AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Beyond the stars :: Far away :: The USA Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

You're the smile on my face - Sidérance

avatar
Sidney Arriston
Admin - Bélier
My diary :
Sidney alias Sidnette - 22 ans - A Vécu jusqu’à ses 20 ans a Londres avec sa mère, cela fait 2 ans qu'elle est aux USA - le père n'est plus de la partie - Mademoiselle a beaucoup changé en deux ans. Elle qui était une toxico + love de la weed, c'est franchement calmé et serait presque devenue responsable. - Elle est célibataire depuis 5 mois, elle en a réellement fini avec son premier amour. - Sidney est un peu chiante, un peu drôle aussi sur les bords - Mignonne quand elle le souhaite - Elle sait skater - Elle sait dessiner - Elle souhaiterait reprendre ses études de journalisme en septembre 2017.

Mon surnom : Shid, la petite garce de la tamise.
Mon âge : 22
Mon signe astrologique : Bélier, caractère infernale il parait.
Dans la vie je suis : sans emploi ... Je viens de revenir !
Catégorie Sociale : Une gueuse, sans fric mais je me débrouille je trouve toujours un moyen pour m'en sortir.
J'aime les : hommes en temps normal. Mais comme j'en ai fini avec les anglais égoïstes qui abandonnent leur petite amie je me consacre à moi et uniquement moi puis Tempie & Djoline !
Sosie de : Hailey Baldwin
Double compte : Nate le mexicano et Lexie la sexy
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Mai 2017 - 12:55

We can dance, until we die you and i will be young forever
Sidney & Tempérance

Une clope entre les doigts, un verre de gin tonic ou flotte une tranche fine de citron vert dans l’autre main, je regarde de mon perchoir, du haut de ma tour d’ivoire les festivités qui se trament dans le jardin des Henderson. La fête continue, la fête ne connait pas de pause et ça, jusqu’à la fin de la semaine encore. Assise à ton coin lecture, sur ta petite couchette au bord de la fenêtre avec un plaid sur les cuisses je t’entends débattre toute seule, contre ton propre reflet dans le miroir d’ô combien tu hais ce short que tu viens d’essayer. Je ne réponds pas, je continue de fixer l’extérieur en ayant que très peu l’envie de rejoindre les autres. Depuis quelques jours j’ai un petit coup de blues. La faute à une certaine tête blonde qui a du quitté les lieux avant la fin officielle du spring break ? Non… Je ne m’autorise pas ce genre de déprime post-début d’amitié. Pourtant, je le ressens ce petit picotement comme si la fête ne serait pas la même maintenant que je l’avais connu, et encore moins amusante maintenant qu’il n’était plus là. Un soupire s’échappe d’entre mes lippes charnues en même temps que la fumée blanchâtre du cylindre toxique. La fumée va s’écraser contre les carreaux de la vitre de ta chambre qui est à quelques centimètres de mon visage. Je déteste ce sentiment. Je me déteste. Je me hais d’avoir pendant des mois réussis à ne m’attacher à aucune personne que nous avons pu rencontrer lors du road-trip car mon cœur était bien trop blessé, détruit par un anglais que j’ai tant aimé, j’étais encore dans mon deuil amoureux et les hommes me dégoutaient plus qu’autre chose… Puis est arrivé ce blondinet y’a une semaine et demi, avec ces grands sourires charmeurs, son humour et sa galanterie qui ne m’a pas lâché une minute. Passant outre le nombre de vent que je lui avais foutu, le nombre de mur que j’avais dressé dès qu’il s’essayait à être un peu plus entreprenant, il avait été là, apprenant à me connaitre et nous avions bien ris ensemble il faut l’avouer. Au-delà de ce jeu de séduction, sa personnalité, sa façon d’être m’avait plu. Depuis, il m’arrivait de regretter d’avoir tant été froide avec lui, de ne pas mettre laisser aller quand il été là. Plutôt que de garder ce masque froid, in intéressé que je m’étais imposé.

Un projectile en ma direction me fait sursauter, d’abord un pinceau à fond de teint qui va finir sa course sur le sol, à peine ai-je tourné la tête que c’est une brosse à cheveux qui arrive en ma direction. Rapidement je me protège avec mes mains et la brosse atterris contre mon bras. « Aouch ! » Je relève les yeux vers toi, les sourcils froncés ne comprenant pas ce soudain acharnement contre moi. Je comprends rapidement que j’ai juste manqué d’attention, t’étais en train de me parler et moi j’étais perdu les yeux rivés sur la piscine à l’extérieur. Je lève les yeux au ciel en te fixant, toi ma meilleure amie La plus belle chose qui me soit arrivé depuis que je suis né je crois bien. Ma marraine la bonne fée ; je te regarde en souriant alors que toi t’es à la limite de bouder. « Aller boude pas, désoler je fixais les gens … Tu me disais quoi du coup ? » J’enlève le plaid qui couvre mes longilignes jambes bronzées et me relève m’étirant un peu sous tes yeux observateurs, tu me toises cherchant à savoir ce qui peut bien clocher chez moi et je te tire la langue. Non Tempie, ne cherche même pas à comprendre le bordel dans ma tête car moi-même je n’y comprends rien et j’ai clairement pas envie de savoir. Tranquillement je viens m’étaler sur ton lit, là où jonche une multitude de vêtement. Je m’en fou complet et m’allonge dessus, sur le ventre la tête appuyée dans le creux de mes mains et les jambes en l’air. « Tu comptes t’énerver sur chaque vêtement qui croise ton chemin ou te calmer … ? » Venais-je vraiment de te dire ça ? Je cherchais à crever immédiatement ou bien ? Tu vivais certainement la pire semaine de ta vie. T’avais vue ton ex petit ami et un autre de tes ex se taper la discussion autour de ta piscine … T’avais vue ton premier amour rire avec ton dernier ex en date …. J’écarquille les yeux face à la boulette que je viens de faire et te fait un énorme sourire pour détendre l’atmosphère. « Je rigole … Tu peux découper même ta robe Versace si ça te fait du bien … » Je bouge la tête de haut en bas pour t’en donner l’autorisation mais je sens bien que même ça ne t’aidera pas, c’est pas une crise de nerf comme les autres, c’est bien plus profond t’es touché, t’es malheureuse bien que tu veuilles pas le montrer et ça me fend le cœur. « Tu veux qu’on aille manger une pizza ? Que j’en commande une directement ici mon cœur … ? » Je me mordille la lèvre, je ne supporte pas de te voir ainsi, sans ton magnifique sourire, sans que ta petite cicatrice au-dessus de ta lèvre disparaisse tant tu te tords de rire.

Là, je ne vois qu’une coquille creuse, ton regard semble vide alors que d’habitude il brûle de mille et une émotions. Je ne peux définitivement pas te laisser comme ça, impossible. Je me redresse, me mettant sur les genoux et attrape ta main pour te tirer jusqu’à moi, tu t’assois face à moi et je te regarde dans les yeux, caressant ta main de mon pouce. « Parle-moi … J’suis là … Fait pas cette tête Tempie… » Je me mordille la lèvre, soucieuse de ton état. J’étais tellement dans ma mélancolie à trois francs que je n’ai même pas vue qu’aujourd’hui tu allais peut être pas si bien que ça, je m’en veux et je veux rattraper le coup du mieux que je puisse. Mes bras viennent t'encercler et je dépose un bisou sur le haut de ta tête, attendant sagement munie de ma tête la plus angélique que tu daignes bien parler.


⇜ code by bat'phanie ⇝



You got that James Dean daydream look in your eye and I got that red lip, classic thing that you like... You've got that long hair slick back, white t-shirt; and I got that good girl fate and a tight little skirt and when we go crashing down, we come back every time. Cause we never go out of style, we never go out of style. - T.S

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHINE :: Beyond the stars :: Far away :: The USA-
Sauter vers: