peur de devenir adulte, même à 25 ans et c’est bien pour ça, qu’il y a 9 ans, tu es partit sans regarder derrière toi. Tu t’immisces dans son dessin, venant faire un soleil et elle te dit qu’il faut que le vent balaye les nuages, pour voir ton soleil. Elle entreprend de créer le vent de ses doigts sur le sable et tu souris. Son rire parvient à tes oreilles, un très beau rire, féminin, agréable à entendre. Toi qui aimes faire rire les gens, tu aimes le son d’un rire sincère et on va se le dire, y’a rien de plus beau que le rire sincère, d’une femme.

« Barman dans un stripclub. Ouais, ça peut paraitre étrange, mais en fait…J’suis arrivé aux États, il y a 9 ans, avec le rêve de devenir danseur professionnel, t’vois? » Elle te regarde, prends tes lunettes soleil pour se les mettre sur le nez. Elle te tire la langue et tu fais comme si tu voulais l’attraper. Tu lui souris, c’est qu’ils vont mieux à elle, qu’à toi, hein! Tu places une mèche de ses cheveux volatile, derrière son oreille avant de te racler la gorge pour continuer « Bref, j’ai commencé à danser, oui oui…mâle stripper! Mais à la longue, ça m’a saoulé. Mais j’étais déjà bien inclus dans le staff, alors j’ai eu le poste de Barman. À l’occasion je danse, pour le plaisir, mais mon principal boulot c’est servir. » Tu as un sourire accroché aux lèvres, tu savais bien que les soirs où tu dansais, les femmes devenaient incontrôlables. Tu ne te vantes pas là, loin de là. Tu constates par contre, que tu es très apprécié à ton job autant par les collègues, que par les clientes.

Les gars, avec qui tu as joué au volleyball, s’amusent à jeter les filles de l’équipe adverses, à l’eau. Bizarrement, tu ne les envies pas. Tu es bien là, en retrait avec Sidney, loin des cris et des batailles de drague. Ah, parce que les mecs draguent les femmes, en les jetant en l’eau. Ça vous permet de les prendre dans vos bras et elles, de s’accrocher à vous. Ça crée de la proximité entre vos corps et bon, fin vous savez que ça plait aux femmes, quoi! Tu ancre tes iris dans ceux de la belle, tu passes une main dans tes cheveux, fichue manie! « Et toi, mh? Dans la vie, outre être jolie, tu fais quoi? » Toujours souriant, tu ne peux t’empêcher de lui faire des compliments. Tu es comme ça et malgré qu’elle ne semble pas être facile à obtenir, tu continues de lui faire du charme. On pourrait croire que c’est une vocation chez toi, tu es autant charmeur, que Myc’ est un fils de pute. Mais tu l’aimes ton meilleur ami/fils de pute.

Et là, une envie te prend de te jeter à l’eau. Dans le vrai sens du terme, hein! Mais pas seul, non, tu as véritablement envie de l’amener avec toi. De l’entendre rire et crier, de te supplier de ne pas la jeter à l’eau. Tu te lèves, t’étires lentement, la belle toujours étendu sur le ventre et comme si tu avais toujours fait ça, tu la soulève de terre pour la déposer sur ton épaule. Elle te martèle gentiment de ses poings, dans ton dos et tu marches tranquillement. Elle est légère comme une plume, pour toi et c’est sans difficulté que tu entres dans l’eau. Les pieds, puis les genoux alors que Sidney te demande de la déposer. Tu t’arrêtes, rigoles un peu et tu te dis que l’eau est très froide pour elle. Enfin, toi tu en as l’habitude, venant d’un pays froid, mais elle…tu n’en savais rien et tu ne voulais pas risquer de la mettre en colère. Mais ton côté gamin prit le dessus et tu lui dis « Je te lâche à la condition que tu me donnes une seule bonne raison, de ne pas t’amener avec moi dans l’eau…» Tu avances de nouveau, lentement, tenant ses jambes fermement, de ton bras.


lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Avr - 23:30
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comme des enfants chacun rajoute sa touche sur le sable, si à la base mon bordel n’était composé que de cœur et de nuage maintenant on pouvait y voir le vent, le soleil, des vagues et même un palmier. Et à l’opposé de mon prénom, j’avais écrit celui de mon voisin n’étant pas tellement sûr de l’avoir bien orthographié il n’avait pourtant pas cillé alors je prenais ça pour un acquis, je n’avais pas fait de boulette ce qui était un miracle de ma part. Je me relevais un instant pour voir l’ampleur de notre œuvre. Ce n’était pas un Picasso ni un Van Gogh mais c’était mignon, c’était enfantin alors, je m’étais mise à rire de bon cœur ne pensant pas qu’on mettrait tant de cœur à l’ouvrage sur le sable. Heureusement nous n’avions ni feuille ni crayon sinon nous y serions encore, se disputant le jaune pour le soleil et se demandant si il était préférable de ne rien ajouter ou bien de faire une maison au toit triangulaire comme nous le faisions lorsque nous avions cinq ans. Je détournais mon regard du sable vers Wesley et lui aussi souriait, mes yeux s’ancrant dans les siens, mes prunelles détaillant la couleur ocre mélangé au marron claire. Des yeux brillant, étincelant. Un regard charmeur, un regard rieur. Ses yeux ne laissaient pas de marbre et ça devait se ressentir, à chaque fois qu’on avait l’occasion de se fixer, nous le faisions laissant les secondes filaient, laissant les secondes s’éterniser.

Il essaie d’attraper ses lunettes de soleil et je recule la tête ne lui laissant pas la chance de les attraper, ni même d'y toucher. « Y’a rien d’étrange dans le fait de travailler dans un club de strip … Tant que c’est un club propre, que c’est professionnel … » J’hausse les épaules, n’ayant rien à redire sur ceci. Pas tout le monde avait la chance de débarquer dans un nouveau pays et avoir la chance de travailler dans un endroit que la société dirait « respectable » tout revenait en son honneur d’avoir réussi à prendre sa vie en main tout seul en venant vivre ici. Histoire de ne pas rester bloqué sur le fait qu’il ait été striper bien que ça devait être beau à voir et que je préfère pas imaginer car mes yeux en diraient long, je me focalise sur le reste de sa phrase alors que lui, de façon inattendue vient replacer une mèche de mes longs cheveux derrière mon oreille. Je m’empresse alors de dire. « Danseur professionnel c’est beau comme métier ça, c’est quoi ton style de danse ? » Ses lunettes de soleil sur le nez, je suis attentive à ce qu’il me raconte laissant glisser mes yeux discrètement de son visage en général à plus particulièrement ses lèvres charnues qui se mouvent en me racontant ce qu’il fait dans la vie. Les lunettes de soleil c’est vraiment génial, on peut regarder ce qu’on veut en toute discrétion sans se faire griller. C’est utile et joli. Toujours joindre l’utile à l’agréable, c’est une bonne devise dans la vie ça. Mais, mes yeux ne sont pas la seule chose occupé, mes oreilles sont aussi à l’œuvre j’écoute tout, je laisse chaque détail s’incruster dans ma mémoire. Je ne rate rien de ce qu’il me raconte et je l’imagine même à l’œuvre. Lui derrière le comptoir, le Barman que toutes les filles trouveraient mignon à faire voltiger des bouteilles et servir des cocktails. « Ok monsieur le Barman, tu me diras alors l’adresse d’où tu bosses histoire d’avoir des verres gratuits …. » Dis-je en rigolant, c’était de l’humour bien évidemment mais il était clair que si il me servait gratuitement je ne dirai pas non. Je préférais me faire amie avec le barman plutôt que de draguer des garçons à la pelle pour qu’ils me paient des verres comme je le faisais d’antan. Intérieurement, je joignais cette pensée à un signe de la croix au respect de tous ces garçons que j’avais charmé, laisser me payer des verres et plus jamais calculer une foi que le verre était fini…. J’avais appris à jouer de mes charmes dans les bars au grand désespoir de la gente masculine. « Si je viens, promis je laisse du pourboire enfin …. Que si le serveur est bon ! »

Nouveau roulement des yeux vers le ciel. Bellâtre ne peut être qu’un beau parleur. Sa bouche susurrant une nouvelle fois que je suis jolie. « Arrête de dire que je suis jolie je vais finir par y croire… » Je relève les lunettes de soleil et les mets sur le dessus de ma tête en réfléchissant à quoi lui répondre. Et moi ? Qu’est-ce que je fais dans la vie hein … ? Cette question me laisse quelques secondes pantoises. Dois-je mentir et jouer les étudiantes ? Dire que je travaille actuellement alors que c’est faux ? Pourquoi ai-je ce sentiment de honte dans les entrailles. Je sais qu’actuellement je ne sers strictement à rien. Je m’en mordille la lèvre mais le jeu le veut, je ne dois pas mentir. « Huum… A la base, je suis étudiante en littérature française et j’avais commencé cette année une licence en journalisme à San Francisco mais ça ne s’est pas passé comme prévue à mon arrivé à New York. Columbia n’a pas spécialement aimé mon dossier du coup je fais rien enfin, je suis parti en road trip quatre mois et je viens de revenir pour de bon là ! » Il ne me restait plus qu’à trouver du travail à New York, le temps que je me décide à savoir quoi faire entre reprendre mes études en septembre prochain ou bien simplement continuer à travailler. Je suis tellement perdue dans mes pensées lointaines entre ma propre réflexion sur mon avenir et quoi lui poser comme nouvelle question que j’ai à peine remarqué qu’il s’était levé. En fait, c’est complètement sous le choc, l’étonnement le plus total que je me retrouve sur son épaule comme un digne sac de pomme de terre. Minuscule lapse de temps avant que je comprenne ce qu’il se passe réellement. Il veut me jeter à l’eau comme les autres garçons le font avec les filles. Les bras le long de son dos je le martèle de petit coup et gigotte les jambes en sachant pertinemment que ça ne changera rien à mon sort, je suis destiné à finir à l’eau c’est la fatalité. Arrivant dans l’eau toujours en train de lui hurler dessus pour qu’il me lâche l’éclaboussure de ses pas me revient sur les jambes et le visage par petites gouttes et je frisonne d’avance. Il me demande de trouver une seule et unique bonne raison pour qu’il ne me jette pas, mais je suis une sauvageonne. Je ne réfléchis guère je pince même doucement sa hanche. « Me jette pas !!! Je vais faire une hydrocution, je vais mourir !! » Je hurle à l’aide en rigolant, car il avance encore dans l’eau et que ma raison n’a pas l’air suffisante. « Jamais de la vie je te dirais que je ferais ce que tu veux, si c’est ça que tu attends alors tu peux me jeter ! » Mauvaise graine ne veut pas de trêve, mauvaise graine ne veux jamais se soumettre. Je m’agrippe fort à lui, si il veut me lâcher, il tombera avec moi à l’eau qu’il le veuille ou non.

lumos maxima



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Avr - 4:33
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Professionnel et propre? Mais certainement, tu ne pourrais travailler dans un endroit dégoutant! Au fond, tu ne dis rien, riant plutôt de bon cœur. «Hip-hop, t’croyais quoi? Le ballet?» Que tu dis en riant, te plaçant comme une ballerine le ferais. Définitivement, tu ne serais pas gracieuse comme ballerine, hein! Et puis, tu n’as pas la tête d’un danseur de claquette non plus, fin tu crois? Non toi c’est la danse sur de la musique comme, *usher*, ou Sean paul, Pitbull, David guetta et même *skrillex*. Tu as ça dans le sang, t’entends ce genre de beat et du coup, tu as juste une envie et c’est de danser. C’est plus fort que toi, tu aimes tellement danser, tu ne pourrais vivre sans ça.

«Si j’te dis où je travaille…je devrai te tuer ensuite.» Tu t’esclaffes, pas que tu ne veux pas lui dire, mais en fait tu préfères attendre. Elle devra te le redemander tôt ou tard, si elle veut réellement venir à ton club. Et puis, tu aimerais bien qu’elle vienne, ce qui voudrait dire que tu la reverrais, forcément. «J’ai entendu dire que le barman, c’est le meilleur en ville!» Tu hausses les épaules, comme si tu parlais de quelqu’un d’autre que toi, avant de sourire à nouveau et de poser ta question à la belle. La complimenta au passage, sa réponse te fais froncer les sourcils «Non, n’me dit pas que tu ne vois pas ta beauté dans un miroir…j’te croirai pas!» Mais enfin, il y a des meufs, elles sont moches, elles croient qu’elles sont belles et il y a des nanas canons, même si elles étaient élues Miss América, elles ne te croiraient pas. C’est vraiment à ne rien comprendre!

Tu écoutes Sidney te dire qu’elle n’est pas étudiante, qu’elle l’était mais que bon, son dossier fait en sorte qu’elle n’a pas pu entrer à Columbia. Tu gardes cette info pour une future question, alors que l’envie de sauter dans l’eau te prend. La belle blonde sur ton épaule, tu entres tranquillement dans l’eau, alors qu’elle te martèle et cris de la lâcher, mais tu n’écoutes pas. Allant, même jusqu’à lui mettre une condition pour la lâcher. Tu rigoles fort en entendant l'excuse de l’hydrocution, alors qu’au fond tu sais que ce n’est pas vrai. Autrement, elle n’aurait pas cette envie de rire, hein! Mais, elle est coriace cette nana. Refusant catégoriquement de plier à ta condition. Tu continues d’avancer, tu as de l’eau à la taille «Toujours pas de meilleures excuses? Tant pis, ma jolie!» tu as cette voix de gamin amusé, alors que l’eau touche les pieds de Sidney. Un petit cries strident, alors que tu avances toujours «Et maintenant? Toujours pas? Mh, j’vois!» Tu prends la blonde par la taille pour la jetter à l’eau, mais plus vite que toi, elle s’accroche à ton cou, t'entraînant avec elle. Vous êtes profond, au point où tu ne touches plus le sol et la blonde lâche ton cou. Dans un élan de panique, tu attrapes l’une de ses mains pour remonter à la surface. Tu ne voulais pas perdre son contact dans une mer aussi vaste, tu ne voulais pas qu’elle se noie quand même, eh! Regardant la rive, vous n’étiez pas loin, mais pas près non plus et tu ne comprends pas comment vous avez pu vous rendre si loin. Fin, quelques mètres, mais tout de même!

Toujours la main de Sidney dans la tienne, tu rigoles avant de te tourner dos à elle, pour porter ses mains à ton cou et ainsi vous ramenez sur la terre ferme. Tu nages quelques secondes, sentant le sable sous tes pieds, tu avances vers votre place initiale. La jeune femme sur ton dos, tu reviens t’asseoir rigolant de bon cœur «Elle était froide, dis donc!» L’eau hein, pas Sidney! Tu vois la belle grelotter de froid et ce serait mentir, que de dire que tu ne t’en veux pas un peu. Tu ne sais pas si elle a une serviette ou même des vêtements sous la main et tu repenses que tu as au moins un t-shirt à lui prêter. Tu te lèves «Bouge pas, je vais me faire pardonner, j’reviens! » et tu fais un petit jogging jusqu’à la chaise longue où est posé, ton t-shirt et ta casquette, que tu prends avant de revenir en joggant, jusqu’à Sid’. Tu lui tends ton chandail, certes trop grand pour elle, mais au moins, il évitera qu’elle ait froid trop longtemps. Tu secoues tes cheveux, pour venir y déposer ta casquette et tu reprends tes lunettes soleil, que la belle avait laissée tomber quelques minutes auparavant et tu les remets sur ton nez.

«Arrête de faire genre, met-le. Tu vas avoir moins froid, ensuite tu l’enlèvera, pas d’soucis.» Elle est têtue cette nana, elle veut te faire comprendre qu’elle est indépendante, tout ça. Mais au fond, tu t’en fiche et qu’elle soit comme elle voudra, elle n’a pas à te prouver quoi que ce soit. Et puis, ce n’est pas parce qu’elle porte ton t-shirt, qu’elle est dans ton lit ce soir, hein! T’aimerais bien que tes charmes fonctionnent et que tu puisses l’avoir sous toi cet nuit. Caresser sa peau dorée, embrasser chaque parcelle de son corps…Oh mec? Tu t’égares là! Ou en étions-nous...Ah oui!

Mais tu sais d’ores et déjà que c’est peine perdue. Elle ne semble pas comme ces autres filles sans cervelles, qui pour tes beaux yeux sont dans ton lit, avant que tu n’aies eu le temps de dire *swag*. Non, elle semble être de cette catégorie de meuf qui ne serait jamais avec un mec comme toi, mais plutôt avec un mec plein aux as. Pas qu’elle semble être une femme à l’argent, mais disons qu’il faut entretenir ça, d’aussi jolies nanas! Et tu n’es pas le mec le plus riche de la planète. Tu vie bien, sans plus. Tu pourrais bien mentir, faire ton frais et dire que tu es riche comme crésus, mais tout ça pour l’avoir dans ton pieu? Na. Tu n’es définitivement pas comme ça et même si tu peux manipuler pour obtenir ce que tu veux, tu n’as jamais utilisé ce stratagème pour ramener des nanas. Pas besoin, tes charmes agissaient à ta place! Mais là c’est l’une des premières fois que tu rencontres une fille autant mystérieuse, qu’inaccessible et tu ne sais franchement pas comment réagir. Une seconde, elle sourit comme si ton charme fonctionnait et la seconde d’après, elle a l’air aucunement intéressée. Tu ne savais pas sur quel pied danser et c’était rare, dans ton cas.

Tu regardes la belle, ton t-shirt sur le dos et tu souris. C’était comme une mini victoire pour toi et tu dois avouer que sur elle, ton t-shirt à mille fois plus de valeur que sur toi! «Aller, à ton tour, pour le jeu!» Et tu te rallonge de ton long, sur le sable, te tournant sur le côté, la tête appuyer sur ton bras, pour observer derrière tes lunettes, la belle blonde.



lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Avr - 21:50
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je lui tenais tête, jusqu’au bout. Fidèle à moi-même, la tête bien trop brulée. Je préférais finir dans l’eau glacé plutôt que de lui promettre monts et merveilles. Plutôt que de jouer les filles faussement soumises, pas prête à se tremper. Je savais que j’allais finir à l’eau, que je le veuille ou non alors autant jouer la carte de la tête dure, de la grande joueuse. Je n’étais guère chochotte de toute façon. Bien au contraire, j’étais plutôt casse-cou comme fille n’ayant peur de pas grand-chose je me lançais souvent des défis, faisait les plus gros manèges à la fête foraine et était toujours cap de faire des conneries dès qu’on me le demandait. C’est d’ailleurs sur une histoire de cap ou pas cap qu’à Londres j’avais pour la première fois vendue de la drogue et quelques mois après je me faisais prendre à mon propre jeu, à mon propre piège. Sur le campus la police débarquait et j’allais faire un tour de quatre mois en prison pour ça : vente de produit illicite au sein d’un établissement scolaire. Bravo Sidney, jusqu’à la fin des temps tu paierais ton erreur, même deux ans et demi après pour t’inscrire dans une université cette mention sur ton dossier scolaire te pénalisait. Pas le temps de penser une seconde de plus au passé. Le blond avait pris sa décision. Ni une, ni deux, nous retrouvions tous les deux dans l’eau d’une clarté magnifique, la vague nous emportant un peu plus au large. Je ferme les yeux fortement le temps de m’habituer à la fraicheur de la mer, je me raidis même les premières secondes. C’est horrible comme sensation d’être projeté dans de l’eau si froide quand ton corps est encore brulant par les rayons du soleil… J’essaie de me remonter à la surface bâtant des pieds et des mains le plus rapidement possible. Mais Wesley attrape mon bras et me remonte avec lui. Dès lors que nous avons les têtes sorties de l’eau je tape son bras de ma main. « Je te déteste Wesley !! » Dis-je en claquant des dents mais en riant en même temps car malgré tout c’était vraiment drôle et qu’en plus ses cheveux sont collés à son visage autant que mes cheveux aux miens. « Recoiffe toi t’es pas beau comme ça ! » Je lui tire la langue et secoue mes cheveux pour les décoller et ainsi les remettre en arrière. Si lui n’est pas beau alors à quoi dois-je ressembler ? Un calamar des mers périmé ? Heureusement que c’était de la taquinerie, même là en sortant la tête de l’eau il restait mignon

Les bras autour de sa nuque et les jambes autours de sa taille, nous sortons de l’eau sous les regards interrogateurs des autres étudiants qui sont déjà revenue sur le sable après avoir eux aussi terminé à l’eau. Je regarde les filles et certaines me souris, d’autres froncent les sourcils. Bien évidemment il y a des filles qui s’en foutent et des filles qui ne sont guère heureuse de voir celui qu’elles avaient élue comme le plus beau garçon de l’équipe se retrouver trempé avec une fille collée à son dos. Je tourne le regard, n’étant pas très à l’aise tout à coup avec ça. Tout le monde sait que les réputations ainsi que les rumeurs vont toujours trop vite, il en faut peu pour faire savoir des choses fausses, tout répéter et amplifié. « Je pouvais marcher Wes … » Dis-je timidement en penchant ma tête à son oreille pour qu’il puisse m’entendre mais il n’en a que faire. Il fait comme si je n’avais pas parlé et s’approche de l’endroit où nous étions posés avant d’aller dans l’eau. Me laissant glisser de son dos jusqu’à toucher le sable de mes pieds ou je décide de m’assoir en tailleur. Il vient à son tour prendre place à mes côtés. Je le regarde en souriant, les bras croisés essayant de me réchauffer du mieux que je puisse. « Ouais tu l’as dit qu’elle était froide … Et c’est de TA faute si j’ai dû ressentir ce froid ! » Je papillonne des yeux en insistant un maximum sur le fait que ça soit sa faute, un sourire hypocrite sur les lèvres que je fais rapidement disparaitre en riant de bon cœur. Il se lève subitement et me dit qu’il doit se faire pardonner, je ne comprends pas je fronce les sourcils et le voit partir en trottinant jusqu’à une chaise longue ou il récupère une casquette un tee-shirt avant de revenir en très peu de temps. Il me met entre les mains son chandail, m’intimant de le mettre si j’ai trop froid et bien évidemment, la tête de mule que je suis répond par la négation en premier lieu, lui disant que j’en ai pas besoin que je vais sécher vite et que je n’ai pas si froid que ça …. Menteuse, j’ai réellement froid et bien qu’elle soit la douce, la brise qui s’engouffre dans mes cheveux et caresse mes bras me fait hérisser l’échine. Il insiste et j’obtempère sans dire un mot de plus. J’enfile son tee-shirt bien trop grand, bien trop large pour moi m’arrivant à mi-cuisse. Je fronce les sourcils, faussement boudeuse, défaitiste. « C’est bon papa ? » Je le regarde mettre sa casquette et ses lunettes de soleil pour reprendre place à mes côtés, sur le sable chaud laissant le soleil tout doucement nous réchauffer.

Le silence gagne du terrain pendant un court instant, son visage est tourné vers le mien. Du coin de l’œil je l’observe. Je vois très bien son petit air satisfait, son rictus empli de fierté. Je ne fais pas de remarque dessus et il me demande de reprendre le jeu des questions j’hoche la tête. « On va compliquer quand même le jeu, là je vais te poser la troisième question mais… Plus le droit de poser la même question que l’autre, plus le droit au ‘’et toi ?’’ » Je lui fais un clin d’œil et tourne la tête réfléchissant quelques secondes me rappelant toutes les réponses aux questions précédentes. Il était donc aux Etats-Unis depuis maintenant neuf ans, il est barman mais son rêve c’est la danse je passe une main dans mes cheveux et tourne de nouveau le visage vers lui. « C’est à New-York que tu vis et travail ? » Discrètement, je glissais deux questions dans une seule. Force d’attraction étrange venant de ma part. Il était tellement rare que je sois curieuse, autant intrigué par un inconnu que vouloir savoir si il y avait possibilité qu’on se revoit même après le Spring Break me choqua et que je me senti obligé d’ajouter en souriant en coin. « Non pas que j’ai envie de te revoir hein … Ne te fait pas de film ! » J’enfonçais gentiment mon coude dans ses côtes en souriant. Il était évident que ce garçon autant plaisant qu’intéressant j’avais déjà envie de le revoir, aussi surprenant que ça puisse l’être venant de ma part.

lumos maxima



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wesley Toews
Admin - Scorpion
My diary : What's a King bed whitout a Queen?

Ils m'ont assez opprimé dès ma jeunesse, Mais ils ne m'ont pas vaincu.. -Psaume 129:2

RôlePlay en cours...
Mycroft+Jolene+Topic commun+Djalys+ Riley+Allen&Sidney
Rest in peace:
 





Mon surnom : Wes'
Mon âge : 25
Mon signe astrologique : La passion, le mystère et la sexualité d'un scorpion.
Dans la vie je suis : Barman à temps plein, danseur à temps partiel.
Catégorie Sociale : Je m'en sors plutôt bien.
J'aime les : Les lèvres pulpeuses, les courbes généreuses, les cheveux long. des femmes. Je les aimes de plusieurs façons, nues, surtout. Et le matin ou le soir, mais de préférence la nuit, sous moi, caressant leurs peaux satinées.
Sosie de : Justin Bieber
Double compte : Ryann la dévergondée
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Avr - 0:38
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Remontant la belle et toi à la surface, Sidney t’apprends qu’elle te déteste, te tapant le bras avant de rire. Elle te dit aussi que tu devrais te recoiffer, puisque l’eau à coller tes cheveux sur ton visage. Petite main rapide dans les cheveux, souriant. Tu vous ramènes sur la terre ferme, la jolie blonde sur ton dos alors qu’elle précise qu’elle peut marcher. Tu le sais hein, mais bon, tu aimais bien voir le regard des mecs qui, faut l’avouer, t’enviais d’être avec une aussi jolie nana. Tu avais bien entendu les mecs, parler d’elle, lors du match de Volley.  Elle s’assied et tu l’imites, mais te relève aussitôt que tu l’entends te dire qu’elle a froid, par ta faute. Tu pars chercher ton t-shirt et ta casquette, revenant vers la belle, lui donnant ton t-shirt. Dans un premier temps, elle refuse, mais tu insistes et elle obtempère te narguant d’un « c’est bon papa? ». Tu souriant, hochant la tête positivement, l’air satisfait.

Un léger silence s’installe et tu le brise, indiquant à la belle que c’est son tour, pour le jeu des questions. Elle décide de compliquer le tout, en interdisant les questions boomerangs. Tu passes ta langue sur tes lèvres, avant de sourire à Sidney « Oui, New-York, dans le Queens. » Quartier avec un haut taux de criminalité, mais comme tu as un belle appartement, bien situer et que tu n’as pas vraiment peur de grand-chose, le Queens est un bel endroit où vivre. « Oh…Alors, tu ne veux pas me revoir? » Tu souris de plus belle à Sidney, sentant qu’elle est -un peu- prise au piège. Tu attrapes son bras, dont le coude est planté dans tes côtes. Étant très chatouilleux, tu préfères ne pas avoir ses mains, coudes ou peu importe sur tes côtes. Tu arques un sourcil, toujours souriant. Dites donc, tu souris souvent aujourd’hui, Wesley!

Faut dire que depuis quelques mois, tu es plus malheureux, moins souriant. Tu as comme, besoin de nouveau, de te sentir vivant. À ton arrivé à New-York, il y a 9 ans, tu étais heureux. Tu découvrais la ville, l’Amérique, les femmes et la vie d’adulte. Et là, depuis quelques temps, tu ne sais plus ce que tu veux dans la vie. Tu es dans une période délicate et peut-être même, que tu es sur le point de te taper une dépression. Travailler 6 jours sur 7 de nuit, coucher avec des nanas qui sont soient folles, paranoïaques, collantes…Bref, qui savent bien que tu ne voudras plus d’elles au matin, mais tu restes le salaud de service. C’est éreintant un peu. Les gens te posent souvent la question « Comment ça va? » alors qu’ils se foutent totalement de la réponse. C’est devenu un automatisme chez l’être humain. Ils ne posent pas la question pour entendre que ça va mal, ils le font par habitude. Alors tu souris, disant que tu vas bien. Tu suis le troupeau, mais toi, Wesley, tu en a marre des gens qui se foutent de toi. Qui veulent que d’être avec toi pour ta beauté, pour les fêtes, pour tu ne sais pas quels autres foutues raison de merde. Mais là, tout de suite, tes yeux dans ceux de Sidney, tu sais qu’elle écoute réellement. Tu le sais parce qu’elle te répond, vraiment. Elle n’est pas comme les autres, ouais d’accord, qu’elle est l’air indifférente à toi, te laisses pantois, mais en même temps, tu en es presque soulagé. Pas qu’elle ne t’attire pas, loin, très loin de là. Mais en même temps, ces temps-ci tu as vraiment besoin de savoir, qu’outre pour ta beauté, quelqu’un s’intéresses vraiment à ta vie.

Tu cherches une nouvelle question, tandis que tu relèves tes lunettes sur ta tête. Tu plonges ton regard dans celui de la belle et c’est presque devenu une habitude, laissant plusieurs secondes s’écoulés. Il y avait dans son regard, quelque chose de captivant, d’accrocheur. Comme si tu y voyais son âme, son cœur. Comme si tu y voyais un reflet de toi-même que tu n’avais jamais vue, jusqu’à présent. Comme si tu n’étais pas un mytho, ni un consommateur de coke, ni un simple Barman. Comme si tu étais qu’un humain au fond et tu pourrais littéralement, fixer ses prunelles pendant des heures, sans détacher le regard du sien. Juste pour te sentir comme les autres.

Tu as toujours eu ce sentiment d’être à part. Autant dans ta famille que dans ton groupe d’amis et même maintenant, c’est la même. Tu as l’impression de n’être qu’un corps, déambulant dans la vie, répondant et bougeant au rythme du jour et de la nuit, sans réellement y participer. Probablement que tu en avais marre, Wes. Peut-être que ton 25e anniversaire à sonner une cloche en toi? Tu détache tes yeux de la belle, pour les planter dans l’horizon. Au fond, les femmes, la coke, la weed et toutes ces merdes que tu prends pour t’éclater sont que des effets placebo. Tu crois que tu ne fais ça que pour le trip, mais le matin, tu as une gueule de merde et tu te sens toujours aussi seul. C’n’est pas la joie, mais quand tu penses à ce que tu veux vraiment, tu n’en sais rien. Tu n’es pas du genre à vouloir une femme et des enfants et tu maudis intérieurement Riley, de t’avoir brisé à ce point. Certains hommes, ont une peine d’amour, ils s’en remettent et balec, ils se trouvent une autre nana à aimer. Mais toi, ton cœur ne fonctionne pas ainsi. Toi quand tu aimes, enfin la seule fois que tu as aimé, c’était vrai. Dans tes os, dans ton sang. Tu le ressentais vraiment et perdre cette fille, t’as détruit comme jamais. Une bombe t’aurait explosé au visage, que ça aurait fait moins de dégât. Alors, peut-être es-tu passé à côté de la femme de ta vie et tu n’en sauras jamais rien et tu t’en tape beaucoup. C’est l’une des raisons que les femmes, tu les balances au matin. Pour ne pas les connaître et ainsi, empêcher le fichu cupidon de te salir de sa flèche.

Mais bizarrement, avec Sid, tu es bien. Posé, comme si rien n’était obligé. Tu te laissais même, être toi-même un peu. Tu avais l’habitude de jouer le charmeur pour ramener les nanas, mais la tu n’en ressentais pas le besoin. Tu savais peut-être que c’était inutile avec elle. Peut-être que tu pressentais que tu ne l’aurais pas? Alors, tu te laissais guider par la tournure de votre jeu, t’ouvrant juste un peu à elle. Pas trop, juste assez pour qu’elle voit au-delà de ta carapace de tombeur. Pour qu’elle sente que tu n’es qu’un humain. Au fond, même si elle te fait attendre pour coucher avec toi, c’n’est peut-être pas si mal. Ça t’apprendra que tu n’as pas toujours ce que tu veux même avec une belle gueule, mais tu reposes ton regard sur elle et c’est plus fort que toi. Tu as besoin de la charmer, tu ne sais que faire ça, Wesley. Tu la fixe, souriant, tout à coup intimidé par son assurance « Est-c’que…mh…» Tu râcle ta gorge aussi sec que le désert du Sahara. Depuis quand t’es nerveux devant une nana, mec? Tu finis ton verre d’une traite « Tu accepterais de venir souper avec moi, dans un petit restau sympa?» Oui, c’était ta question. Ton tour de jouer et comme il faut dire la vérité, tu le sauras assez vite, si la jeune fille veut ou non. Et oui, tu espères qu’elle acceptera, ayant déjà oublier ce que tu pensais, quelques minutes plus tôt.



lumos maxima


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
           I'm the one
            « Qui commence à aimer, commence à souffrir. »
Coupable, de boire les larmes des femmes pour saouler mon coeur, mon âme. Coupable, Oh Dieu je suis indomptable, je donne ma langue au diable. Coupable, d'avoir goûter au miel qui parfume leurs dentelles...Diable, Dieu est cruel d'les avoir dessinées si belles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Avr - 3:41
She’s confident

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comme si les étoiles s’étaient alignées, que les astres avaient souhaité nous réunir même après la semaine de fête étudiante j’appris qu’il n’habitait pas très loin de chez moi à New York. Lui le Queens et moi Brooklyn. Un joli appartement que nous partagions ensemble. Enfin, un appartement que nous partagions avant que Tempérance et moi partions en road trip. Car depuis quatre mois, je n’avais pas mis les pieds dedans. Ne me rappelant presque pas d’à quoi ressemble notre salon ainsi que de notre cuisine. Je me rappel juste qu’il y a trois chambres dont une quasi jamais occupée car il était rare que Tempérance et moi ne dormions pas ensemble. Cela arrivé bien trop rarement. C’est-à-dire en cas de dispute énorme entre nous deux. Sinon, nous utilisions les trois chambres juste pour nos dressings car heureusement pour nous mais malheureusement pour nos futurs compagnons nous avions des tonnes de vêtement, de sacs et surtout de chaussures. Nous achetions sans compter, même moi avec mes maigres moyens je m’en sortais toujours pour avoir de superbes pièces. « Moi aussi mais du côté de Brooklyn ! » Je m’enthousiaste, lui montrant un large sourire composé de deux rangées de dents d’un blanc laiteux. Sourire en grand que je ne faisais que très rarement faisant une fixette sur mes dents, je n’aimais pas tant que ça mon sourire alors je souriais, je riais mais jamais en montrant mes dents. Un de mes complexes complètement inexplicable. Un parmi tant d’autres sur une immense liste que je pourrais citer. Son visage faussement triste, la peau de sa main brulante contre mon bras froid. Il m’arrache un frisson en arrêtant mon geste du coude que je faisais pour le taquiner. « Chatouilleux ? J’aurais pas cru … Intéressant ! » J’arrête donc, laissant mon bras retomber mollement le long de mon corps. Wesley parait faussement outrée que je puisse insinuer que je ne veuille pas le revoir et je lève les yeux vers le ciel. « Peut-être qu’on se reverra … On verra bien ce que l’avenir nous réserveras ! »

Les songes prennent place sur le visage de mon voisin, tout à coup il est tout sauf à côté de moi sur la plage. Ses yeux sont rivés vers l’océan, rivés vers le soleil. Il regarde le paysage sans vraiment le regarder et moi, reine de sournoiserie je le contemple sans gêne et à chaque nouveau regard que je dépose sur lui j’ai l’impression de me prendre un revers de la main en plein visage. La première fois que je l’ai croisé aux toilettes chez Tempérance je n’ai même pas remarqué réellement son visage étant bien trop tiraillé entre l’alcool coulant à flot dans mes veines, les poumons remplis d’herbe verte. Je n’avais rien vue, je n’avais pas cherché à réellement voire même. J’étais juste avec lui, un garçon sympa qui voulait aider une fille dans un sale état dans une salle de bain. Puis était venu le début du match de volley de cet après-midi, lorsqu’il m’avait tiré le ballon dessus. Deuxième fois que je le voyais et déjà sa beauté m’avait un peu plus marqué mais pas des masses il faut l’avouer. Etant de l’autre côté du filet, concentré sur le jeu je n’avais pu faire autant gaffe au blond tout au long de la partie. Puis maintenant, depuis que nous étions seul à seul je pouvais vraiment le scruter et me rendre compte d’ô combien les filles avaient raison. Il était réellement beau ce garçon et pourtant ce n’était pas ce qui m’avait frappé en premier chez lui… Je l’avais bien plus écouté que relooker et maintenant qu’il était silencieux et que je ne trouvais rien à dire, ne voulant surtout pas casser ce moment de contemplation. Je laissais mes yeux faire le reste. Passant mes opalescences sur ses épaules, son omoplate recouverte d’un tatouage représentant un indien avec une coiffe je continue ma route mes yeux allant s’incruster sur sa nuque ou sont dessiner deux magnifiques ailes. J’aurais presque envie d’aller y déposer mes doigts, caresser ce dessin qui attire bien trop mes yeux. Puis il y a ses bras, gorgées de tatouages en tout genre, je n’arrive même pas à fixer quelque chose en particulier tant il y a de détails. C’est magnifique, intrigant. J’en ai plusieurs des tatouages mais ils sont minimes, petit, caché alors que les siens laissent tout apparaitre, serait-ce une histoire qu’il a conté sur son corps ? Peut-être surement, c’est une question que je lui poserais un jour, lorsque je le connaitrais mieux … Si j’en ai l’occasion.

Subitement, bien trop rapidement il tourne la tête vers moi et je suis prise en flagrant délit en train de le regarder, je souris un peu gênée et pose mon index sur le tigre tatoué sur son bras. « T’en a énormément, ils sont magnifiques en tout cas… » On se fixe, une nouvelle foi. La foi de trop, celle qui fait que le cœur déraille sans qu’on comprenne pourquoi. C’est gênant, déroutant. Il ne détourne pas ces magnifiques prunelles des miennes. Cette foi, je lâche prise. Faiblesse, intimidation. Je tourne le visage à droite, à l’opposé du sien et regarde les filles me faire des signes de venir. Je fronce les sourcils et leur mime de la main que j’arrive dans cinq minutes avant de tourner la tête vers Wesley en souriant. Je sens qu’il a un truc à me dire, il me fixe ouvre la bouche puis la referme un instant et je le regarde faire, un sourire encourageant. Tout à coup, le beau jeune homme barmain, qui a l’air sûr de lui parait beaucoup plus jeune avec son air incertain. C’est réellement attendrissant. Il commence sa phrase mais se reprend, je me mordille l’intérieur de la joue ne sachant ce qu’il veut, plus il met de temps plus je me pose mille et une question.

Le couperet tombe, le stress qui montait petit à petit en attendant sa question en me demandant qu’est-ce qu’il pouvait bien vouloir me demander retombe et me laisse un doux sourire sur les lèvres. C’est bien moins pire que ce que je m’attendais. Je pensais réellement qu’il allait me demander un truc hyper indiscret, ou peut-être pourquoi j’ai une fine cicatrice de la hanche jusqu’au début de la cuisse mais non. Aucun rapport, une simple invitation à aller manger ensemble dans un restaurant. C’est plaisant, qu’elle fille n’aimerait pas se faire inviter par un beau garçon ? Moi ça me plait, et me fait plaisir. Je fais semblant de réfléchir je me gratte la joue un instant et le fixe le laissant poiroter pour avoir sa réponse. Je commence même à me lever, épousseter les grains de sable de mes jambes et fesses avant de finalement lui dire. « Ok on fera ça Wesley … J’espère t’as une bonne mémoire pour me recontacter et me proposer une date car mon numéro c’est le 702-427-7030… à la prochaine mon héro ! » Je lui faisais un clin d’œil et m’en allait rejoindre les filles qui m’avaient appelé auparavant, jetant un coup d’œil au blond qui rejoignait aussi le groupe des garçons je m’éloignais finalement pour de vrai, nous rentrions entre filles à la maison de Tempérance et les filles ne pouvant s’empêcher de me demander ce qu’il se tramait entre moi et Wesley…

lumos maxima



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Archives :: Story end-
Sauter vers: